Changer d'édition

Jérémy Pierson sans doute jugé aux assises
International 2 min. 06.06.2017 Cet article est archivé
Meurtre de Béatrice Berlaimont

Jérémy Pierson sans doute jugé aux assises

Le corps sans vie de la jeune Béatrice avait été retrouvé dans les bois de Sesselich en décembre 2014.
Meurtre de Béatrice Berlaimont

Jérémy Pierson sans doute jugé aux assises

Le corps sans vie de la jeune Béatrice avait été retrouvé dans les bois de Sesselich en décembre 2014.
DR/Privé
International 2 min. 06.06.2017 Cet article est archivé
Meurtre de Béatrice Berlaimont

Jérémy Pierson sans doute jugé aux assises

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
L'instruction est clôturée dans l'affaire Béatrice Berlaimont, cette jeune fille de 14 ans assassinée à Arlon en 2014. Jérémy Pierson, suspecté du meurtre, comparaîtra vraisemblablement aux assises d'ici 6 mois.

(nal) - L’instruction est clôturée dans l’affaire Béatrice Berlaimont, du nom de cette jeune fille de 14 ans disparue à Arlon (B) le 21 novembre 2014. Son corps sans vie avait été retrouvé une dizaine de jours plus tard dans les bois de Sesselich. Le suspect, Jérémy Pierson, est incarcéré depuis décembre 2014. Il comparaîtra, sans doute, devant la Cour d’assises fin 2017 ou début 2018.

Les derniers devoirs d’enquête complémentaires portaient sur le rapport du médecin légiste, l’expertise psychiatrique et l’enquête de moralité. Le réquisitoire du parquet vient d’être bouclé. «L’instruction est clôturée depuis deux ou trois mois», précise Me Anne-Catherine Mignon, avocate d’Isabelle Hustin, la maman de Béatrice. «Le retard, dans le cheminement du dossier, s’explique par la retranscription des auditions et l’enquête de moralité qui restait à finaliser.»

Le réquisitoire constituera la base de l’accusation menée par le ministère public, lors du procès, qui devrait avoir lieu à la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. «Je n’en ai pas pris connaissance», indique Me Anne-Catherine Mignon. «Si le ministère public retient, comme préventions, l’assassinat, la séquestration, le viol et l’enlèvement, je confirmerai ce réquisitoire. Je demanderai que le dossier soit transmis à la chambre des mises en accusation, laquelle devrait se prononcer sur le renvoi du suspect devant la cour d’assises.»

En novembre dernier, à Arlon, une marche pour Béatrice, organisée à l'initiative de sa maman, avait rassemblé des milliers de personnes.
En novembre dernier, à Arlon, une marche pour Béatrice, organisée à l'initiative de sa maman, avait rassemblé des milliers de personnes.
DR/Privé

Jérémy Pierson est en aveux partiels. Il a donné des précisions sur sa rencontre avec la jeune fille le 21 novembre 2014. Il a décrit, par ailleurs, les faits et gestes qu’il a accomplis lors de la séquestration de la victime à proximité des anciens bâtiments de la caserne Callemeyn à Arlon et dans le véhicule Volvo utilisé entre le 21 et le 25 novembre. Après dix jours de recherche, le corps de Béatrice avait été retrouvé ligoté dans un bosquet, à trois kilomètres de son domicile.

L’agression sexuelle commise par Jérémy Pierson, le 4 décembre 2014 sur une automobiliste, entre Arlon et Virton, avait permis de le confondre. L’ADN retrouvé sur le corps de la jeune femme agressée et violée était identique à celui retrouvé sur les cordelettes qui entravaient les poignets et le cou de la jeune Béatrice.

Le règlement de procédure, en chambre du conseil, aura lieu ce vendredi 9 juin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dimanche, ils étaient environ 750 à avoir répondu à l’appel lancé par Isabelle Hustin, la maman de Béatrice Berlaimont, dans les rues d’Arlon. Ensemble, ils ont marché pour se souvenir de la jeune fille de 14 ans, enlevée et tuée il y a deux ans.
750 personnes ont rendu hommage à la jeune fille de 14 ans enlevée et tuée en 2014
Meurtre de l'adolescente Béatrice Berlaimont
Le Parquet d'Arlon a diffusé un communiqué de presse vendredi afin d'informer officiellement sur l'avancée de l'audition du meurtrier présumé de la jeune Béatrice Berlaimont.