Changer d'édition

Jean-Claude Juncker a fait ses adieux à Bruxelles
International 6 3 min. 29.11.2019

Jean-Claude Juncker a fait ses adieux à Bruxelles

Jean-Claude Juncker n'a pas manqué de placer des traits d'humour pour ses adieux à la Commission.

Jean-Claude Juncker a fait ses adieux à Bruxelles

Jean-Claude Juncker n'a pas manqué de placer des traits d'humour pour ses adieux à la Commission.
Photo: AFP
International 6 3 min. 29.11.2019

Jean-Claude Juncker a fait ses adieux à Bruxelles

Le président de la Commission et le président du Conseil Donald Tusk ont pris congé de l’Europe. L’ancien Premier ministre a donné une conférence de presse avant qu’Ursula von der Leyen ne prenne la relève dimanche.

(DH avec AFP) - Un parfum de mélancolie planait sur Bruxelles ce vendredi. Le président de la Commission Jean-Claude Juncker et le président du Conseil Donald Tusk vont quitter leur bureau de Bruxelles.

«Je lui dirai qu'elle doit prendre soin de l'Europe», a déclaré Jean-Claude Juncker à propos d'Ursula von der Leyen qui, mercredi, a franchi la dernière étape pour son entrée en fonction le 1er décembre.  

Le Luxembourgeois,  qui fêtera son 65e anniversaire le 9 décembre, n'a pas failli à sa réputation d'esprit libre et mordant avec une dernière conférence de presse au siège de la Commission européenne ponctuée de piques, d'anecdotes, de traits d'esprit et de moments d'émotion. «J'ai faim!» a été le mot de la fin d'une courte séance de questions-réponses au cours de laquelle il a critiqué la mise à mort par Emmanuel Macron du système des spitzenkandidat instauré en 2014 pour désigner le président de la Commission.  

«L'idée de ne pas répéter le spitzenkandidat en 2019 a été une faute», a-t-il déclaré. «C'était une petite avancée démocratique et on l'a supprimée pour des raisons obscures», a-t-il ajouté. «J'aurai été le seul élu avec ce système, je n'aurai pas eu de successeur», a-t-il ironisé. La critique était directement adressée au président français, adversaire déclaré de ce système instauré par les groupes politiques du Parlement européen pour désigner le président de la Commission.

Jean-Claude Juncker a ensuite livré une savoureuse anecdote sur son téléphone portable. «Mon Nokia est aujourd'hui protégé, mais à l'époque il était écoutable», a-t-il expliqué. 

Venu en 1997 à Paris pour un sommet européen sur l'emploi, il a été contraint de changer d'hôtel. «Dans la nuit, Bill Clinton m'a appelé pour me parler d'un problème entre Airbus et Boeing. J'ai été très surpris parce qu'il m'a appelé sur la ligne fixe de mon nouvel hôtel alors que ma délégation ne savait pas que j'avais changé. Et j'ai été très surpris d'entendre le lendemain Jacques Chirac me dire, lorsqu'il m'a accueilli à l'Elysée: "la façon dont tu as parlé à Clinton, c'est la façon dont l'Europe doit parler aux Américains"», a-t-il raconté.

Celui qui a fait l'expérience de l'Union Européenne en tant que ministre, chef d'Etat et président de la Commission a aussi surpris par son style «informel» et «détendu».

Pour rappel, la nouvelle Commission européenne d'Ursula von der Leyen avait obtenu mercredi un large soutien du Parlement européen lors du vote d'investiture, le dernier obstacle à franchir pour entrer en fonction.Parmi l'équipe de 26 commissaires de la première femme à prendre la tête de l'exécutif européen Nicolas Schmit (LSAP) sera en charge de l'Emploi.

Cette nomination entraîne un jeu de chaises musicales puisque Marc Angel (LSAP) ira à Bruxelles pour occuper le mandat d'eurodéputé laissé vacant par Nicolas Schmit (LSAP) et Francine Closener (LSAP) occupera le siège de député du dernier nommé.


European Commission President Jean-Claude Juncker delivers a speech at the European Parliament on October 22, 2019, in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
«Prenez soin de l'Europe, combattez les nationalismes»
Jean-Claude Juncker a demandé mardi aux eurodéputés d'avoir une attention particulière envers l'Europe lors d'un discours bilan de son mandat à quelques semaines de son départ de la présidence de la Commission européenne.



Sur le même sujet

Von der Leyen obtient le feu vert du Parlement
A Strasbourg, la présidente de la Commission européenne a obtenu mercredi un large soutien du Parlement pour donner «un nouveau départ» à l'Europe. Le vote d'investiture des députés a de quoi la rassurer.
European Commission president-elect Ursula von der Leyen speaks as European Commission Executive Vice President-Designate Frans Timmermans (R) listens during the presentation of the College of Commissioners and their programme at the European Parliament on November 27, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
La Commission von der Leyen proche du but
La première Commission européenne présidée par une femme devrait, sauf surprise, obtenir le feu vert des eurodéputés mercredi. Mais que le parcours fut chahuté pour celle qui succède à Jean-Claude Juncker.
Ursula von der Leyen va pouvoir évaluer le poids de ses soutiens au début de son mandat de cinq ans.
«Renégocier l'accord de Brexit n'est pas réaliste»
Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a jugé mardi sur la BBC que la proposition du chef de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn, de négocier un nouvel accord de sortie de l'Union européenne n'était pas «réaliste».
(FILES) In this file photo taken on October 17, 2019 President of the European Commission Jean-Claude Juncker looks on as he addresses a press conference at a European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels. - The president of the European Commission, Jean-Claude Juncker, will undergo surgery on November 11 to treat an aneurysm, members of his inner circle told AFP on October 31, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Nicolas Schmit hérite de l'Emploi
Ursula von der Leyen, désignée à la tête de la Commission européenne, a choisi l'ancien ministre du Travail (LSAP) comme commissaire européen pour l'Emploi.
Interview Arbeitsminister Nicolas Schmit, Luxembourg, 18 Janvier 2017. Chris Karaba