Changer d'édition

«J'espère que d'autres pays suivront notre exemple»
International 5 min. 08.04.2020 Cet article est archivé

«J'espère que d'autres pays suivront notre exemple»

Jean Asselborn regrette l'absence de solidarité au sein de l'EU en matière de politique migratoire.

«J'espère que d'autres pays suivront notre exemple»

Jean Asselborn regrette l'absence de solidarité au sein de l'EU en matière de politique migratoire.
Photo: AFP
International 5 min. 08.04.2020 Cet article est archivé

«J'espère que d'autres pays suivront notre exemple»

Crise des réfugiés, fermeture des frontières, solidarité au sein de l'Union européenne, Jean Asselborn (LSAP) fait le point sur les conséquences de la pandémie de covid-19 au niveau international.

(ER avec DS) Nos confrères du Luxemburger Wort ont rencontré le ministre des Affaires étrangères et européennes. Après avoir obtenu l'arrivée de douze mineurs non accompagnés en provenance de camps de réfugiés des îles grecques, le socialiste Jean Asselborn regrette qu'en matière de migration, «la solidarité ne joue plus». 

Il a été annoncé que douze réfugiés mineurs non accompagnés des camps de Lesbos et de Chios allaient rejoindre le Luxembourg. Quand ces enfants arriveront-ils?

Jean Asselborn: «Nous espérons avoir des nouvelles la semaine prochaine. Les discussions avec le gouvernement grec, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale des migrations (IOM) ont été positives et ce n'était pas facile. Caritas a accepté d'accueillir ces mineurs qui seront placés en quarantaine dès leur arrivée. 

Ne craignez-vous pas que l'accueil des réfugiés soit critiqué par le public vu le contexte?

«C'est possible. Mais nous devons agir maintenant si nous attendons quelques mois, ce sera trop tard. Cette situation difficile concerne des personnes, pas des sacs de pommes de terre! Le Luxembourg a prouvé que c'est possible, que nous pouvons aider. 


Medical staff embark patients infected with the COVID-19 onboard a French air force medical Airbus A330 Phenix aircraft on April 3, 2020 at the Findel airport in Luxembourg as part of the "Morphee" operation to evacuate COVID-19 patients from the CHR of Metz to hospitals in areas where the outbreak has been limited so far. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
«La solidarité européenne est cruciale»
Jean Asselborn (LSAP) a mis en évidence la coopération entre les pays de l'UE face à la pandémie de covid-19 lors du Conseil des affaires étrangères qui s'est tenu ce vendredi. Le ministre des Affaires européennes a aussi rappelé que le Luxembourg était disposé à aider d'autres pays.

J'espère que d'autres pays de l'UE suivront notre exemple. Si chaque pays accueillait dix enfants par 500.000 habitants, l'Union pourrait offrir des perspectives à environ 5.000 jeunes. Mais jusqu'à présent, à l'exception du Luxembourg, seuls l'Allemagne, la France, la Finlande, le Portugal et l'Irlande sont prêts.

L'épidémie a relégué au second plan le problème des réfugiés. Cela fait des années que l'Europe cherche en vain une solution à la crise migratoire... 

«C'est vrai. Mais à l'heure actuelle, il n'y a pratiquement pas de nouveaux réfugiés débarquant en Europe. Nous avons besoin de règles pour une répartition équitable des réfugiés, nous avons besoin de quotas. Mais nous sommes loin d'une telle solution. Il n'y a jamais eu de politique européenne commune en matière de migration. 

Je ne peux pas imaginer que l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Autriche ne feront rien pour soutenir l'Italie et l'Espagne.   

Une crise économique se profile derrière la crise sanitaire. L'UE sera-t-elle capable de relever ce double défi?

«On doit y arriver. Tout n'est pas négatif. Il existe une profonde sympathie entre les Européens. L'Allemagne et le Luxembourg ont accueilli des patients de la région du Grand Est. Dans les deux pays les plus touchés par la pandémie en Europe - l'Italie et l'Espagne - les gens chantent également l'hymne européen. Ils croient donc toujours en l'Europe. Une Europe sans l'Italie, sans l'Espagne est impensable. La banque centrale européenne a débloqué 750 milliards d'euros, la  Commission a temporairement suspendu les critères de Maastricht, la Banque européenne d'investissement veut créer un fonds de garantie de plusieurs milliards pour les petites et moyennes entreprises, ce sont de bonnes décisions. 


Lokales, Lux Airport, Flughafen Findel, Aéroport, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Pour le gouvernement, un résident reste un résident
Avec une population constituée à 47% d'étrangers, le Luxembourg ne fait aucune distinction entre ses résidents à rapatrier pendant cette crise de pandémie mondiale. La procédure reste en effet identique pour chacun, qu'il dispose de la nationalité grand-ducale ou non.

Et si cela ne suffit pas ?

«La question cruciale est la suivante. Nous devons trouver un système qui nous permettra d'aider les pays qui en ont vraiment besoin. Je ne peux pas imaginer que des Etats tels que l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Autriche ne feront rien pour soutenir les pays du sud comme l'Italie et l'Espagne. 

Dans quelle mesure le ministère des Affaires étrangères est-il impliqué dans le traitement de la crise du coronavirus?

«Actuellement, je suis surtout préoccupé par la fermeture des frontières.  L'Allemagne les a fermées sans avertissement. Il y a une barrière sur le pont à Schengen, 35 ans après la signature du traité. Que des frontières extérieures de l'UE soient fermées est une preuve de l'ampleur de la crise. Mais les frontières intérieures doivent rester ouvertes. Si Schengen ne survit pas, alors l'idée européenne ne pourra plus trouver sa place. Schengen et la monnaie unique sont les plus grandes réalisations de l'UE. Je ne sais pas pourquoi l'Allemagne a clos ses frontières. Un virus ne peut pas être détecté par un fonctionnaire des douanes. 


Lokales, Polizei am Freitag bei der Grenze in Remich, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Fermer les frontières ne sert à rien»
Le ministre des Affaires étrangères a fait le point, ce lundi, suite à sa participation au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne. Il a lancé un appel à la raison quant à la gestion des frontières et annoncé que le rapatriement de citoyens luxembourgeois suit son cours.

Heureusement, la situation s'est quelque peu améliorée. Il n'y a que dans le nord du pays que cela reste encore difficile. A cause du nombre élevé de navetteurs, la fermeture des frontières a de graves conséquences pour le Luxembourg. Si les frontières étaient complètement fermées, tout s'effondrerait, les fonctions vitales de l'Etat seraient touchées. La Grande Région est un morceau de vie de l'Europe, les quatre pays ont grandi ensemble. Si la situation venait à perdurer plus longtemps, les frontières pourraient à nouveau surgir dans l'esprit des gens. La libre circulation des personnes pourrait être remise en cause.

Le ministère des Affaires étrangères est également responsable du rapatriement des citoyens luxembourgeois. 

«Nous prenons cette mission très au sérieux. Jusqu'à présent, nous avons ramené environ 400 citoyens chez eux. Mais il y a encore du travail. L'équipe de crise est composée de 24 diplomates qui travaillent sans relâche. Je tiens à souligner la solidarité européenne. La France et l'Allemagne ont rapatrié des Luxembourgeois. De notre côté, nous avons ramené depuis le Cap-Vert des citoyens de sept nations différentes. Dans toute l'UE, 300.000 personnes ont à ce jour été ramenées chez elles, 350.000 autres attendent toujours d'être rapatriées chez elles.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Vieux continent commémore sans grande pompe en raison de la crise du covid-19, les 70 ans de la déclaration de Robert Schuman. L'occasion d'un entretien avec le Premier ministre Xavier Bettel qui rappelle l'importance de l'unité européenne, surtout en cette période de pandémie.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a annoncé ce mardi que les 27 allaient venir en aide aux Etats les plus vulnérables d'Afrique mais aussi dans le reste du monde. Le but est de lutter contre la pandémie du covid-19.
Lagos State Officials unloading the food bags that will be distributed to people of the Agbado and Oke-Odo LCDA in Lagos on April 1, 2020. - More than 20 million Nigerians on March 30, 2020, went into lockdown in sub-Saharan Africa's biggest city Lagos and the capital Abuja, as the continent struggles to curb the spread of the COVID-19 coronavirus. (Photo by Ibeabuchi Benson Ugochukwu / AFP)
C'est pile au moment où la crise du covid-19 provoque une étanchéification relative des frontières que l'accord de libre circulation à travers l'Union européenne fête ses 25 printemps.
Corona-Virus - Grenzkontrollen - Luxemburg - Deutschland - Schengen - Viadukt von Schengen - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le pays attend une livraison importante de fournitures médicales en provenance de Chine pour lundi. Le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn (LSAP), l'a confirmé au Luxemburger Wort.
An employee wearing a face mask sews surgical masks at a leather workshop turned into a mask factory, close to Vigevano, Lombardy, on March 19, 2020 during the country's lockdown within the new coronavirus pandemic. - A crafts company specialized in the production of leather goods and accessories for the automotive and clothing sector, has now turned its activity to the production of surgical masks on behalf of a company from the nearby town of Galliate, in the wake of the needs following the coronavirus pandemic. (Photo by MIGUEL MEDINA / AFP)
«Au XXIe siècle, on ne devrait pas jouer avec la vie des gens qui sont dans la misère», estime Jean Asselborn. Le ministre des Affaires étrangères a annoncé au conseil extraordinaire consacré à la crise migratoire à la frontière gréco-turque que son pays accueillera 12 enfants non accompagnés.
Migrants walk as police push back them back from Moria camp who gathered near the port of Mytilene on the island of Lesbos, hoping to get a ferry to Athens on March 4, 2020. - Turkey's president warned on Wednesday that a fresh migrant crisis could be resolved only if Europe supports its efforts in Syria, as violent clashes broke out between refugees and police on the Greek border. (Photo by LOUISA GOULIAMAKI / AFP)
Un an après un afflux inédit de demandeurs d'asile aux portes de l'UE, un nouveau corps européen de gardes-frontières entre en service jeudi pour mieux protéger les frontières de l'Union et offrir une image d'unité sur la complexe question migratoire.