Changer d'édition

Le parlement wallon va enquêter sur les inondations
International 3 min. 30.08.2021
Intempéries

Le parlement wallon va enquêter sur les inondations

L'enquête devra notamment déterminer si les eaux du barrage d'Eupen n'ont pas été lâchées trop tard.
Intempéries

Le parlement wallon va enquêter sur les inondations

L'enquête devra notamment déterminer si les eaux du barrage d'Eupen n'ont pas été lâchées trop tard.
Photo:AFP
International 3 min. 30.08.2021
Intempéries

Le parlement wallon va enquêter sur les inondations

Les travaux de la commission parlementaire traiteront des causes et de la gestion de la catastrophe qui a dévasté la région liégeoise à la mi-juillet.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles)- Il y aura bien une commission d’enquête parlementaire chargée de se pencher sur les inondations qui ont touché la Wallonie à la mi-juillet. Elle s’intéressera aux origines, et bien sûr à la gestion d’une catastrophe qui a fait 38 morts. Mercredi 1er septembre, une proposition de résolution sera approuvée par le parlement régional. La commission entamera ses travaux dans les jours suivants. Parallèlement, l’instruction ouverte par la justice liégeoise suivra son cours, les parlementaires ayant pour consigne d’éviter de gêner le juge.


A picture taken on July 26, 2021 shows a car covered with rubble in the Belgian town of Trooz, a week after heavy rains and floods lashed western Europe. - In mid-July western Europe was hit by devastating floods after torrential rains that ravaged entire villages and left at least 209 people dead in Germany and Belgium, as well as dozens missing. Up to two months' worth of rainfall came down in two days in some parts of the region, waterlogging soil that was already near saturation. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
La Wallonie se dirige vers une commission d'enquête
La majorité gouvernementale se montre à son tour favorable à faire toute la clarté sur le drame qui a frappé la région à la mi-juillet.

Tous les partis de la majorité ont rejoint dans cette décision l’opposition. Fait notable: le parti socialiste est également de la partie, alors que sa figure de proue, le ministre-président wallon Elio Di Rupo, avait écarté dans un premier temps l’idée d’une telle commission.

Concrètement, dix parlementaires vont devoir examiner à la loupe la gestion des barrages, des alertes, des ordres d’évacuation, etc. Ils devront également se pencher sur les causes des inondations, les mesures de prévention et les facteurs qui ont pu aggraver la crise. Au terme de ses travaux, la commission déposera «des recommandations permettant de répondre aux défis liés aux causes et à la gestion des risques d’inondation dans un contexte d’adaptation climatique».


12.08.2021, Nordrhein-Westfalen, Altena: Toni Lehmann, Schwiegersohn eines betroffenen Ehepaares, hilft bei der Sanierung eines von der Flut beinahe völlig zerstörten Hauses in Altena. Die sauerländische Stadt gehörte zu den Orten, die bei dem Hochwasser vor rund einem Monat besonders stark betroffen waren. Inzwischen erholen sich die Menschen der Stadt langsam von den Folgen. Foto: Markus Klümper/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La difficile reconstruction des zones sinistrées
Le coût, la menace climatique et l’absence de main-d’œuvre compliquent sérieusement le chantier post-inondations en Wallonie.

Hervé Jamar, le gouverneur de la province de Liège, sera probablement l’un des témoins-clés entendus par cette commission. Cet ex-ministre fédéral du Budget, en rupture avec son ancien parti (le mouvement réformateur, libéral francophone) est rentré de vacances le 17 juillet, alors que plusieurs localités liégeoises étaient ravagées par les torrents d’eau et de boue dès... le 14. 

«Il a opéré ''en soutien'', en ''gouverneur bénévole'', dit-il, pendant que la commissaire d’arrondissement Catherine Delcourt faisait fonction…», notait récemment Le Soir au terme d’une interview qui en a laissé plus d’un dubitatif. «Hervé Jamar n’a peut-être pas réagi avec toute la lucidité nécessaire dans un premier temps», estimait le quotidien.

Le gouverneur liégeois, lui, s’en remet à l’instruction. Il demande d’adapter à l’avenir les secours aux nouveaux périls de l’époque, tacle au passage les ministres nationalistes flamands qui ont coupé dans les budgets de la Défense et de la protection civile. C'était sous le gouvernement Michel (2014-2018). «Je n’aurai pas grand-chose à dire de plus à la commission d’enquête parlementaire. Mais je préfère un pays avec des commissions d’enquête qui dérivent qu’un Afghanistan», déclare-t-il. 


Ciel, du neuf dans la prévention des risques d'inondation
Databourg Systems a fait d'un calcul de vitesse de transmission entre terre et espace une donnée utile pour signifier aux populations les dangers potentiels de fortes averses. Son fondateur espère maintenant convaincre de l'intérêt de cette formule moins coûteuse et plus précise que les dispositifs actuels.

Quant à la gestion du barrage d’Eupen pointée comme responsable de la vague qui a littéralement envahi la vallée de la Vesdre le 15 juillet, la responsabilité revient selon lui à la Région wallonne «qui gère les barrages». «Comment voulez-vous qu’un gouverneur décide de prendre une décision sur le barrage, depuis Liège, en mangeant des biscottes?»  

Les premiers éléments d’enquête, les reportages parus dans la presse et les différentes polémiques montrent qu’il ne sera pas simple de faire la lumière sur ce qui s’est passé à la mi-juillet en région liégeoise. Le caractère inhabituel des précipitations côtoie de potentielles erreurs humaines qu’il reste à cerner mais aussi l’état d’impréparation d’un pays qui a sacrifié une partie de sa protection aux impératifs budgétaires. Tracer un parallèle avec les errements apparus dans la gestion du covid lors des premiers mois de la pandémie n’a à ce titre rien de saugrenu à ce stade.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Wallonie serait incapable de gérer la catastrophe et ses conséquences, affirme la droite nationaliste flamande. Bonne ambiance alors que les sinistrés ne sont toujours pas sortis d'affaire.
A resident walks among the destroyed buildings in Pepinster, near Liege, on July 19, 2021, following heavy rains and flooding across areas of France, Belgium, Germany and The Netherlands. - Rescue workers scrambled to find survivors and victims of the devastation wreaked by the worst floods to hit western Europe in living memory, which have already left more than 150 people dead and dozens more missing. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Le parquet de Liège a ouvert ce mercredi une instruction pour «homicides involontaires» suite aux intempéries qui ont fait 41 morts en Wallonie. L'objectif: éclaircir le déroulé des évènements précédant la catastrophe.
A picture taken on July 26, 2021 shows piles of rubble collected from the flooded areas in the Belgian town of Trooz, a week after heavy rains and floods lashed western Europe. - In mid-July western Europe was hit by devastating floods after torrential rains that ravaged entire villages and left at least 209 people dead in Germany and Belgium, as well as dozens missing. Up to two months' worth of rainfall came down in two days in some parts of the region, waterlogging soil that was already near saturation. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)