Changer d'édition

Inquiétude pour la sécurité des espions américains
International 4 min. 29.08.2022
Perquisition dans la propriété de Trump à Mar-a-Lago

Inquiétude pour la sécurité des espions américains

Le document Affidavit, en partie expurgé, révèle de nouveaux détails sur la descente de police dans le club privé de Donald Trump à Mar-a-Lago en Floride.
Perquisition dans la propriété de Trump à Mar-a-Lago

Inquiétude pour la sécurité des espions américains

Le document Affidavit, en partie expurgé, révèle de nouveaux détails sur la descente de police dans le club privé de Donald Trump à Mar-a-Lago en Floride.
Photo: AFP
International 4 min. 29.08.2022
Perquisition dans la propriété de Trump à Mar-a-Lago

Inquiétude pour la sécurité des espions américains

L'ex-président américain Donald Trump a conservé dans sa résidence privée de Mar-a-Lago des documents "top secret" contenant des informations sur des agents étrangers.

Par Thomas Spang (Washington)

En août 2019, le président américain alors en fonction, Donald Trump, a demandé au bureau du directeur du renseignement national de lui fournir une liste des noms de tous les employés faisant partie du groupe de mérite le plus élevé. A l'époque, les médias américains avaient expliqué la raison de cette demande inhabituelle par la recherche d'un successeur au directeur du renseignement Dan Coats, avec lequel Trump s'était brouillé. Le fait qu'il ait ensuite chargé l'ambassadeur en Allemagne, Richard Grenell, un de ses plus fervents soutiens, de cette mission à titre provisoire, a semblé au moins aussi étrange aux analystes.


(FILES) In this file photo taken on December 31, 2019 US President Donald Trump speaks to the press outside the grand ballroom as he arrives for a New Year's celebration at Mar-a-Lago in Palm Beach, Florida. - Former US president Donald Trump said August 8, 2022 that his Mar-A-Lago residence in Florida was being "raided" by FBI agents in what he called an act of "prosecutorial misconduct." (Photo by JIM WATSON / AFP)
Le FBI perquisitionne la résidence de Trump en Floride
L'ancien président américain Donald Trump a annoncé lundi que sa célèbre résidence de Floride, Mar-a-Lago, avait été «perquisitionnée» par la police fédérale (FBI).

D'autant plus que l'ambassadeur Grenell n'aurait pas figuré sur la liste des meilleurs espions américains. Ce document a été rappelé lorsque le ministère de la Justice a publié vendredi le document accompagnant le mandat de perquisition du club privé et de la résidence de Trump à Palm Beach en Floride, en partie expurgé de nombreuses informations.

Dans les 15 boîtes se trouvaient 184 séries de documents marqués comme secrets d'Etat.

Il ressort du passage peut-être le plus explosif de ce que l'on appelle l'affidavit que les enquêteurs étaient très inquiets que des informations sur des sources secrètes à l'étranger ne tombent entre de mauvaises mains. De tels documents font partie des secrets d'Etat les mieux gardés des Etats-Unis. La disparition d'un seul espion de haut niveau peut pénaliser les services secrets plusieurs années.

Dans la justification du mandat de perquisition demandé, un enquêteur dont l'identité n'a pas été révélée fait référence à des documents que Trump avait rendus en janvier 2022 suite aux demandes répétées des Archives nationales. Dans les 15 caisses se trouvaient 184 séries de documents marqués comme secrets d'État. Parmi eux, 92 documents portaient la mention "SECRET" et 25 la mention "TOP SECRET".

Certaines portaient en outre la mention "HCS", qui signifie "Human Intelligence Control System" et qui est un indicateur pour les utilisateurs des informations que des conclusions pourraient être tirées sur l'identité des espions de la CIA à partir du matériel ; soit directement, soit indirectement. "Si de telles informations sont divulguées, la vie de la source humaine pourrait être mise en danger", explique l'ancien membre de l'équipe de sécurité nationale de George W. Bush, John B. Bellinger, pour expliquer le risque. Un mémorandum "top secret" adressé l'année dernière à tous les services de la CIA dans le monde et cité par le "New York Times" montre à quel point cette inquiétude est réelle. Dans ce document, la centrale met en garde contre un nombre inquiétant d'informateurs capturés ou tués.


(FILES) In this file photo taken on August 07, 2020 US President Donald Trump speaks during a news conference in Bedminster, New Jersey. - Donald Trump looks set to be deposed August 10, 2022 in New York as part of the state attorney general's civil probe into alleged fraud at his family business, the ex-president said on his social media network. (Photo by JIM WATSON / AFP)
Le raid du FBI chez Trump approuvé par le ministre américain de la Justice
Ce raid sans précédent provoque la colère du camp républicain. L'ancien président américain a par ailleurs été entendu ce mercredi dans le cadre d'une enquête au civil sur des soupçons de fraudes financières au sein de son groupe Trump Organization.

L'affidavit de 38 pages ne précise pas s'il existe un lien avec les documents conservés à Mar-a-Lago et portant la mention "HCS". Pour cela, il faudrait que le public sache quelles informations se cachent sous les lignes caviardées. Ce qui est sûr, c'est que des secrets d'État de ce type se sont retrouvés sans être triés parmi des photos, des coupures de presse et des notes.

"Ce sont les miens"

Trump a qualifié, sur son propre réseau social, la publication partielle de l'affidavit de «tromperie totale en matière de relations publiques» de la part du FBI et du ministère de la Justice. «Rien n'est mentionné sur le thème du nucléaire». L'ex-président se réfère à un rapport du "Washington Post" qui justifiait la descente de police notamment par la crainte des enquêteurs que Trump puisse encore détenir des secrets nucléaires américains à Mar-a-Lago. Ce soupçon pourrait se trouver derrière les lignes de l'affidavit qui ont été rendues illisibles.

La propriété Mar-a-Lago de l'ex-président américain Donald Trump à Palm Beach, en Floride.
La propriété Mar-a-Lago de l'ex-président américain Donald Trump à Palm Beach, en Floride.
Photo: AFP

Trump fait l'objet d'une enquête pour trois chefs d'accusation : violation de la loi sur le contre-espionnage, entrave à la justice et utilisation criminelle de secrets d'Etat. Les experts reconnaissent dans les informations rudimentaires qui ressortent de l'affidavit des indices qui révèlent de gros problèmes de Trump sur le thème de l'entrave à la justice. L'ex-président aurait compris depuis longtemps qu'il devait rendre les documents. Néanmoins, il a déclaré à un collaborateur : «Ce sont les miens».

Avant même la publication partielle, CNN avait rapporté, en se référant à une confidence de l'ex-président, que Trump était de plus en plus nerveux quant aux conséquences juridiques de l'affaire des documents. Il aurait demandé avec inquiétude s'il était menacé de poursuites judiciaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet