Changer d'édition

Hommage à George Floyd entre émotion et protestation
International 3 min. 05.06.2020 Cet article est archivé

Hommage à George Floyd entre émotion et protestation

Cercueil doré pour George Floyd dont le décès a été reconnu comme homicide volontaire et non accident.

Hommage à George Floyd entre émotion et protestation

Cercueil doré pour George Floyd dont le décès a été reconnu comme homicide volontaire et non accident.
Photo : AFP
International 3 min. 05.06.2020 Cet article est archivé

Hommage à George Floyd entre émotion et protestation

La cérémonie organisée en mémoire du quadragénaire noir décédé à l'occasion d'une interpellation policière a donné lieu à de vibrants appels à la tolérance et à la justice.

(AFP) - «Tu as changé le monde George»: le leader américain des droits civiques Al Sharpton a prononcé, jeudi, lors d'une cérémonie en hommage à George Floyd un émouvant éloge funèbre. Discours aux accents politiques empreints de tristesse mais également d'espoir pour un monde meilleur, avec la promesse de «continuer le combat». Des manifestations, très généralement pacifiques et recueillies, ont une nouvelle fois eu lieu dans tout le pays pour réclamer justice et la fin des discriminations raciales.

Des milliers de personnes toutes origines confondues ont ainsi défilé dans les rues de New York ainsi qu'à Washington, Seattle et Los Angeles, trois villes où le couvre-feu a été levé. L'indignation continuait à dépasser les frontières, comme à Vienne, où une manifestation a rassemblé environ 50.000 personnes selon la police autrichienne. 

 A Minneapolis, famille, responsables religieux ou politiques et célébrités se sont rassemblés à l'université chrétienne North Central pour honorer la mémoire de cet Afro-Américain, dont la mort à 46 ans sous le genou d'un policier blanc le 25 mai a déclenché une profonde vague de colère. La cérémonie a commencé par une émouvante interprétation d'Amazing Grace après que le maire, blanc, de Minneapolis se fut agenouillé en pleurs devant le cercueil. Elle a notamment été marquée par une période de silence de 8 minutes et 46 secondes, le temps pendant lequel le policier Derek Chauvin est resté agenouillé sur le cou de George Floyd malgré ses supplications.

Prenant la parole, le frère du défunt, Philonise Floyd, a dénoncé sous les applaudissements «la pandémie de racisme et de discrimination» qui l'a emporté. Le révérend Al Sharpton, figure du mouvement de défense des droits civiques, a prononcé un éloge funèbre très politique. «George Floyd ne devrait pas être parmi les morts. Il n'est pas mort d'un problème de santé commun. Il est mort d'un dysfonctionnement commun du système judiciaire américain», a-t-il déclaré. Il a dit voir dans le genou qui a écrasé le cou de George Floyd le symbole de l'oppression des Afro-Américains «dans tous les aspects de la vie américaine»: éducation, santé, emploi, etc.

Figure légendaire de la lutte des Droits civiques, le révérend Jesse Jackson était présent à la cérémonie.
Figure légendaire de la lutte des Droits civiques, le révérend Jesse Jackson était présent à la cérémonie.
Photo : AFP

A Donald Trump, qui a fait évacuer manu militari les abords de la Maison Blanche lundi soir pour poser devant une église, bible à la main, le pasteur baptiste de 65 ans a conseillé d'«ouvrir la bible». Cette dispersion des manifestants vaut d'ailleurs au président américain une plainte en justice déposée par la puissante association de défense des droits civiques ACLU et d'autres organisations. Elle vise également les ministres de la Justice et de la Défense.


CORRECTION - This screen grab from a video released courtesy of The Obama Foundation shows MBK (My Brother's Keeper) Alliance Virtual Town Hall with President Obama on "Reimagining Policing in the Wake of Continued Police Violence" live streamed on June 3, 2020. - Former US president Barack Obama on Wednesday applauded the "profound" protests by Americans demanding racial justice and said demonstrations over last week's killing of a black man in police custody could spark nationwide reforms. (Photo by - / THE OBAMA FOUNDATION / AFP) / �The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo has been modified in AFP systems in the following manner: credit The Obama Foundation instead of Chris Delmas/The Obama Foundation Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.�
La voix d'Obama pour apaiser les foules
L'ex-président américain a salué mercredi le «changement de mentalité» opéré chez les Américains manifestant contre le racisme et les violences policières, qui pourrait selon lui aboutir à des réformes au niveau national.

Après plus d'une semaine de débordements, la situation semble toutefois s'être nettement calmée dans le pays, les manifestants ayant obtenu une première «victoire» sur le plan judiciaire. Comme ils le réclamaient, le procureur enquêtant sur la mort de George Floyd à Minneapolis a requalifié les faits en homicide volontaire et inculpé de complicité les trois autres agents présents. Ces derniers ont comparu au tribunal jeudi pour que leur caution soit fixée: entre 750.000 et 1 million de dollars chacun.


Sur le même sujet

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump
Le mouvement de protestation contre le racisme et les brutalités policières se poursuit aux Etats-Unis, malgré les pillages, les affrontements avec la police et le ton martial du président américain, déterminé à restaurer l'ordre.
WASHINGTON, DC - JUNE 02: A protestor waves a DC flag with Black Lives Matter spray painted on it next to a DC National Guard Humvee as protestors march through the streets during a demonstration over the death of George Floyd, who died in police custody, on June 2, 2020 in Washington, DC. Protests erupted around the country following the release of a video showing Derek Chauvin, a now former Minneapolis Police officer, kneeling on the neck of Floyd despite Floyd saying I cant breath.   Samuel Corum/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Le racisme reste un défi pour le Luxembourg
Si une manifestation est organisée vendredi en signe de solidarité aux afro-américains victimes de racisme, l'événement sera également l'occasion de revenir sur une problématique peu médiatisée au Grand-Duché, bien qu’existante selon les associations.
Lok , Luxemburg Stadt , Bevölkerung , Demografie , Grand Rue , Foto:Guy Jallay/Luxembuzrger Wort
Trump menace de déployer l'armée
Le président américain a promis lundi de restaurer l'ordre dans une Amérique en proie à un déferlement de colère historique, indiquant vouloir déployer des forces militaires pour faire cesser les violences.
A demonstrator holding a US flag kneels in front of the Police at the Anaheim City Hall on June 1, 2020 in Anaheim, California, during a peaceful protest over the death of George Floyd. - Major US cities -- convulsed by protests, clashes with police and looting since the death in Minneapolis police custody of George Floyd a week ago -- braced Monday for another night of unrest. More than 40 cities have imposed curfews after consecutive nights of tension that included looting and the trashing of parked cars. (Photo by Apu GOMES / AFP)
Après les tueries racistes, l'Allemagne se recueille
Au lendemain des fusillades dans deux bars à chicha de Hanau, au cours desquelles neuf personnes ont été tuées, l'heure était jeudi soir au recueillement en Allemagne. Le pays reste confronté à une menace terroriste d'extrême droite de plus en plus pesante.
Young people lay flowers and candles during a vigil a central place in Hanau, near Frankfurt am Main, western Germany, on February 20, 2020, after at least nine people were killed in two shootings late on February 19, 2020. - The suspect in two shootings in Germany that killed at least nine people was found dead at home, police said on February 20, 2020. At least nine people were killed in two shootings late on February 19 in Hanau, near the German city of Frankfurt. (Photo by Patrick HERTZOG / AFP)
Le racisme ordinaire manque de données
Confronté à une étude européenne sur le sujet, la ministre de l'Intégration ne nie pas le problème, tout en appelant à prendre avec des pincettes les chiffres évoqués. Corinne Cahen (DP) a aussi rappelé les initiatives prises pour combattre le racisme.