Changer d'édition

Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique
International 3 min. 20.04.2020 Cet article est archivé

Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique

Les pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement minoritaire de la libérale Sophie Wilmès pourraient ne pas être renouvelés en juin.

Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique

Les pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement minoritaire de la libérale Sophie Wilmès pourraient ne pas être renouvelés en juin.
Photo : AFP
International 3 min. 20.04.2020 Cet article est archivé

Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La N-VA mène la fronde contre les dispositions particulières confiées au gouvernement Wilmès dans la lutte contre le coronavirus. Les pouvoirs spéciaux pourraient ne pas être renouvelés en juin.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles)- La N-VA de Bart De Wever pourrait retirer son appui aux pouvoirs spéciaux conférés en mars dernier au gouvernement minoritaire de la Première ministre Sophie Wilmès. Ces derniers jours, les déclarations des nationalistes flamands se sont multipliées sur le ton de la menace. 

Peter De Roover, le chef de groupe N-VA à la Chambre, a ainsi balayé la  prolongation des pouvoirs spéciaux d’un revers de la main sur la chaîne publique VRT: «Pour l’instant, je ne vois que très peu de raisons de les prolonger. Il s’avère maintenant qu’il n’y a pas tellement de mesures qui doivent être prises au moyen des pouvoirs spéciaux. On avait donné l’impression qu’il s’agissait d’une machine qui ouvrirait d’énormes possibilités, mais ce n’est pas le cas»Selon Peter De Roover,  trois mois de pouvoirs spéciaux suffiront dès lors, et pas davantage.


Antwerp Mayor Bart De Wever delivers a speech at a congress of the Antwerp branch of Flemish nationalist party N-VA, in preparation of the October local elections on May 6, 2018 in Antwerp.  / AFP PHOTO / BELGA AND Belga / NICOLAS MAETERLINCK / Belgium OUT
Bart De Wever s'assoit sur le confinement
Le leader nationaliste flamand prend le contre-pied des mesures sanitaires édictées par le gouvernement Wilmès. Une manière de survivre politiquement.

Pour mieux comprendre cette attitude, il faut revenir en mars dernier. A défaut d’avoir réussi à former une coalition capable d’incarner le nouveau gouvernement fédéral issu des élections du 26 mai 2019, les partis politiques ont décidé de soutenir l’exécutif minoritaire en affaires courantes de la libérale francophone Sophie Wilmès. Il fallait en effet parer au plus pressé pour faire face au coronavirus.

Tous ont donc voté la confiance au gouvernement Wilmès le 19 mars, à l’exception de la N-VA, du Vlaams Belang (extrême droite flamande) et des communistes du PTB. Le 27 mars, ils en ont fait de même pour les pouvoirs spéciaux qui permettent au gouvernement de prendre des mesures dans le cadre de la crise sanitaire sans passer dans l’immédiat par le Parlement. Cette disposition vaut pour trois mois, renouvelable éventuellement une fois. Cette fois, la N-VA a choisi de s'y rallier.

La N-VA change d'avis

C’est ce compromis que la N-VA remet aujourd’hui en cause. Elle menace de ne pas accorder en juin la prolongation de trois mois qui permettrait au gouvernement Wilmès de continuer à disposer des pouvoirs spéciaux tout au long de l’été. Et donc d'avoir les armes juridiques et législatives censément nécessaires pour organiser le futur déconfinement sans s’astreindre à de longs débats parlementaires.

L'appui de la N-VA apporte une légitimité évidente aux pouvoirs spéciaux. Le parti de Bart De Wever reste en effet pour l’heure la première formation politique du pays.

La rentrée sera chaude

Par ailleurs, les nationalistes flamands ne sont pas seuls à se montrer critiques avec le gouvernement Wilmès. En coulisses, les écologistes et les socialistes bouillonnent. Ils voient d’un mauvais œil le rebond des libéraux francophones autrefois dirigés par Charles Michel à la faveur de la crise sanitaire. Ils estiment eux aussi que la prolongation des pouvoirs spéciaux fera rapidement l’objet d’âpres débats. Seule une second vague pandémique pourrait les amener à changer d’avis, à suivre certains.

Dans un registre annexe, la relance de l’économie après la crise devrait remettre en scène les oppositions idéologiques et communautaires classiques. D’un côté, des aides aux travailleurs et aux démunis censées relancer la consommation et l’activité économique. De l’autre, la mise à la diète des finances de l’Etat pour contrôler la poussée de fièvre du déficit public. 


(From L) Belgian Minister President of the Walloon Government Elio Di Rupo, Belgian Prime Minister Sophie Wilmes and Belgian Minister President of the Flemish Government Jan Jambon attend a press conference in Brussels, on March 27, 2020 following a meeting of the National Safety Council, gathering politicians and intelligence services, to discuss how to tackle the spread of the COVID-19, the novel coronavirus, in Belgium. (Photo by Olivier HOSLET / Belga / AFP) / Belgium OUT
Tolérance zéro pour les réfractaires au confinement
Les Belges resteront confinés jusqu’au 19 avril. Les mesures actuellement d’application sont maintenues. Tout écart sera puni.

Une chose est sûre : les partis ont déjà pris rendez-vous à la rentrée pour relancer les hostilités en vue de former enfin un gouvernement fédéral de plein droit. La mise ou non sous contrôle de la pandémie fixera en bonne partie le timing des discussions politiques à venir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le drame des maisons de repos belges
Les séniories paient cher le manque de préparation du pays face à la pandémie. Plus d’un mort sur deux attribué au covid-19 est un pensionnaire.
TOPSHOT - Staff members and residents salute their families at the elderly residence Christalain on April 17, 2020, in Brussels, during a strict lockdown in the country to fight against the novel coronavirus. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)
Le championnat belge pourrait avancer masqué
Les footballeurs de la Jupiler Pro League masqués? C'est ce qu'envisage le virologue Marc Van Ranst, un expert conseillant le gouvernement belge sur les mesures à prendre face au covid-19.