Changer d'édition

Guerre de tranchées autour du nucléaire belge
International 3 min. 26.10.2021
Energie

Guerre de tranchées autour du nucléaire belge

Pour l'heure, la Belgique garde en activité ses cinq sites nucléaires.
Energie

Guerre de tranchées autour du nucléaire belge

Pour l'heure, la Belgique garde en activité ses cinq sites nucléaires.
Photo : Chris Karaba
International 3 min. 26.10.2021
Energie

Guerre de tranchées autour du nucléaire belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Un rapport scientifique recommandant la construction de centrales au gaz provoque bien des remous au sein du gouvernement De Croo.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Fermera ou pas? Pas un mois qui ne passe sans que la fermeture du nucléaire belge, toujours officiellement prévue pour 2025, ne fasse l’objet de nouvelles tensions. Cette fois, c’est un avis du Conseil supérieur de la santé (CSS) qui agite les esprits. Il estime que «sur le plan environnemental, éthique et sanitaire, l’énergie nucléaire de fission, telle que déployée actuellement, ne peut pas prétendre satisfaire aux principes du développement durable». 


(FILES) In this file photo taken on March 12, 2017 a man carries fake nuclear barrels during a demonstration to demand the closure of Fessenheim nuclear power plant in Fessenheim, eastern France. 
The Nuclear Nonproliferation Treaty (NPT), signed in 1968 by 191 countries, commits the five official holders of the atomic bomb (United States, Russia, France, Britain and China) to not transfer military nuclear technology to other countries, and prohibits non-nuclear countries from procuring or manufacturing nuclear weapons.  / AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON
La Belgique prépare la fin de l’atome
Le gouvernement De Croo veut faire du démantèlement des centrales un pôle d’expertise valorisable à l’étranger.

L’organe pointe en outre la gestion des déchets radioactifs de très longue durée de vie ainsi que les risques terroristes. Il continue : «Le risque d'un accident nucléaire grave ne peut être exclu, même dans les meilleures centrales nucléaires, et la Belgique présente à cet égard une vulnérabilité spéciale en raison des caractéristiques des sites concernés: situés près de grandes villes et axes de trafic international, réseau routier saturé et populations denses».

Ce rapport a eu un effet délétère, renvoyant face à face les partisans et les détracteurs de l’atome.

Chez les antis, la ministre de l’Energie, l’écologiste Tinne Van der Straeten, estime que «l’avis du CSS a d’autant plus de valeur qu’il est rédigé par un groupe diversifié d’experts du nucléaire, d’ingénieurs, de toxicologues et de philosophes».

Chez les pronucléaires, le libéral francophone Georges-Louis Bouchez flingue l’avis du CSS qui repose, selon lui, «sur des erreurs d’analyse, comme en ce qui concerne la part de l’électricité dans notre production énergétique, en ignorant son accroissement dans les prochaines années, entre autres, par l’électrification de notre parc automobile».

Cette nouvelle passe d’armes en dit long sur la fracture qui scinde le gouvernement De Croo, coalition à laquelle appartiennent écologistes et libéraux. Dans un an, le premier réacteur nucléaire atteint par la limite d’âge est censé fermer, mais le débat n’est toujours pas clos en ce qui concerne les alternatives qui permettront à la Belgique de se fournir en électricité. Même si elles ont reçu la bénédiction de la Commission européenne, les centrales au gaz préconisées par les écologistes ont mauvaise presse dans l’opinion en raison de la pollution atmosphérique qu’elles occasionnent.


Villagers are dwarfed by giant windmills built by the Danish Development Agency, DANIDA, along the shores of Bangui, Ilocos Norte province in northern Philippines Wednesday Nov. 8, 2006. The sixteen giant "Bangui Windmills" built last year, are capable of generating 54 Megawatts of electricity and are the first such alternative source of energy in Southeast Asia. (AP Photo)
La Belgique s'offre une île énergétique en mer du Nord
Annoncé pour 2026, ce «hub» doit permettre de faciliter l’approvisionnement du pays en électricité offshore. Et le Luxembourg montre aussi de l'intérêt à cette initiative.

Pour le Conseil supérieur de la santé pourtant, l’une des solutions à cet imbroglio consisterait à disposer à temps des centrales à gaz à cycle combiné et de prévoir leur transition vers l'hydrogène bleu. Il préconise également d'investir dans le domaine du stockage de l'énergie » et remet en cause «le paradigme de la croissance illimitée». 

A peine sorti, l’avis du CSS a été désavoué par une série d'experts qui ont contribué à son élaboration. Ceux-ci ont refusé d’approuver le rapport final. «Les analyses menées dans le cadre de ce rapport ne se sont pas déroulées selon les règles de l’art scientifique (…)  Il n’y a pas eu d’analyse approfondie et objective des domaines pour lesquels j’ai participé en tant qu’expert. Les conclusions du rapport ne sont donc pas fondées sur une large consultation scientifique», a déclaré Eric van Walle, directeur du Centre de recherches nucléaires

Et de préciser que l’avis du CSS ne signifie cependant pas que le centre de recherche soutient l’énergie nucléaire et a demandé «un débat de société (alimenté) avec des faits scientifiquement corrects». Une telle déclaration laisse planer un doute sur la capacité du gouvernement De Croo à aborder le débat de la sortie du nucléaire en toute sérénité.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’agence gouvernementale en charge de la sécurité des centrales estime que deux d’entre elles peuvent rester en activité au-delà de 2025
Le rédacteur n°2 de la centrale de Tihange pourrait fermer en 2023.
La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)
Alors que la consultation transfrontalière prend fin le 13 juin, c’est au tour du Comité national d’action contre le nucléaire de monter au créneau. Le collectif luxembourgeois s’inquiète des conséquences que pourrait avoir une implantation notamment dans la région de Neufchâteau.