Changer d'édition

Guerre d'usure au début du procès de Trump
International 3 min. 22.01.2020

Guerre d'usure au début du procès de Trump

Les démocrates majoritaires à la chambre basse accusent Donald Trump d'avoir bloqué une aide militaire cruciale pour l'Ukraine

Guerre d'usure au début du procès de Trump

Les démocrates majoritaires à la chambre basse accusent Donald Trump d'avoir bloqué une aide militaire cruciale pour l'Ukraine
Photo: AFP
International 3 min. 22.01.2020

Guerre d'usure au début du procès de Trump

Pendant de longues heures mardi, les sénateurs américains ont écouté les arguments des accusateurs et des défenseurs du président américain, sans dire un mot. Ou presque.

(AFP) - Au premier jour du procès historique en destitution du président des Etats-Unis, ces professionnels de la joute oratoire se sont pliés à l'ordre intimé par le «sergent d'armes» du Sénat, un gradé chargé du protocole: se taire «sous peine d'être emprisonné».

Seule exception: toutes les deux heures, les cent élus de la chambre haute du Congrès se sont levés un par un pour dire «oui» ou «non» à une série d'amendements proposés par la minorité démocrate en vue d'obtenir de nouveaux documents et témoins. Et chaque parti a fait bloc, sans aucune fissure. Les 53 sénateurs républicains ont systématiquement rejeté ces demandes, et leurs 47 homologues démocrates les ont toutes soutenues.


Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier
La bataille pour la destitution de Trump a commencé
A deux jours de l'ouverture des débats au Sénat du procès historique en destitution du président américain, les premiers argumentaires juridiques des deux camps et de vifs échanges entre républicains et démocrates fleurissent dans les médias américains.

«Ses mensonges nous divisent». En ce mardi glacial, un manifestant avait brandi ce slogan devant le Capitole, se faisant l'écho des fractures suscitées en son sein par le locataire de la Maison Blanche. Les touristes, venus visiter ce bâtiment emblématique de Washington, reflétaient aussi ces divisions, qui touchent toute la société américaine. Un partisan du président refusait ainsi de parler d'un jour historique. «Une mascarade! Heureusement, ça ne devrait pas traîner», glissait-il sans donner son nom.

S'il parvient à tenir sa majorité jusqu'au bout, le chef républicain du Sénat Mitch McConnell devrait en effet obtenir rapidement l'acquittement de Donald Trump, peut-être d'ici deux semaines. «Je ne m'attends pas à un procès équitable», regrettait un autre touriste, Tim Boyer, venu de Caroline du Nord. «Mais j'espère qu'il y aura des témoins, des documents, que les sénateurs feront ce qu'ils ont à faire...»

«Dans les tranchées»

Avant d'entrer dans l'hémicycle bleu et or, la sénatrice républicaine Shelley Moore Capito admettait qu'il y avait des tensions dans l'air: «c'est une affaire grave!». Contrairement aux sessions habituelles, les élus, appelés à jouer le rôle de juges et de jurés sous la supervision du juge de la Cour suprême John Roberts, ont laissé les avocats et les défenseurs du président livrer bataille à leur place.

Solennité oblige, ils ont également été sommés d'abandonner leurs téléphones et ordinateurs portables. «Je vais peut-être souffrir d'un petit manque», a plaisanté Mme Moore Capito, en se disant prête à tenir «le temps qu'il faudra». De fait, le temps s'est allongé et les passes d'armes se sont prolongées jusque tard dans la nuit. Peu à peu, les rangs se sont clairsemés dans les balcons réservés au public, où l'actrice Alyssa Milano a fait une apparition. Lors d'une suspension de séance, le sénateur républicain Ted Cruz s'est plaint que l'opposition «dépose des motions redondantes à n'en plus finir».


US Speaker of the House Nancy Pelosi, Democrat of California, speaks during her weekly press briefing on Capitol Hill, January 9, 2020, in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Pelosi dispose de «preuves» pour destituer Trump
La cheffe des démocrates au Congrès américain a assuré dimanche disposer d'assez de preuves pour destituer le président des Etats-Unis, à la veille d'une semaine cruciale dans la perspective de l'ouverture au Sénat du procès du locataire de la Maison Blanche.

D'autres élus se sont rués sur leur portable pour tweeter, comme la démocrate Elizabeth Warren, en lice pour la primaire de son parti: «Soyons clairs, nous ne serions pas en train de débattre d'amendements à 22 heures si les sénateurs républicains ne trichaient pas avec les règles du procès». En Europe, à cette heure, il y a «des soldats ukrainiens qui se réveillent dans des tranchées face à des chars russes», a renchéri dans l'hémicycle son collègue Jason Crow, l'un des procureurs désignés par la chambre des représentants pour porter l'accusation contre Donald Trump.

Les démocrates majoritaires à la chambre basse accusent Donald Trump d'avoir bloqué une aide militaire cruciale pour l'Ukraine, afin de la forcer à enquêter sur un de ses rivaux à la présidentielle de novembre. Poursuivant sa référence aux soldats de ce pays, M. Crow, un ancien militaire, a mouché ses adversaires: «Je ne crois pas qu'ils aimeraient nous entendre parler de notre fatigue!»    


Sur le même sujet

Le procès de Donald Trump entre dans le vif du sujet
Deux camps irréductibles s'affrontent dès ce mardi au Sénat américain: l'opposition démocrate, qui réclame la destitution du président des Etats-Unis, et la majorité républicaine déterminée à l'acquitter, si possible au pas de course.
L'acquittement semble pratiquement assuré pour Donald Trump, grâce à la majorité républicaine du Sénat qui fait bloc derrière lui
La bataille pour la destitution de Trump a commencé
A deux jours de l'ouverture des débats au Sénat du procès historique en destitution du président américain, les premiers argumentaires juridiques des deux camps et de vifs échanges entre républicains et démocrates fleurissent dans les médias américains.
Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier
Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier
Après des semaines d'attente, la Chambre des représentants va voter ce mercredi pour transmettre au Sénat l'acte d'accusation qu'elle a retenu contre le locataire de la Maison Blanche, ultime étape avant le début du procès en destitution du président républicain.
US President Donald Trump arrives for a "Keep America Great" campaign rally in Milwaukee, Wisconsin, January 14, 2020. (Photo by SAUL LOEB / AFP)
Pelosi dispose de «preuves» pour destituer Trump
La cheffe des démocrates au Congrès américain a assuré dimanche disposer d'assez de preuves pour destituer le président des Etats-Unis, à la veille d'une semaine cruciale dans la perspective de l'ouverture au Sénat du procès du locataire de la Maison Blanche.
US Speaker of the House Nancy Pelosi, Democrat of California, speaks during her weekly press briefing on Capitol Hill, January 9, 2020, in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Un vote historique contre Trump au Congrès américain
Le président américain gardera une place à part dans l'Histoire. Comme un dirigeant atypique, provocateur et outrancier qui bouscule toutes les conventions. Mais aussi à partir de ce mercredi il devient troisième président des Etats-Unis mis en accusation en vue d'une éventuelle destitution.
Protestors prepare to release a "Comrade Trump" balloon at a demonstration in support of the impeachment of U.S. President Donald Trump, on the eve of the expected House of Representative impeachment vote, December 17, 2019 in downtown Los Angeles, California. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump
Les élus démocrates ont annoncé, mardi, avoir retenu les motifs d'abus de pouvoir et d'entrave dans leur tentative de destituer le président américain. Le Sénat, majoritairement républicain, devra statuer.
Le locataire de la Maison Blanche est seulement le troisième président des Etats-Unis à faire face à une procédure de destitution.
«Trump a commis des actes passibles de destitution»
Trois professeurs de droit ont jugé mercredi que l'enquête en destitution contre le président américain était justifiée et même nécessaire pour protéger la démocratie américaine, s'attirant les foudres des élus républicains.
Pamela Karlan, de l'université Stanford, a accusé Donald Trump d'avoir commis «un abus de pouvoir particulièrement grave»