Changer d'édition

Grande-Bretagne: Le Parlement doit se prononcer sur le Brexit
International 3 min. 03.11.2016

Grande-Bretagne: Le Parlement doit se prononcer sur le Brexit

La Haute Cour de justice de Londres a statué jeudi que le Parlement britannique devra voter sur le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Grande-Bretagne: Le Parlement doit se prononcer sur le Brexit

La Haute Cour de justice de Londres a statué jeudi que le Parlement britannique devra voter sur le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
AFP
International 3 min. 03.11.2016

Grande-Bretagne: Le Parlement doit se prononcer sur le Brexit

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
La Haute Cour de justice de Londres a statué jeudi que le Parlement britannique devra voter sur le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, une décision qui pourrait ralentir le Brexit et peser sur la stratégie des négociations de sortie de l'UE.

(AFP) - La Haute Cour de justice de Londres a statué jeudi que le Parlement britannique devra voter sur le déclenchement de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, une décision qui pourrait ralentir le Brexit et peser sur la stratégie des négociations de sortie de l'UE.

Le gouvernement britannique a immédiatement annoncé faire appel devant la Cour Suprême de cette décision. Cet appel aura lieu «début décembre», a précisé à l'AFP un porte-parole de la Cour Suprême.

«La Cour n'accepte pas l'argument avancé par le gouvernement» qui ne jugeait pas ce vote utile. «La Cour accepte l'argument principal des requérants», ont annoncé les juges, dont la décision pourrait être lourde de conséquences sur la poursuite du processus de sortie des Britanniques de l'Union européenne.

«Le gouvernement est déçu du jugement de la Cour. Le pays a voté pour quitter l'Union européenne lors d'un référendum approuvé par le Parlement et le gouvernement est déterminé à respecter le résultat du référendum. Nous ferons appel», a indiqué un porte-parole de Downing street dans un communiqué.

La procédure du Brexit pourrait en effet être retardée de manière significative, des débats sur la question du Brexit et la stratégie à adopter dans les négociations étant susceptibles de s'étaler pendant de longs mois au Parlement - d'autant qu'une majorité des députés avait défendu un maintien au sein du bloc des 28.

Mais les observateurs ne s'attendent pas à ce que les députés aillent à l'encontre de la décision exprimée par le peuple lors du référendum du 23 juin, ou le Non à l'UE l'avait emporté avec 52% des voix.

Risque d'une colère populaire

Nigel Farage, le leader historique et chef intérimaire du parti europhobe Ukip qui a mené la campagne en faveur du Brexit, a jugé que le non-respect du résultat du référendum serait un affront au peuple britannique.

«Je crains qu'une trahison soit proche», a-t-il avancé dans un communiqué. «J'ai peur maintenant que tout soit tenté pour bloquer ou retarder l'activation de l'article 50. Si c'est le cas, ils ne se rendent pas compte du niveau de colère populaire qu'ils vont provoquer», a-t-il ajouté.

La livre britannique, qui a chuté récemment en raison des craintes associées au Brexit, a réagi positivement à ce jugement en s'appréciant nettement face au dollar et à l'euro sur le marché. Elle a atteint en particulier son plus haut niveau depuis plus d'un mois face au billet vert.

L'un des avocats des plaignants, David Greene, s'est également réjoui, au nom de son client Deir Dos Santos, d'une «victoire pour la démocratie parlementaire» et a souhaité que «tout le monde respecte la décision de la Cour afin que le Parlement puisse à présent prendre une décision sur le déclenchement de l'article 50».

En rappelant le caractère «consultatif» du référendum, les plaignants faisaient valoir que quitter l'UE sans consulter le Parlement serait une violation des droits garantis par l'Acte des communautés européennes de 1972 qui a incorporé la législation européenne dans celle du Royaume-Uni.

La Première ministre Theresa May a indiqué qu'elle déclencherait la sortie de l'UE avant fin mars 2017, ouvrant ainsi une période de négociations de deux ans maximum.

Elle estimait ne pas avoir besoin du vote du Parlement pour déclencher l'article 50 du Traité de Lisbonne marquant la sortie de l'UE, en arguant de «prérogatives historiques» du gouvernement et de la volonté populaire exprimée lors du référendum.

Le plus haut responsable judiciaire du pays, l'Attorney general Jeremy Wright avait également avancé que l'approbation du Parlement n'était pas nécessaire après le vote sans ambiguïté du peuple britannique.

Vendredi dernier, la Haute Cour de justice d'Irlande du Nord a pour sa part rejeté un recours contre le Brexit. Les plaignants faisaient valoir d'une part qu'un Brexit compromettrait les fragiles accords de paix signés en 1998 après des décennies de violences entre partisans et adversaires de l'union avec la Grande-Bretagne, et d'autre part que la décision devait être soumise à l'approbation du parlement régional.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"
Les Britanniques auront des papiers européens jusqu'en 2020
Un projet de loi prévoit de mettre en place l'«approche généreuse» prévue par la Commission européenne et permettre aux 4.600 citoyens britanniques installés au Luxembourg de s'adapter aux changements que le Brexit va provoquer dans leurs droits.
An anti-Brexit protester draped in a composite if the EU and Union flag walks past more flags outside the Houses of Parliament in London on March 4, 2019. - Britain's Prime Minister Theresa May has promised to return to parliament with an EU Withdrawl Bill for lawmakers to have a 'meaningful vote' by March 12. Unless there is a negotiated delay Britain will leave the EU on March 29. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Énième défaite pour May au Parlement
La Première ministre britannique a essuyé jeudi un nouveau revers embarrassant au Parlement, qui fragilise encore un peu plus sa position dans les discussions qu'elle mène avec Bruxelles pour tenter d'obtenir une modification de l'accord de Brexit.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May (C) speaking during Prime Minister's Questions (PMQs) in the House of Commons in London on February 13, 2019. - The British government denied Wednesday it was secretly plotting to bounce MPs into a last-minute choice just days before Brexit between a rejigged deal or a lengthy delay. ITV television reported that it had overheard Prime Minister Theresa May's chief Brexit negotiator Olly Robbins in a Brussels bar saying the European Union would probably let Britain extend its March 29 departure date. (Photo by JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament"
Royaume-Uni : Le Brexit sera déclenché le 29 mars
Le gouvernement britannique de Theresa May va déclencher le 29 mars le processus historique de divorce avec l'Union européenne, lançant ainsi deux années de négociations complexes et difficiles après plus de quarante ans d'une relation tourmentée.
In zwei Jahren wird Großbritannien kein EU-Mitglied mehr sein.