Changer d'édition

Gare à la concurrence déloyale du Royaume-Uni
International 2 min. 13.12.2019 Cet article est archivé

Gare à la concurrence déloyale du Royaume-Uni

Le président français craint que, quittant l'Union, l'économie britannique fixe de nouvelles règles du jeu.

Gare à la concurrence déloyale du Royaume-Uni

Le président français craint que, quittant l'Union, l'économie britannique fixe de nouvelles règles du jeu.
Photo : AFP
International 2 min. 13.12.2019 Cet article est archivé

Gare à la concurrence déloyale du Royaume-Uni

A peine le résultat des élections britanniques tombé, que les partenaires européens réagissent au Brexit désormais plus que probable après la large victoire des partisans de Boris Johnson.

(AFP) - L'Union européenne est prête à négocier dès le lendemain du Brexit un accord sur sa future relation avec le Royaume-Uni, qu'elle met en garde contre toute «concurrence» déloyale, après la victoire écrasante des candidats conservateurs. «Il n'est pas question de conclure les négociations quel qu'en soit le prix. On peut conclure une négociation quand on considère que les résultats sont équilibrés», a insisté le président du Conseil européen, Charles Michel.

La large victoire de Boris Johnson aux législatives britanniques a été accueillie comme un soulagement par les Européens. En effet, ce score signifie que le Brexit aura (très probablement) bien lieu le 31 janvier. Mais le temps presse déjà pour Londres et Bruxelles, qui n'ont, selon les dispositions qu'ils ont négociées, que quelques mois, d'ici fin 2020, pour parvenir à cet accord à l'importance pourtant considérable, tant leur proximité économique est grande.


Les Britanniques du Grand-Duché avaient le blues, vendredi, la plupart étant opposés à la sortie de leur pays de l'Union européenne.
Gueule de bois chez les expatriés britanniques
Les partisans d'un Brexit rapide ont obtenu, vendredi, une victoire écrasante. Un verdict des urnes sans appel qui contrarie les ressortissants britanniques installés au Luxembourg, qui craignent notamment pour leurs droits.

Le délai de négociation est «très ambitieux», a concédé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. «Onze mois» entre le 1er février et le 31 décembre 2020: «c'est très court», a-t-elle insisté. 

 «Il y aura un concurrent à notre porte» après le Brexit, a averti la chancelière allemande Angela Merkel, ce qui peut selon la chancelière allemande«inciter» les Européens «à être plus rapides dans (leurs) décisions». Le Royaume-Uni ne doit pas devenir «un concurrent déloyal», a surenchéri le président français Emmanuel Macron. 

Extension possible

Dans les négociations, les Européens veilleront donc particulièrement à ce que la future relation garantisse des règles du jeu équitables entre les deux parties. C'est précisément ce qu'ont rappelé les 27 dirigeants de l'UE, vendredi, dans leurs conclusions sur le Brexit. Cette relation, révisée par l'actuel négociateur de la Commission européenne sur le Brexit, Michel Barnier, devra être «fondée sur un équilibre des droits et obligations». 


Asselborn prêt à défendre la Place face à la City
Le ministre des Affaires étrangères considère le résultat des élections britanniques comme un «signal clair».

Le gouvernement britannique a jusqu'au 1er juillet pour demander une extension de cette période de transition. A cette date, il ne pourra présenter qu'une demande unique: un ou deux ans supplémentaires. Boris Johnson a cependant affirmé qu'il ne comptait pas user de cette possibilité, ce qui laisse planer une incertitude sur la capacité des deux parties à s'entendre sur leur future relation. Le risque est d'autant plus grand qu'outre les échanges commerciaux, d'autres domaines devraient crisper les discussions, comme la pêche, qui préoccupe par exemple le Danemark, la France et l'Espagne. 


Sur le même sujet

Boris Johnson et les pro-Brexit gagnent les élections
La Grande-Bretagne quittera bien l'UE le 31 janvier 2019. Les électeurs ont donné au Premier ministre une éclatante victoire aux législatives après plus de trois ans de divisions et de psychodrame autour de cette sortie.
TOPSHOT - The broadcaster's exit poll results projected on the outside of the BBC building in London shows Britain's Prime Minister Boris Johnson's Conservative Party predicted to win 368 seats and a majority (L) and Jeremy Corbyn's opposition Labour Party to win 191 seats, as the ballots begin to be counted in the general election on December 12, 2019. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Ultime duel Johnson-Corbyn sur fond de Brexit
Le Premier ministre britannique et son rival travailliste s'affrontent ce vendredi lors d'un ultime duel télévisé, point culminant d'une journée marquée par des attaques mutuelles sur le Brexit, à moins d'une semaine des législatives.
27.11.2019, Großbritannien, London: Einer von vier Kleinlastern mit Plakaten der Liberaldemokraten, die in den Bezirken Werbung betreiben, in denen die Sitzverteilung zwischen Liberaldemokraten und Konservativen noch schwankt, fährt kurz nach der Enthüllung des Plakats mit der Aufschrift "Brexit is good for them. How is it for you? Stop Boris. Stop Brexit." ("Brexit ist gut für sie. Wie ist es für dich? Stopp Boris. Stopp Brexit.") und den lachenden Gesichtern von Farage (l-r), Johnson und Trump und am Smith Square. Am 12. Dezember 2019 finden in Großbritannien Neuwahlen statt. Foto: Aaron Chown/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE envisage un troisième report du Brexit
Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.
This picture taken on October 22, 2019, shows a half English and half European flag during a debate on the last EU summit and Brexit at the European Parliament in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.
Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)