Changer d'édition

Future Commission: Femmes: le compte est bon pour Juncker
International 2 min. 05.09.2014

Future Commission: Femmes: le compte est bon pour Juncker

Jean-Claude Juncker en compagnie du Premier ministre slovène, Alenka Bratusek, à Bruxelles le 30 août 2014

Future Commission: Femmes: le compte est bon pour Juncker

Jean-Claude Juncker en compagnie du Premier ministre slovène, Alenka Bratusek, à Bruxelles le 30 août 2014
JOHN THYS
International 2 min. 05.09.2014

Future Commission: Femmes: le compte est bon pour Juncker

Le président de la future Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réussi à obtenir neuf femmes sur 28 pour son équipe, soit autant que l'exécutif sortant, a annoncé jeudi sa porte-parole.

(AFP) - Le président de la future Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a réussi à obtenir neuf femmes sur 28 pour son équipe, soit autant que l'exécutif sortant, a annoncé jeudi sa porte-parole.

"Juncker a maintenant neuf candidates femmes", a écrit sa porte-parole, Natasha Bertaud, sur son compte Twitter.

M. Juncker poursuivait jeudi les auditions des candidats, et la liste officielle des commissaires devrait être rendue publique vendredi.

Au départ, M. Juncker ne pouvait compter que sur quatre femmes sur 28 commissaires, un par Etat membre de l'UE. Mais le Parlement européen, socialistes en tête, menaçait de retoquer une équipe aussi manifestement peu paritaire.

Les quatre première femmes étaient Federica Mogherini, ministre italienne des Affaires étrangères, désignée la semaine dernière pour devenir chef de la diplomatie de l'UE, la Bulgare Kristalina Georgieva, commissaire sortante à l'Action humanitaire, la Suédoise Cecila Malmström, commissaire sortante aux Affaires intérieures, et Vera Jourova, ministre tchèque du Développement régional.

Une pression qui s'est avérée payante

Jean-Claude Juncker a donc fait pression sur plusieurs pays pour obtenir une personnalité féminine. Ses efforts ont payé puisque cinq autres Etats membres ont proposé une femme, notamment la Roumanie qui a changé à la dernière minute son candidat, évinçant Dacian Ciolos, commissaire sortant à l'Agriculture, au profit de l'eurodéputée Corina Cretu.

M. Juncker a promis des postes importants aux pays qui accepteraient d'envoyer une femme à Bruxelles.

Les autres sont la Belgique avec l'eurodéputée Marianne Thyssen, le Danemark avec la ministre de l'Economie Margrethe Vestager, la Pologne avec la vice-Première ministre Elzbieta Bienkowska et la Slovénie avec la Première ministre sortante Alenka Bratusek.

Les rumeurs vont bon train à Bruxelles sur la future architecture de la Commission et l'attribution des portefeuilles. Le Français Pierre Moscovici a rencontré M. Juncker jeudi en début d'après-midi. Il n'a pas fait de déclaration à l'issue de son entrevue.

Il a de "bonnes chances" de devenir commissaire aux Affaires économiques, un des postes majeurs de la Commission européenne, a indiqué lundi une source diplomatique, après que l'Allemagne s'est résolue à la nomination de l'ancien ministre des Finances d'un pays qui a du mal à réduire ses déficits.

La nouvelle équipe s'annonce plus politique que la précédente, avec cinq anciens chefs de gouvernement, 13 ministres ou anciens ministres, six commissaires sortants et quelques députés européens. La liste ne compte par contre aucun haut-fonctionnaire.

Reflet de la situation politique dans les 28 Etats membres, elle devrait compter 14 PPE (droite chrétienne-démocrate et centre-droit), un conservateur britannique, huit socialistes et sociaux-démocrates, cinq libéraux.


Sur le même sujet

Commission Juncker: Jonathan Hill contraint à la session de rattrapage
Le Britannique devra repasser la semaine prochaine devant les eurodéputés, sa première prestation mercredi en tant que futur commissaire chargé des Services financiers n'ayant pas suffi à convaincre. L'Espagnol Miguel Arias Canete, qui devrait être futur commissaire à l'Energie, est lui sur la sellette.
Jonathan Hill