Changer d'édition

France: Loi travail: Myriam El Khomri rencontre Philippe Martinez
Philippe Martinez est arrivé peu avant 08H00 au ministère du Travail, où il a été accueilli par Myriam El Khomri, a constaté une journaliste de l'AFP.

France: Loi travail: Myriam El Khomri rencontre Philippe Martinez

AFP
Philippe Martinez est arrivé peu avant 08H00 au ministère du Travail, où il a été accueilli par Myriam El Khomri, a constaté une journaliste de l'AFP.
International 3 min. 17.06.2016

France: Loi travail: Myriam El Khomri rencontre Philippe Martinez

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
La ministre du Travail et le secrétaire général de la CGT se sont retrouvés vendredi matin pour parler de la loi travail, une rencontre inédite depuis début mars et délicate, tant leurs positions sur ce texte semblent irréconciliables.

(AFP) - La ministre du Travail et le secrétaire général de la CGT se sont retrouvés vendredi matin pour parler de la loi travail, une rencontre inédite depuis début mars et délicate, tant leurs positions sur ce texte semblent irréconciliables.

Philippe Martinez est arrivé peu avant 08H00 au ministère du Travail, où il a été accueilli par Myriam El Khomri, a constaté une journaliste de l'AFP.

"On va remettre nos propositions. On va faire le point", a-t-il déclaré à son arrivée, avant cette rencontre inédite depuis le début de la contestation sociale contre la loi travail.

La ministre avait accusé récemment la CGT de pratiquer "la politique de la chaise vide" et l'avait exhortée à "faire des propositions". "Nous, on est toujours constructifs", a assuré M. Martinez avant le début de la rencontre, même s'il semble peu probable que les points de vue se rapprochent.

Myriam El Khomri, qui a défendu le projet au Sénat toute cette semaine, juge son projet "utile" pour l'emploi, les salariés et la compétitivité.

Pour Philippe Martinez, qui doit trouver une porte de sortie honorable après avoir été aux avant-postes de la contestation sociale depuis mars, cette loi est un "problème". Plus particulièrement, il dénonce les articles composant sa "colonne vertébrale": inversion de la hiérarchie des normes, licenciement économique, référendum d'entreprise, accord de développement et médecine du travail.

La CGT entend demander la suspension du débat parlementaire, après avoir longtemps réclamé le retrait pur et simple.

Elle a l'opinion publique pour elle: plus de six Français sur dix (64%) estiment que, "face aux mouvements sociaux", le gouvernement "doit retirer" le projet de loi travail, selon un sondage Tilder/LCI/OpinionWay.

Mais la ministre a opposé dès jeudi une fin de non-recevoir à toute suspension. Et "pas question" non plus de "rouvrir la négociation".

La CGT, qui refuse d'être enfermée dans un rôle de syndicat uniquement contestataire, va aussi faire des propositions à la ministre sur les cinq articles qui cristallisent les critiques des opposants à la loi (CGT, FO, Solidaires, Unsa, Unef, Fidl et UNL).

"Nous allons porter des propositions qui permettent que la loi soit bien un socle de droits pour l'ensemble des salariés. Ces propositions vont renforcer le rôle de la branche professionnelle", a précisé Fabrice Angéi, membre du bureau confédéral qui participe à la réunion.

Maintenir le dialogue

L'article 2, consacrant la primauté des accords d'entreprise sur la branche devait être au centre de la discussion. Objet de débats extrêmement tendus au Sénat jeudi, avec près de 200 amendements déposés, cet article "ira jusqu'au bout", a prévenu Manuel Valls.

La position du leader cégétiste après la rencontre sera très suivie par ses militants: certains restent sur la ligne dure du retrait, quand d'autres s'interrogent sur la capacité de la CGT à maintenir une mobilisation en perte de vitesse face à un gouvernement inflexible.

La première organisation syndicale doit aussi compter avec les autres membres de l'intersyndicale, qui se montrent "déterminés" et réclament toujours le retrait de la loi.

FO a prévenu: "s'il prenait l'idée au gouvernement de passer en force à l'Assemblée nationale en juillet avec le 49-3, elle ne lâcherait pas, y compris à la rentrée".

Pour faire bouger le gouvernement, les syndicats ont prévu deux nouvelles journées de mobilisation, alors que l'exécutif menace d'interdire les manifestations après les nouvelles violences intervenues lors du défilé parisien mardi contre la loi travail.

Le 23 juin, en pleines discussions parlementaires, ils appellent à des grèves, rassemblements, manifestations. Le 28 juin, jour du vote au Sénat, nouvelles grèves et manifestation. L'intersyndicale compte aussi remettre les résultats de la votation citoyenne qu'elle a organisée, à la Présidence de la République, nouveau temps fort espéré des syndicats après la manifestation parisienne de mardi.

La ministre du Travail a relativisé jeudi la rencontre: "je reçois Philippe Martinez comme j'ai reçu les derniers jours tous les leaders des organisations syndicales. Je tiens à maintenir le dialogue avec toutes les confédérations professionnelles et syndicales", a-t-elle rappelé.

Depuis début juin, elle a rencontré les leaders de la CFDT, FO, la CFTC, l'Unsa et la CFE-CGC.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Loi Travail en France: «Il va y avoir du monde dans les rues»
La fronde contre le projet de réforme du droit du travail prend forme mercredi dans la rue, où plusieurs organisations de jeunesse et syndicats appellent à la mobilisation pour demander le retrait du texte. D'après Philippe Martinez de la CGT, "Il va y avoir du monde dans les rues".
La mobilisation contre la loi Travail intervient dix ans après celle, victorieuse contre le CPE, ce que l'UNEF ne manque pas de souligner.