Changer d'édition

France: la réforme ferroviaire définitivement adoptée

France: la réforme ferroviaire définitivement adoptée

AFP
International 14.06.2018

France: la réforme ferroviaire définitivement adoptée

La réforme ferroviaire, au centre de la grève la plus longue des trente dernières années à la SNCF, a été définitivement adoptée jeudi par le parlement. Le Sénat l'a approuvée à l'occasion d'un vote ultime par 145 voix contre 82, moins de 24 heures après un vote très majoritaire à l'Assemblée nationale.

«La loi est votée, la grève ne sert plus à rien», a lancé le rapporteur Gérard Cornu (LR). «La continuer, c'est affaiblir la grève, c'est la banaliser», a-t-il ajouté. «Le Parlement a beaucoup écouté les syndicats. La loi est votée, il faut cesser la grève».

«La loi est définitivement votée, elle va donc s'appliquer», a déclaré de son côté la ministre des Transports Elisabeth Borne. «D'autres négociations vont désormais s'ouvrir, à la fois au niveau de la branche, et je réunirai les partenaires sociaux demain pour qu'ils puissent s'engager dans cette discussion, et au niveau de l'entreprise elle-même», a-t-elle dit.

Les groupes CRCE (à majorité communiste) et socialiste ont voté contre. «Nous votons contre ce pacte ferroviaire agité comme un trophée par tous les tenants de l'ultra-libéralisme», a déclaré la présidente du CRCE Eliane Assassi.

Olivier Jacquin (PS) a donné rendez-vous au gouvernement pour les prochaines étapes de la réforme, en particulier la publication des ordonnances, l'assurant que son groupe serait «très vigilant».

En revanche les sénateurs LR, centristes, RDSE, LREM et Indépendants ont voté pour la réforme.

"C’est une nouvelle page qui s’ouvre aujourd’hui pour notre service public ferroviaire, avec : des investissements sans précédent pour remettre à niveau notre réseau ; une ouverture à la concurrence pour développer l’offre de trains ; une nouvelle organisation de la SNCF pour la rendre plus efficace et plus performante ; une reprise de la dette historique ; et un nouveau cadre social protecteur pour les cheminots",a  détaillé la ministre des Transports.

Cette décision survient au lendemain du trentième jour de grève de la part des cheminots, où plusieurs manifestants ont notamment bloqué les voies entre la France et le Luxembourg.