Changer d'édition

France, Espagne, Luxembourg expliquent leur déconfinement
International 3 min. 28.04.2020

France, Espagne, Luxembourg expliquent leur déconfinement

En Espagne, les enfants ont enfin été autorisés dimanche à jouer dans les rues. Une bouffée d'oxygène.

France, Espagne, Luxembourg expliquent leur déconfinement

En Espagne, les enfants ont enfin été autorisés dimanche à jouer dans les rues. Une bouffée d'oxygène.
Photo : AFP
International 3 min. 28.04.2020

France, Espagne, Luxembourg expliquent leur déconfinement

Paris, Madrid et Luxembourg présentent mardi leurs plans de sortie progressive de confinement. Des annonces qui tombent à l'heure où le nombre de cas enregistrés dans le monde a dépassé les trois millions d'habitants.

(AFP) - Les Français apprendront ce mardi après-midi par la voix du Premier ministre Edouard Philippe si le port du masque sera obligatoire, si les écoles vont ouvrir voire si les déplacements inter-régionaux seront autorisés. L'enjeu est vital: relance de l'économie et maîtrise de l'épidémie dans l'Hexagone (déjà plus de 21.850 décès). Dans tous les cas, est exclu un retour à une vie normale le 11 mai, date envisagée pour la levée d'un confinement en vigueur depuis le 17 mars en France. 

A noter qu'au Luxembourg, pareilles clarifications sont attendues ce même jour. Paulette Lenert et Claude Meisch expliquant ce qu'il en sera pour la Santé et l'Education, ce matin. Corinne Cahen prenant le relais, cet après-midi, pour expliquer comment le contact pourra être repris entre les familles et les résidents des maisons de retraite.  

L'Espagne, où le confinement a été prolongé jusqu'au 9 mai, le plan d'assouplissement est aussi attendu mardi. Depuis dimanche, dans ce pays où les habitants ont été cloîtrés chez eux pendant six semaines, les enfants peuvent enfin jouer dans la rue à condition de respecter un certain nombre de restrictions. Les Espagnols, eux aussi, en sauront plus ce 28 avril sur ce qui les attend désormais.

En Europe, le Premier ministre britannique Boris Johnson, lui-même atteint du virus et de retour aux affaires lundi, a appelé ses concitoyens à la patience. La Norvège a rouvert lundi des écoles. Une semaine après les "barnehager" qui font office de crèches et de maternelles, c'est au tour des enfants de six à dix ans de retrouver les bancs de l'école, dans des classes réduites à 15 élèves. Les Suisses ont pu recommencer à aller chez le coiffeur ou le fleuriste.

En Allemagne et en Autriche, une grande partie des commerces ont rouvert, avec de stricts mots d'ordre de "distanciation sociale" et à grands renforts de masques. En Italie, les écoles resteront fermées jusqu'en septembre mais les entreprises stratégiques de la troisième économie européenne ont été autorisées à rouvrir.  


Jose, 45, pushes her son Pol's stroller past a mural depicting a person wearing a face mask, on April 26, 2020, in Barcelona, during a national lockdown to prevent the spread of the COVID-19 disease. - After six weeks stuck at home, Spain's children were being allowed out today to run, play or go for a walk as the government eased one of the world's toughest coronavirus lockdowns. Spain is one of the hardest hit countries, with a death toll running a more than 23,000 to put it behind only the United States and Italy despite stringent restrictions imposed from March 14, including keeping all children indoors. Today, with their scooters, tricycles or in prams, the children accompanied by their parents came out onto largely deserted streets. (Photo by Josep LAGO / AFP)
L'Europe s'engage vers une sortie prudente du confinement
En ordre dispersé et parfois dans la polémique, les Européens ont amorcé un déconfinement qui s'annonce particulièrement complexe, alors que la pandémie a fait à ce jour plus de 206.000 morts pour près de trois millions de contaminés dans le monde.

Plusieurs autres pays européens mais aussi une dizaine d'Etats américains ont amorcé une sortie prudente du confinement, encouragés par un ralentissement des contaminations et du nombre de décès. Avec près d'un tiers des cas et plus de 56.000 des 210.000 victimes mondiales, les Etats-Unis sont de loin le pays le plus touché mais il existe de fortes disparités régionales entre zones rurales, très peu concernées, et région de New York par exemple, épicentre de la crise. 

L'Organisation internationale du travail (OIT) a appelé, mardi, les entreprises à protéger leurs salariés. «L'application de mesures de sécurité et de santé au travail est indispensable pour à la fois protéger la vie des travailleurs, de leurs familles et des populations qui les entourent, assurer la continuité du travail et la survie économique», a relevé le directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

En Chine aussi, collégiens et lycéens ont fait lundi une rentrée ultra-sécurisée, avec masques et prises de température, dans les mégalopoles de Pékin et Shanghai.