Changer d'édition

Fillon et Juppé affichent leurs désaccords
International 3 min. 25.11.2016 Cet article est archivé
Débat de la primaire en France

Fillon et Juppé affichent leurs désaccords

François Fillon et Alain Juppé lors du dernier débat pour la primaire de droite, dont le second tour a lieu dimanche.
Débat de la primaire en France

Fillon et Juppé affichent leurs désaccords

François Fillon et Alain Juppé lors du dernier débat pour la primaire de droite, dont le second tour a lieu dimanche.
AFP
International 3 min. 25.11.2016 Cet article est archivé
Débat de la primaire en France

Fillon et Juppé affichent leurs désaccords

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Avant de jeter vendredi leurs ultimes forces dans la bataille de la primaire de droite, le favori François Fillon et son challenger Alain Juppé ont ferraillé sans grand éclat jeudi soir lors de l'ultime débat télévisé, loin des tensions des derniers jours.

(AFP) - Avant de jeter vendredi leurs ultimes forces dans la bataille de la primaire de droite, le favori François Fillon et son challenger Alain Juppé ont ferraillé sans grand éclat jeudi soir lors de l'ultime débat télévisé, loin des tensions des derniers jours.

«Après les escarmouches, les fleurets mouchetés.» Le quotidien Midi libre résume ainsi l'ambiance d'un débat de près de deux heures au cours duquel MM. Fillon et Juppé sont restés sur le fond.

Parfois tendu, le maire de Bordeaux a tenté d'imprimer le rythme en pointant ses divergences avec François Fillon. Mais il a baissé d'un ton par rapport au début de la semaine, ses attaques ayant semé le trouble jusque dans son propre camp.

Selon un sondage Elabe/BFMTV réalisé auprès de 908 personnes ayant suivi l'émission et publié juste après l'émission, M. Fillon a été jugé le plus convaincant par 57% des téléspectateurs, contre 39% pour M. Juppé.

En bon favori M. Fillon s'est employé à désamorcer les critiques, déroulant son programme et dénonçant à plusieurs reprises des «caricatures» chez son rival.

«Tu sais que j'ai toujours eu pour toi de l'amitié et de l'estime et je n'ai pas changé d'avis», avait démarré M. Juppé. Mais «on peut se poser des questions, c'est ce que j'ai fait quand tes positions ou propositions ne me paraissaient pas tout à fait claires, et j'ai été un peu surpris de la virulence de ta réponse». «Les Français qui nous regardent ont droit à la clarté et à la précision», a-t-il poursuivi.

«Ce débat ne doit pas être celui de la division», a répondu François Fillon, attaqué ces derniers jours par son rival sur l'IVG, des soutiens venus de l'extrême droite et son programme économique. «Ce deuxième tour, ce n'est pas un combat, c'est la présentation de projets de deux hommes qui appartiennent à la même famille politique et qui, je pense, ont la même éthique de l'action publique», a-t-il dit.

M. Juppé a pointé une «divergence» avec le député de Paris au sujet des baisses de remboursements de santé, pas «une bonne idée». «Caricature!» a rétorqué Fillon, expliquant toutefois que le système de santé devait être «désétatisé». Ils sont en revanche tombés d'accord sur l'augmentation du numérus clausus pour les médecins.

«Juppé ne veut pas vraiment changer les choses»

Autre point de désaccord: le temps de travail dans la fonction publique. Alain Juppé veut le relever à 39 heures mais «pas de façon brutale». 39 heures payées 37 comme le souhaite M. Fillon, «ça ne se fera pas», «on ne peut pas demander à des fonctionnaires de travailler plus pour gagner moins».

«Pas possible» non plus l'objectif de son rival de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires, pour Alain Juppé, qui souhaite en supprimer 250.000.

«Alain Juppé ne veut pas vraiment changer les choses». «Je n'accepte pas que l'on dise à l'avance que c'est impossible», a répliqué M. Fillon qui présente «un projet qui rompt avec la pensée unique» et il s'est félicité d'avoir gagné «la bataille idéologique».

«Pourquoi je propose 500.000, c'est parce que j'augmente le temps de travail», a-t-il dit.

Les deux hommes sont revenus sur la question de l'IVG. «Le procès qui m'a été fait depuis quelques jours n'était pas correct». «Je n'ai fait aucun procès, j'ai juste posé une question», s'est défendu Alain Juppé, en disant avoir été de son côté, «depuis des mois et des mois, l'objet d'une campagne absolument ignominieuse» sans qu'aucun «lieutenant» de M. Fillon ne la condamne.

«Je n'ai rien à voir avec cette campagne» et «quand je me fais traiter d'homophobe tous les matins je ne t'ai pas entendu non plus prendre ma défense», a répliqué François Fillon.

«Le combat de rue que certains attendaient ou espéraient n'a pas eu lieu. François Fillon et Alain Juppé se sont affrontés à la loyale pratiquement de bout en bout», a commenté Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne.

Après l'énorme surprise du premier tour, les jeux semblent joués. M. Fillon l'emporterait dimanche avec 65% des voix contre 35% à Alain Juppé, selon Ifop-Fiducial.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'heure est aux explications. François Fillon et Alain Juppé ont rendez-vous jeudi soir pour l'ultime débat télévisé de la primaire de la droite, moment de vérité de cet entre-deux tours électrique, avec un maire de Bordeaux à l'offensive pour tenter de rattraper son rival, largement favori.
Alain Juppé a poursuivi mercredi son offensive tous azimuts contre François Fillon, évoquant notamment les «prises de position» de «membres de l'extrême droite» en faveur de son adversaire. Les soutiens du maire de Bordeaux se montraient plus mesurés, appelant notamment au «respect mutuel».
Alain Juppé a déclaré sur RTL: «Ce qui risque de fracturer la droite, c'est les prises de position successives de membres de l'extrême droite, anciens membres du FN, pour la candidature de François Fillon».
Les sept candidats ont débattu de sujets aussi divers que l’élection de Donald Trump, la Syrie ou l’école. Le premier tour du scrutin a lieu dimanche. François Fillon tire son épingle du jeu et oblige la presse à parler désormais d'une "finale à trois".