Changer d'édition

Facebook veut protéger le processus démocratique
International 2 min. 12.08.2020 Cet article est archivé

Facebook veut protéger le processus démocratique

Ces derniers mois, Facebook multiplie les initiatives pour protéger les électeurs des campagnes de désinformation.

Facebook veut protéger le processus démocratique

Ces derniers mois, Facebook multiplie les initiatives pour protéger les électeurs des campagnes de désinformation.
Photo: Shutterstock
International 2 min. 12.08.2020 Cet article est archivé

Facebook veut protéger le processus démocratique

Les sites d'information créés par des organisations politiques ne jouiront plus des mêmes privilèges que les médias indépendants. Telle est l'annonce, mardi, du réseau social américain, en pleine croisade pour une plateforme irréprochable à trois mois des élections américaines.

(AFP) - A quelques mois des présidentielles américaines, Facebook déclare la guerre aux organisations politiques. Dans un communiqué publié mardi, le géant des réseaux sociaux constate qu'il y a un nombre «croissant» de publications soi-disant informatives, directement liées à des partis ou personnalités politiques, qui se consacrent en réalité principalement à «influencer les politiques publiques ou les élections». 

Ces «médias» américains pourront rester sur la plateforme, mais pas figurer sur Facebook News, sa section d'infos qui diffuse des articles de quotidiens, magazines et sites partenaires. Côté publicité, ces pages seront considérées comme des entités politiques et non comme des médias (qui bénéficient de certaines exemptions). Par ailleurs, elles ne pourront plus diffuser d'infos via les messageries Messenger et WhatsApp. 

Lutter contre la désinformation

Ces médias partisans, considérés comme imposteurs, se présentent souvent comme des sites d'informations locales. En pratique, ils rediffusent essentiellement des articles plus ou moins modifiés d'autres sources. Facebook multiplie les initiatives pour protéger le processus démocratique et les électeurs des campagnes de désinformation, aussi bien étrangères que domestiques. 


Les fakes news sur le virus gangrènent la toile
Face à l'afflux de fausses informations sur les réseaux sociaux, le Zentrum fir politesch Bildung agit pour aider les internautes à démêler le vrai du faux. Des initiatives qui se multiplient au Luxembourg, comme ailleurs.

«Nous travaillons en permanence avec des partenaires pour comprendre les nouveaux risques, tout ce qui peut mal tourner, et nous assurer que nous nous préparons bien aux différents scénarios possibles», a déclaré Guy Rosen, un vice-président du groupe en charge de l'intégrité de la plateforme, lors d'une conférence de presse. 

Publicités politiques interdites

Fin juin, le réseau social a décidé de donner la priorité aux «couvertures originales de l'actualité» : quand différents articles sont publiés sur la même nouvelle, l'algorithme doit repérer celui qui «est le plus souvent cité comme étant à la source de l'information» et le faire apparaître en tête. Les autres plateformes ne sont pas en reste. 


Rep. Jim Jordan, R-OH, speaks during the House Judiciary Subcommittee on Antitrust, Commercial and Administrative Law hearing on "Online Platforms and Market Power" in the Rayburn House office Building on Capitol Hill in Washington, DC on July 29, 2020. (Photo by POOL / AFP)
Amazon, Apple, Facebook et Google sermonnés par les politiques
Les élus américains ont donné libre cours mercredi, pendant cinq heures, à des années de frustration vis-à-vis des quatre sociétés tentaculaires qui dominent l'internet mondial.

La semaine dernière, Google a indiqué que les annonceurs politiques qui se font passer pour des sites d'informations locales ne pourraient plus faire de la publicité à partir de septembre. Twitter, de son côté, a interdit toutes les publicités à caractère politique à l'automne, y compris celles de médias qui reçoivent des fonds de partis et comités politiques.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les deux réseaux sociaux ont supprimé un message du président américain qui enfreignait leurs règles sur la désinformation autour de la pandémie de covid-19. Il y évoquait le peu de contaminations, selon lui, des enfants.
US President Donald Trump answers question during a press conference in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC, on August 5, 2020. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Ulcéré par l'attitude du célèbre oiseau bleu à son égard, le président américain a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus.
In this photo illustration, a Twitter logo is displayed on a mobile phone with President Trump's Twitter page shown in the background on May 27, 2020, in Arlington, Virginia. - US President Donald Trump threatened Wednesday to shutter social media platforms after Twitter for the first time acted against his false tweets, prompting the enraged Republican to double down on unsubstantiated claims and conspiracy theories. Twitter tagged two of Trump's tweets in which he claimed that more mail-in voting would lead to what he called a "Rigged Election" this November. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
La société de Mark Zuckerberg a fait savoir jeudi que son application était désormais capable de traquer, discrètement, les arnaqueurs. Pour cela, elle utilisera le système de communication des smartphones à l'arrière-plan.
(FILES) In this file photo taken on March 21, 2018 Social Network applications including Facebook, Instagram, Slack, Snapchat, Twitter, Skype, Viber , Teamsnap and Messenger, are on display on a smartphone in Washington DC.
Facebook said March 28, 2018 it would overhaul its privacy settings tools to put users "more in control" of their information on the social media website."We've heard loud and clear that privacy settings and other important tools are too hard to find and that we must do more to keep people informed," Chief Privacy Officer Erin Egan and Deputy General Counsel Ashlie Beringer said in a blog post."We're taking additional steps in the coming weeks to put people more in control of their privacy," they confirmed.
 / AFP PHOTO / Eric BARADAT
Facebook a annoncé mardi des modifications dans la hiérarchisation de son fil d'actualité, où ses membres lisent les publications de leurs amis ou des pages de marques ou d'entreprises qu'ils ont aimées sur le réseau social.
Pour faire de la place, Facebook va faire descendre dans la liste les commentaires faits par les amis de l'utilisateur sur une information de presse ou une publication d'un tiers.