Changer d'édition

Expulsion de Chine d'une journaliste de «L'Obs»: Le SNJ «attend beaucoup plus» du gouvernement français
Ursula Gauthier, la correspondante du magazine «L'Obs», dans son appartement de Pékin.

Expulsion de Chine d'une journaliste de «L'Obs»: Le SNJ «attend beaucoup plus» du gouvernement français

Photo: AFP
Ursula Gauthier, la correspondante du magazine «L'Obs», dans son appartement de Pékin.
International 27.12.2015

Expulsion de Chine d'une journaliste de «L'Obs»: Le SNJ «attend beaucoup plus» du gouvernement français

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a indiqué dimanche attendre «beaucoup plus du gouvernement français que les timides regrets exprimés par le ministère des Affaires étrangères», après la confirmation samedi par Pékin de l'expulsion imminente de la correspondante en Chine de l'hebdomadaire «L'Obs» Ursula Gauthier.

(AFP) - Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a indiqué dimanche attendre «beaucoup plus du gouvernement français que les timides regrets exprimés par le ministère des Affaires étrangères», après la confirmation samedi par Pékin de l'expulsion imminente de la correspondante en Chine de l'hebdomadaire L'Obs Ursula Gauthier.

Le syndicat indique dans un communiqué qu'il «apporte tout son soutien à Ursula Gauthier, et attend beaucoup plus du gouvernement français que les timides "regrets" exprimés par le ministère des Affaires étrangères».

«Le silence, face à la censure, au nom de la diplomatie, n'a jamais fait avancer nulle part la cause de l'indépendance de la presse» ajoute le SNJ, première organisation de la profession en France.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé samedi l'expulsion de la journaliste sur son site internet, après avoir informé Ursula Gauthier vendredi que, faute d'«excuses publiques» de sa part à la suite d'un article sur la politique décrite comme répressive à l'égard du Xinjiang, vaste région en majorité musulmane de l'ouest de la Chine, sa carte de presse ne serait pas renouvelée, ce qui l'empêchera d'obtenir le renouvellement de son visa.

Ursula Gauthier avait déjà signifié aux autorités que les excuses réclamées par Pékin étaient à ses yeux «hors de question» et «impensables». Le refus de renouveler un visa de journaliste vaut expulsion.

Le SNJ rappelle que l'article d'Ursula Gauthier avait «suscité, ces dernières semaines, une violente campagne de presse contre la journaliste, accusée de "préjugés anti-chinois" dans divers médias proches du pouvoir, provoquant un déchaînement de menaces sur les réseaux sociaux».

«Le Club des correspondants étrangers de Pékin avait réagi en exprimant son inquiétude face à des "manoeuvres" visant en définitive à intimider l'ensemble de la presse internationale», ajoute le SNJ.


Sur le même sujet