Changer d'édition

Le Luxembourg, loin d'être le seul concerné
International 2 min. 12.11.2014 Cet article est archivé
Evasion fiscale, opacité financière

Le Luxembourg, loin d'être le seul concerné

Evasion fiscale, opacité financière

Le Luxembourg, loin d'être le seul concerné

FOTO: GUY WOLFF
International 2 min. 12.11.2014 Cet article est archivé
Evasion fiscale, opacité financière

Le Luxembourg, loin d'être le seul concerné

Les pays de l'UE ne sont toujours pas parvenus à trouver des solutions contre l'évasion fiscale et l'opacité financière, et le Luxembourg est loin d'être le seul pays concerné par ce phénomène, estiment mercredi des ONG.

(AFP) - Les pays de l'UE ne sont toujours pas parvenus à trouver des solutions contre l'évasion fiscale et l'opacité financière, qui coûtent des milliards d'euros de recettes fiscales chaque année, estiment mercredi des ONG.

Après les révélations la semaine dernière sur le système d'évasion fiscale massif mis en place au Luxembourg au profit des multinationales, un groupe d'ONG, dont Oxfam France et CCFD-Terre Solidaire, souligne dans un rapport que le Luxembourg est loin d'être le seul pays concerné par ce phénomène.

Ce rapport compare les politiques mises en place dans 15 Etats de l'Union européenne en matière de lutte contre l'évasion fiscale et de garantie de la transparence.

"Le résultat est très décevant. Les progrès sont extrêmement lents et même la France, qui a longtemps été leader sur ces questions, semble faire machine arrière, désormais plus préoccupée par la compétitivité de ses entreprises multinationales", déplore Lucie Watrinet, du CCFD-Terre Solidaire, citée dans un communiqué.

Selon le rapport, l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Espagne et la Suède sont les "mauvais élèves" en matière de transparence, en raison du manque d'informations disponibles sur les propriétaires réels de leurs entreprises et de leur résistance aux initiatives de l'UE pour promouvoir la transparence sur la propriété des entreprises et des trusts. Or cette opacité "aide les entreprises à échapper à l'impôt et à transférer leurs bénéfices".

Les ONG se penchent en particulier sur les conventions fiscales signées avec les pays en voie de développement, qui "poussent souvent pour la réduction des taux d'imposition des transferts financiers" sortant de ces pays, où le revenu de l'impôt sur les sociétés est pourtant "désespérément nécessaire".


Sur le même sujet

La justice européenne se prononce mercredi sur des exonérations d'impôts accordés par le Luxembourg au géant de la vente en ligne Amazon et à l'énergéticien Engie, épinglées comme aides d'Etat illégales par Bruxelles qui en a ordonné le remboursement.
ARCHIV - 17.12.2020, Brandenburg, Schönefeld/Ot Kiekebusch: Der Schriftzug des Unternehmens am Brandenburger Sortierzentrum des Versandhandels Amazon. (zu dpa «Amazon übertrifft Erwartungen - Rekordgewinn und kräftiges Umsatzplus») Foto: Soeren Stache/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE devrait épingler mercredi l'italien Fiat pour avoir bénéficié de «subventions déguisées», grâce à un système d'accords fiscaux avantageux passés avec le Luxembourg , la fameuse tax ruling. McDonald's, Amazon et Apple font également l'objet d'enquêtes.
Comme le montre le cas de Fiat, les tax rulings -ces accords passés entre Etats et entreprises, en principe légaux- connaissent des dérives.