Changer d'édition

Et si Marine Le Pen gagnait ?
International 6 min. 11.04.2022 Cet article est archivé
Election présidentielle française

Et si Marine Le Pen gagnait ?

L'élection de la populiste de droite Marine Le Pen à la présidence française provoquerait un séisme dans l'UE.
Election présidentielle française

Et si Marine Le Pen gagnait ?

L'élection de la populiste de droite Marine Le Pen à la présidence française provoquerait un séisme dans l'UE.
Photo: AFP
International 6 min. 11.04.2022 Cet article est archivé
Election présidentielle française

Et si Marine Le Pen gagnait ?

Marine Le Pen a des chances de remporter le second tour le 24 avril. En tant que présidente, elle se rapprocherait de Poutine et ferait exploser l'UE.

Par notre correspondante Christine Longin (Paris)

C'est une question délicate qui a été posée à Marine Le Pen lors d'une émission télévisée fin mars. «Vladimir Poutine pourrait-il devenir un allié de la France une fois la guerre d'Ukraine terminée ?», telle était la formulation à laquelle la populiste de droite ne pouvait répondre que par oui ou par non. La candidate à la présidentielle a opté sans hésitation pour un «oui, bien sûr». Même si la femme de 53 ans a ensuite fait marche arrière, il est clair que même la guerre d'agression russe en Ukraine ne peut pas la détourner de sa stratégie de collaboration étroite avec Moscou.


French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen addresses party supporters after the first results of the first round of the Presidential election in Paris, on April 10, 2022. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Le Pen sur un plateau
Le Rassemblement national est le véritable gagnant de ce premier tour de l'élection présidentielle en France.

Dans la campagne électorale, sa proximité avec le maître du Kremlin n'a pas porté préjudice à Marine Le Pen. Au contraire : dans les sondages, elle a tellement progressé que l'on lui prédit jusqu'à 49% lors du second tour contre le président sortant Emmanuel Macron le 24 avril. Une présidente Le Pen est donc possible. Et donc aussi le rapprochement de la France avec Poutine. 

Des «valeurs communes» avec Poutine

Déjà en 2014, lors de l'annexion de la Crimée, l'avocate avait fait l'éloge du chef d'État russe en tant que patriote avec lequel elle partageait des «valeurs communes». Neuf millions d'euros avaient alors été versés par une banque russe pour sa campagne électorale municipale. En 2017, Poutine a envoyé un signal encore plus fort lorsqu'il l'a reçue au Kremlin comme un chef d'État avant les élections. Il était «très heureux» de la voir, a déclaré l'hôte habituellement connu pour son insensibilité.

Si Le Pen arrivait au pouvoir, cela pourrait faire vaciller un certain nombre de pays qui ne sont de toute façon pas très convaincus par les sanctions. La Belgique, l'Italie ou une partie de l'Allemagne, par exemple.

Tara Varma du European Council on Foreign Relations

La proximité de Le Pen avec le président n'est devenue embarrassante que lorsque la Russie a envahi l'Ukraine fin février. Elle s'est résolue à condamner l'attaque, mais n'a pas parlé de crimes de guerre. Une enquête internationale doit clarifier ce qui s'est passé, a-t-elle déclaré après le massacre de Boutcha. Si elle est élue, elle ne veut pas soutenir les sanctions contre la Russie - par crainte des répercussions sur la population française.

La politique de sanctions en danger

Le thème du pouvoir d'achat, qu'elle a habilement utilisé pendant la guerre en Ukraine, l'a fait grimper dans les sondages ces dernières semaines, tandis que Macron s'enfonçait un peu plus à chaque semaine de guerre. Le front européen contre Poutine, que Macron a contribué à forger, serait sérieusement menacé par l'élection de Le Pen. Jusqu'à présent, seul le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a fait défection, mais son pays a nettement moins de poids diplomatique que la France, l'un des pays fondateurs de l'Europe.


TOPSHOT - This photograph taken in Toulouse, southwestern France on April 10, 2022 shows screens displaying TV shows showing the projected results after the close of polling stations in the first round of the French presidential election. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)
Le Luxembourg appelle à faire barrage à l'extrême droite
Plusieurs politiciens luxembourgeois se sont exprimés sur les réseaux sociaux suite aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle .

«Si Le Pen arrivait au pouvoir, cela pourrait faire vaciller un certain nombre de pays qui ne sont de toute façon pas très convaincus par les sanctions. La Belgique, l'Italie ou une partie de l'Allemagne par exemple«, prévient Tara Varma du European Council on Foreign Relations. Sur le plan militaire, les choses devraient également changer avec une présidente Le Pen dans la guerre en Ukraine. » Sa priorité ne sera pas de défendre l'Ukraine et de renforcer la dissuasion sur le flanc est de l'OTAN». On ne sait donc pas ce qu'il adviendrait des livraisons d'armes françaises à l'Ukraine et des 500 soldats stationnés en Roumanie.

Un signal fatal

Dans le programme électoral de Le Pen, il est beaucoup question de la souveraineté de la France. Dans le même temps, elle indique clairement que si elle est élue, elle prendra ses distances avec ses alliés traditionnels. Ainsi, elle veut quitter la structure de commandement intégrée de l'OTAN après la guerre en Ukraine et renégocier les accords stratégiques avec les Etats-Unis. Elle veut mettre un terme aux projets d'armement avec l'Allemagne, comme le système d'avion de combat FCAS et le super char MGCS. Avec le partenaire le plus proche de la France, il existe des «divergences doctrinales, opérationnelles et industrielles insurmontables», écrit-elle. En matière d'armement, elle va donc se lier plus étroitement à la Grande-Bretagne, deuxième puissance nucléaire en Europe après la France.

Photo avant le débat télé du second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron en 2017.
Photo avant le débat télé du second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron en 2017.
Photo: AFP

«Si la France se retirait du projet FCAS, ce serait un signal absolument fatal contre une plus grande coopération européenne en matière de politique de sécurité et de défense», analyse Jacob Ross de la Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik. «Cela mettrait également fin au débat sur une armée européenne». C'est précisément ce que défend Emmanuel Macron, qui espérait, avec la guerre en Ukraine, convaincre les autres Européens du bien-fondé de son projet. Il y a cinq ans déjà, Macron réclamait plus d'Europe dans son discours à la Sorbonne.

«L'Europe des patries»

Avec Marine Le Pen, c'est exactement le contraire qui pourrait se produire. La nationaliste veut affaiblir Bruxelles et renforcer Paris. A l'heure où des pays comme l'Ukraine poussent de toutes leurs forces vers l'UE, la populiste de droite prévoit de détruire la communauté de l'intérieur. Elle avait déjà abandonné son projet initial de faire sortir la France de l'UE et de l'euro avant les élections présidentielles de 2017. Déjà à l'époque, elle s'était rendu compte que les Françaises et les Français les plus âgés, notamment, refusaient un «Frexit».

C'est pourquoi elle mise désormais sur une «Europe des patries» qui doit progressivement remplacer l'UE. Elle a déjà des alliés pour cela. Ses relations sont particulièrement étroites avec Orbán, qui l'a accueillie en octobre à Budapest et lui a envoyé un message de bienvenue vidéo pour son premier grand rassemblement. Cet ami de Poutine lui a également garanti le financement de sa campagne électorale grâce au crédit d'une banque hongroise.


Diversification dans la gestion des ressources humaines du pays et revalorisation du travail de l'élu et des fonctionnaires publics apparaissent comme nécessaires pour répondre aux défis du pays, estime Philippe Poirier.
«Le comportement des électeurs de gauche sera déterminant»
Pour le politologue Philippe Poirier, le second tour de la présidentielle s'annonce plus compliqué qu'il y a cinq ans pour Emmanuel Macron.

Outre la Pologne, d'autres partenaires pourraient être le Danemark, avec sa politique anti-réfugiés, et l'Italie. Les élections y auront lieu l'année prochaine et un gouvernement populiste de droite n'est pas exclu. «Si une telle réaction en chaîne se produisait, l'existence même de l'Union européenne dans sa forme actuelle serait certainement menacée», prévient Ross.

Poutine se réjouirait certainement de cette évolution. Depuis des années déjà, il soutient ostensiblement les chefs de gouvernement qui se montrent critiques envers l'UE. Le Pen est la représentante d'un mouvement qui prend de l'ampleur, a-t-il déclaré lors de sa visite au Kremlin en 2017. Il regardera donc de très près le résultat des élections présidentielles. Car une victoire de la populiste de droite serait aussi une victoire pour lui.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Premier tour de l'élection présidentielle
Selon les premières estimations du vote du premier tour de l'élection présidentielle française, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront pour le second tour.
(FILES) This picture taken on April 6, 2022 in Marseille, southern France, shows folded electoral leaflets of French President and liberal party La Republique en Marche (LREM) candidate for re-election Emmanuel Macron (L) and French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen ahead of the first round of the French presidential election. - French President Emmanuel Macron leads far-right leader Marine Le Pen in the first round of France's elections by a larger than expected margin, with the rivals now set to battle for the presidency in a run-off later this month, projections showed. (Photo by Nicolas TUCAT / AFP)
Vote du premier tour de l'élection présidentielle française
Les électeurs français résidant au Luxembourg sont venus ce dimanche glisser leur bulletin dans l'urne pour le premier tour de l'élection présidentielle française. Ils regrettent une campagne éclipsée par la guerre en Ukraine.
Lundi, Emmanuel Macron ou Marine Le Pen sera président(e) de la République française. Très vite, le Vice-Premier ministre Etienne Schneider et le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, seront amenés à le ou la rencontrer. Qu'en attendent-ils vraiment?
Le Vice-Premier ministre Etienne Schneider (à g.) et le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn.