Changer d'édition

Et si demain la Belgique bannissait l’e-commerce?
International 3 min. 08.02.2022 Cet article est archivé
Economie

Et si demain la Belgique bannissait l’e-commerce?

Paul Magnette, le président du PS francophone, estime que l'e-commerce est une «régression sociale».
Economie

Et si demain la Belgique bannissait l’e-commerce?

Paul Magnette, le président du PS francophone, estime que l'e-commerce est une «régression sociale».
Photo: AFP / archives
International 3 min. 08.02.2022 Cet article est archivé
Economie

Et si demain la Belgique bannissait l’e-commerce?

Max HELLEFF
Max HELLEFF
C’est la proposition du socialiste Paul Magnette à l’heure où le gouvernement De Croo entame la réforme du travail.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Après la sortie du nucléaire,  «faisons de la Belgique un pays sans e-commerce, avec de vrais magasins et des villes vivantes». La sortie de Paul Magnette dans les colonnes du magazine flamand Humo n’est pas passée inaperçue. «Pourquoi devrions-nous laisser des gens travailler dans ces entrepôts pendant la nuit?», se demande le président du Parti socialiste (PS) francophone. «Les gens veulent acheter à toute heure et recevoir leur colis dans les 24 heures. Mais on ne peut vraiment pas attendre deux jours pour un livre?»


A nurse prepares a Covid-19 booster dose
La Belgique recule sur la vaccination obligatoire
Le personnel soignant aurait jusqu’au 1er juillet pour accepter le vaccin, quitte à être testé régulièrement durant les prochains mois.

Selon les points de vue, l’e-commerce est destructeur d’emplois (fermeture des commerces physiques, disparition des petits commerçants et de leurs employés,…) ou au contraire synonyme de nouveaux jobs et de nouvelles perspectives (gestion des grands entrepôts, messageries,…). Pour le socialiste Paul Magnette, l’e-commerce n’est pas un progrès, mais une «régression sociale» : «Ce n’est pas le chômage, mais les malades de longue durée qui constituent le problème. Et ce secteur ne fera que l’aggraver», dit-il.

L’e-commerce convie également à la régression écologique, argumente le socialiste : «Si vous faites face à une transition verte, n’est-il pas dommageable que des milliers de camionnettes circulent chaque jour pour apporter le plus rapidement possible aux gens cinq paires de chaussures, dont ils peuvent ensuite en rendre quatre gratuitement ?»

Une réforme du marché du travail

L'interview du patron du PS résonne comme un coup de semonce  au moment où le gouvernement De Croo aborde la réforme du marché du travail. Plusieurs points seront mis à la discussion, dont une interprétation flexible de la semaine de travail (en la réduisant de 5 à 4 jours) et la facilitation des horaires de nuit dans le commerce électronique. 

La réplique de la droite libérale n’a pas tardé. Le président du Mouvement réformateur Georges-Louis Bouchez estime que «le 19e siècle ne peut pas être un modèle de société. Le progrès est une chance. Nous avons besoin d’ouverture d’esprit et d’adaptabilité dans notre société pour plus de bien-être. Nous ne pouvons pas abandonner le commerce en ligne aux autres pays. Nous perdrions des centaines de millions».

Le bord patronal emboîte le pas au libéral en rappelant que 80% des Belges ont déjà acheté en ligne et que l’e-commerce peut aussi se développer localement. Unizo (Union des entrepreneurs indépendants) demande pour sa part la définition de règles garantissant une concurrence loyale entre les commerçants locaux et les géants internationaux du secteur. L’interdiction des retours gratuits figure parmi ses doléances.

Le PS salue l'arrivée d'Ali Express à Liège

L’anathème jeté par Paul Magnette sur l’e-commerce a tout l’air d’un énième contre-feu brandi face au rival communiste qui lui taille des croupières dans les sondages. Le Soir relève par ailleurs un non-sens flagrant : «A Liège, le PS salue l’arrivée d’Ali Express. A Charleroi (et ailleurs), les rues commerçantes ont été siphonnées par la concurrence des complexes commerciaux et autres  «malls» adoubés par les majorités locales et régionales dont le PS faisait partie. Et l’e-commerce a permis l’émergence de commerçants répondant aux attentes d’une nouvelle génération.»

Comme partout ailleurs, le covid a poussé les Belges à  «e-commercer» de plus en plus. Cette réalité conduit aujourd'hui nombre de petits commerçants à passer par les réseaux sociaux pour vendre parfois à des voisins. Bpost, l’ancienne poste étatique, tourne à plein régime pour livrer en temps et heure les colis venus de toute la planète. Paul Magnette est loin d’avoir gagné son combat, si combat il y a. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’agence gouvernementale en charge de la sécurité des centrales estime que deux d’entre elles peuvent rester en activité au-delà de 2025
Le rédacteur n°2 de la centrale de Tihange pourrait fermer en 2023.