Changer d'édition

La cavale de Jürgen Conings pose de nombreuses questions
International 3 min. 23.06.2021
Enquête en Belgique

La cavale de Jürgen Conings pose de nombreuses questions

L'enquête sur la mort de Jürgen Conings doit déterminer les circonstances de cette dernière et élucider les événements qui l'ont rendue possible.
Enquête en Belgique

La cavale de Jürgen Conings pose de nombreuses questions

L'enquête sur la mort de Jürgen Conings doit déterminer les circonstances de cette dernière et élucider les événements qui l'ont rendue possible.
Photo:AFP
International 3 min. 23.06.2021
Enquête en Belgique

La cavale de Jürgen Conings pose de nombreuses questions

Les moments qui ont précédé le suicide du militaire adepte des idées d’extrême droite et autoproclamé «l’ennemi de l’Etat»se retrouvent au centre d'une enquête. Cette dernière devra expliquer comment un tel événement a pu se produire.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Le scénario était écrit d’avance. Jürgen Conings retrouvé mort, les circonstances de son décès ont fait l’objet de toutes les conjectures sur les réseaux sociaux. Mais pour la police scientifique, il n’y a aucun doute: l’ex-soldat s’est suicidé. 


Jürgen Conings retrouvé mort par des randonneurs
Le corps sans vie du militaire a été découvert dimanche près de la frontière avec les Pays-Bas. Mais son décès ne met pas fin à l'affaire, l'enquête ayant soulevé de graves dysfonctionnements dans l’armée.

Le parquet indique que le corps se trouvait dans un secteur du bois de Dilsen-Stokkem (Limbourg) difficile d’accès, où la végétation était particulièrement épaisse. Elle a probablement contribué à le masquer au regard des policiers et des militaires qui avaient pourtant battu et rebattu cet endroit proche de la frontière belgo-néerlandaise.

C’est dimanche que le corps sans vie de Jürgen Conings a été retrouvé par des vététistes intrigués par une odeur de décomposition que leur ramenait le vent.  Plusieurs armes à feu chargées, des munitions, un couteau, une hache et une machette ont été retrouvées sur place, confirmant l’hypothèse selon laquelle l’homme était fortement armé. Des roquettes, rappelons-le, avaient été trouvées le 17 mai dernier alors que la traque commençait pour neutraliser celui qui s’était déclaré «l’ennemi de l’Etat».


Jürgen Conings a bénéficié d’un dysfonctionnement majeur
Un rapport explique dans le détail pourquoi des informations sensibles ne sont jamais parvenues au sommet des renseignements militaires belges.

Selon le légiste et l’expert en balistique, Jürgen Conings s’est suicidé avec une arme à feu. Le pistolet utilisé a été retrouvé contre le corps. La mort a eu lieu dans un délai compris entre une et quatre semaines. D’autres analyses devraient permettre d’en savoir davantage. Fixer le moment exact de la mort de Conings est évidemment de première importance dans la mesure où son emploi du temps doit être reconstitué. 

A-t-il erré pendant quelques jours ou quelques semaines avant de se suicider? Et qu’a-t-il fait pendant ce temps? A-t-il bénéficié de complicités? Ceux qui le cherchaient ont-ils joué de malchance ou se sont-ils lourdement trompés? Toutes ces questions devront trouver une réponse. Au lendemain de la découverte du corps, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder a confié son soulagement. 


Chasse aux responsabilités dans l’affaire Conings
L’extrême droite flamande est accusée d’avoir contribué à attiser la haine du militaire toujours en cavale contre les musulmans, l’Etat et le monde scientifique.

La socialiste a lancé des pistes de réformes pour éliminer les «extrémistes» et les «racistes» des rangs de l’armée. D’ici la fin du mois, un rapport rédigé par l’inspection des renseignements («Comité R») permettra peut-être d’établir certaines responsabilités. Jamais en effet le soldat Conings n’aurait dû avoir accès à des dépôts d’armes dans la mesure où il avait été auparavant identifié comme potentiellement dangereux.

Dans le même temps, la ministre a eu des mots de réconfort pour la famille de Jürgen Conings. D’autres soutiens sont venus de la centaine de personnes rassemblées pour rendre hommage au militaire décédé, mais aussi du virologue Marc Van Ranst, une de ses cibles pourtant du militaire.


Tom Van Grieken et Bart De Wever
Nouvelle poussée de l’extrême droite flamande
Le Vlaams Belang profite de l’affaire Conings et renvoie les démocrates à la perspective de son accession au pouvoir.

Le président du Vlaams Belang (extrême droite) Tom Van Grieken s’est lui aussi fendu d’un tel soutien sur Facebook. Mais le réseau social a supprimé son message. Son post «a violé notre politique concernant les personnes et les organisations dangereuses», a déclaré un de ses porte-parole. Réponse de Tom Van Grieken: «Il est urgent de mettre un terme à la censure arbitraire des géants du multimédia». Pourtant, oublie de préciser Tom Van Grieken, la publicité investie par le Vlaams Belang sur Facebook a largement contribué à sa victoire lors des élections de mai 2019.

Depuis lundi, des images volées du cadavre de Jürgen Conings prises et vendues vraisemblablement par un chasseur présent sur les lieux de sa découverte font le tour de certains médias.  Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne a qualifié cette attitude de «moralement ignoble».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le corps sans vie du militaire a été découvert dimanche près de la frontière avec les Pays-Bas. Mais son décès ne met pas fin à l'affaire, l'enquête ayant soulevé de graves dysfonctionnements dans l’armée.