Changer d'édition

Enfin, un médicament qui semble améliorer la survie
International 4 min. 16.06.2020

Enfin, un médicament qui semble améliorer la survie

La dexaméthasone est déjà utilisée dans de nombreuses indications pour ses puissants effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs

Enfin, un médicament qui semble améliorer la survie

La dexaméthasone est déjà utilisée dans de nombreuses indications pour ses puissants effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs
International 4 min. 16.06.2020

Enfin, un médicament qui semble améliorer la survie

AFP
AFP
Peu cher et facilement disponible, ce stéroïde, la dexaméthasone réduit la mortalité chez les malades les plus gravement atteints du covid-19, selon des chercheurs britanniques. Le Royaume-Uni dispose de 200.000 traitements prêts à l'emploi stockés depuis mars.

(AFP) - «Une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle», ont estimé dans un communiqué les responsables du vaste essai clinique britannique Recovery. Dans la foulée, le gouvernement britannique a annoncé que ce traitement allait être immédiatement utilisé pour traiter les malades concernés.

«La dexaméthasone n'est pas chère, déjà commercialisée et peut être immédiatement utilisée pour sauver des vies à travers le monde», a commenté l'un des responsables de Recovery, le Pr Peter Horby, de l'université d'Oxford. «Le bénéfice en termes de survie est important chez les patients qui sont suffisamment malades pour avoir besoin d'oxygène, pour qui la dexaméthasone devrait désormais devenir le traitement de base», a-t-il estimé.

Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, le ministre de la Santé Matt Hancock a précisé que le Royaume-Uni disposait de 200.000 traitements prêts à l'emploi stockés depuis mars. Ce médicament est déjà utilisé dans de nombreuses indications pour ses puissants effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs. «C'est une avancée majeure dans la quête de nouvelles manières de traiter les malades du covid», s'est réjoui dans un autre communiqué le Pr Stephen Powis, directeur médical du NHS, le service public de santé britannique.

En effet, comme l'ont souligné les responsables de Recovery, «la dexaméthasone est le premier médicament dont on observe qu'il améliore la survie en cas de covid-19». Un médicament d'une autre famille, l'antiviral remdesivir, a montré une certaine efficacité pour accélérer le rétablissement des malades hospitalisés à cause du covid-19. L'annonce avait officiellement été faite fin avril par les autorités américaines. Mais le remdesivir n'a en revanche pas pu prouver qu'il permettait d'éviter des morts.


(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.

A ce stade, malgré une multitude de pistes, aucun autre traitement n'a eu de résultats probants. Début juin, le même essai Recovery avait conclu que l'hydroxychloroquine, en laquelle certains pays placent beaucoup d'espoirs, n'avait pas d'effet bénéfique contre le covid-19. Ce constat a conduit lundi les autorités sanitaires américaines à retirer l'autorisation d'utiliser en urgence l'hydroxychloroquine contre le covid-19, ainsi qu'un médicament proche, la chloroquine, qui avaient un temps été défendus par le président Donald Trump.

Enfin, le groupe hospitalier parisien AP-HP avait assuré fin avril qu'un autre médicament, le tocilizumab, réduisait «significativement» le risque de mourir ou d'aller en réanimation chez les patients du covid-19 dans un état grave. Mais ces affirmations n'ont pas encore été étayées par des chiffres ou la publication d'une étude. Nombre de spécialistes pensent que la clé du traitement du covid-19 passera non pas par un médicament unique mais par une combinaison de plusieurs d'entre eux.


(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.

L'une des solutions pourrait peut-être consister à «combiner de faibles doses de dexaméthasone avec d'autres médicaments qui agissent sur l'inflammation, ou avec des thérapies qui ciblent le virus, comme le remdesivir», a ainsi expliqué mardi le Dr Stephen Griffin, de l'université de Leeds. Dans le cadre de l'essai Recovery, 2.104 patients ont reçu du dexaméthasone (par voie orale ou intraveineuse) pendant 10 jours, à une dose de 6 mg par jour.

En comparant aux 4.321 autres patients qui ne l'avaient pas reçu, les chercheurs ont déterminé que le traitement a réduit d'un tiers la mortalité chez les malades placés sous ventilation artificielle. En outre, la mortalité a été réduite d'un cinquième chez des patients moins gravement atteints, à qui on administrait de l'oxygène grâce à un masque, sans les intuber.

En revanche, le traitement n'a montré aucun bénéfice pour les patients qui ne nécessitaient aucune assistance respiratoire. Ces résultats n'ont pas encore été publiés sous la forme d'une étude détaillée, mais ont uniquement fait l'objet d'un communiqué de Recovery. Après son évaluation de l'hydroxychloroquine, c'est la deuxième fois que cet essai clinique majeur permet d'arriver à une conclusion d'importance sur le covid-19. Au total, plus de 11.500 patients de 175 hôpitaux britanniques participent à cet essai, qui évalue plusieurs traitements.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'hydroxychloroquine jugée inefficace à titre préventif
Depuis le début de la pandémie, l'utilisation de l'antipaludique comme traitement contre le covid-19 fait débat. Si son efficacité n'a toujours pas été démontrée rigoureusement à ce jour, une équipe de scientifiques a en revanche confirmé son inutilité pour prévenir la maladie.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a bottle and pills of Hydroxychloroquine sit on a counter at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization announced on June 3, 2020 that clinical trials of the drug hydroxychloroquine will resume as it searches for potential coronavirus treatments. On May 25, the WHO announced it had temporarily suspended the trials to conduct a safety review, which has now concluded there is "no reason" to change the way the trials are conducted. The UN health agency's decision came after a study published in The Lancet medical journal suggesting the drug could increase the risk of death among COVID-19 patients. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»
Les médecins luxembourgeois vont recevoir la consigne de ne plus employer la molécule pour le traitement des infections covid-19. Mais pas de raison d'exclure le produit pour d'autres maladies, assure le Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la Pharmacie et des Médicaments.
A pharmacy tech pours out pills of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah, on May 20, 2020. - US President Donald Trump announced May 18 he has been taking hydroxychloroquine for almost two weeks as a preventative measure against COVID-19. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours
Le président des Etats-Unis a révélé lundi qu'il prenait ce médicament à titre préventif contre le coronavirus. Et cela au mépris des recommandations des autorités sanitaires américaines. De quoi soulever une nouvelle polémique.
US President Donald Trump speaks as he tours an Owens & Minor, Inc., medical supplies distribution center in Allentown, Pennsylvania, on May 14, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
La riposte de la recherche face au covid-19
La recherche tente par tous les moyens de trouver une molécule efficace contre le covid-19. Le Grand-Duché apporte sa pierre à l'édifice et pourrait commencer des tests cliniques avec un antiviral expérimental développé pour traiter le virus Ebola.
Für den Kampf gegen das Corona-Virus ist es entscheidend, dass Forscher die Funktionsweise und die Muster der Verbreitung besser verstehen.