Changer d'édition

En pleine COP26, Pékin augmente sa production de charbon
International 02.11.2021 Cet article est archivé
Emissions de CO2

En pleine COP26, Pékin augmente sa production de charbon

Face aux pénuries d'électricité liées à la hausse du coût des matières premières, le président chinois Xi Jinping a autorisé la réouverture de mines de charbon malgré ses engagements pour réduire les émissions de CO2.
Emissions de CO2

En pleine COP26, Pékin augmente sa production de charbon

Face aux pénuries d'électricité liées à la hausse du coût des matières premières, le président chinois Xi Jinping a autorisé la réouverture de mines de charbon malgré ses engagements pour réduire les émissions de CO2.
Photo: AFP
International 02.11.2021 Cet article est archivé
Emissions de CO2

En pleine COP26, Pékin augmente sa production de charbon

La Chine a accru de plus d'un million de tonnes sa production quotidienne d'énergie fossile pour faire face à une pénurie d'électricité, au moment où les dirigeants mondiaux négocient âprement un accord à Glasgow pour épargner à la planète un réchauffement climatique «catastrophique».

(AFP) - En pleine reprise économique mondiale, la Chine subit de plein fouet la flambée du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le géant asiatique dépend à 60% pour alimenter ses centrales électriques. Cette situation pousse les centrales à tourner au ralenti, malgré une forte demande, ce qui entraîne un rationnement de l'électricité et fait bondir les coûts de production pour les entreprises.


Ce que le Grand-Duché attend de la COP26
Si le Luxembourg a fixé sa feuille de route en matière de protection du climat, il entend aussi faire pression sur les partenaires rassemblés pour la 26e Conférence sur les changements climatiques qui vient de débuter, ce 1er novembre en Ecosse.

Pour alléger la pression, les autorités ont autorisé ces dernières semaines la réouverture de mines de charbon. La démarche s'inscrit en contradiction avec la promesse du président chinois Xi Jinping de commencer à réduire les émissions carbonées de son pays avant 2030.

Depuis la mi-octobre, la production quotidienne de charbon dépasse les 11,5 millions de tonnes, a indiqué dimanche la puissante agence de planification NDRC. Cela représente une hausse de capacités de 1,1 million de tonnes par rapport à fin septembre. Le mois dernier, la NDRC n'avait pas exclu d'intervenir pour faire baisser les prix du charbon. 


L'ONU tire la sonnette d'alarme avant la COP26
Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint des records l'an dernier, tandis que l'Amazonie perd de sa capacité à absorber le CO2, a alerté l'organisation internationale lundi, à six jours de la COP26 sur le climat à Glasgow.

L'agence «aura recours à tous les moyens nécessaires [...] pour faire revenir les prix du charbon dans une fourchette raisonnable», avait-elle annoncé sans toutefois préciser les pistes envisagées. Cette hausse de la production intervient au moment où les dirigeants de la planète tentent de s'accorder à Glasgow sur un objectif mondial plus ambitieux en matière de réductions des gaz à effet de serre à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat, la COP26.

Le président chinois figure parmi les grands absents de ce rendez-vous, auquel il s'est adressé par la voie d'un discours écrit. Son pays est à la fois le premier producteur mondial de charbon et le premier pollueur mondial. La Chine est cependant le pays qui investit le plus dans les énergies propres.


Sur le même sujet

Si le Luxembourg a fixé sa feuille de route en matière de protection du climat, il entend aussi faire pression sur les partenaires rassemblés pour la 26e Conférence sur les changements climatiques qui vient de débuter, ce 1er novembre en Ecosse.
Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint des records l'an dernier, tandis que l'Amazonie perd de sa capacité à absorber le CO2, a alerté l'organisation internationale lundi, à six jours de la COP26 sur le climat à Glasgow.
Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.