Changer d'édition

Emmanuel Macron investi président pour un nouveau mandat
International 21 4 min. 07.05.2022
Second quinquennat

Emmanuel Macron investi président pour un nouveau mandat

Emmanuel Macron lors du discours au palais présidentiel de l'Elysée à Paris le 7 mai 2022, lors de la cérémonie d'investiture à la présidence de la France, suite à sa réélection le 24 avril dernier.
Second quinquennat

Emmanuel Macron investi président pour un nouveau mandat

Emmanuel Macron lors du discours au palais présidentiel de l'Elysée à Paris le 7 mai 2022, lors de la cérémonie d'investiture à la présidence de la France, suite à sa réélection le 24 avril dernier.
Photo: AFP
International 21 4 min. 07.05.2022
Second quinquennat

Emmanuel Macron investi président pour un nouveau mandat

Les gardes républicains ont accueilli samedi matin à l'Elysée les invités à la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron pour un second quinquennat qui reste à dessiner.

(AFP) - Un par un ou par groupes, les quelque 450 personnes conviées sont entrées dans la salle des fêtes du palais, où la cérémonie devait débuter à 11H.

Se sont succédé le Premier ministre Jean Castex, ses prédécesseurs Edouard Philippe, Jean-Pierre Raffarin et Manuel Valls, les ministres, de nombreux élus, essentiellement de la majorité comme François Bayrou, les responsables des corps constitués, des académies, des religions...


French President Emmanuel Macron gestures a he leaves Percy military hospital after his visit to meet soldiers injured during external operations and caregivers in Clamart, near Paris, France, on April 28, 2022. (Photo by Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP)
Emmanuel Macron sera investi ce samedi à l'Elysée
Après sa victoire à la présidentielle le 24 avril, le président sortant sera investi ce samedi pour son second quinquennat.

Les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont également été accueillis dans la salle des fêtes au son du premier mouvement du concerto pour hautbois de Haendel.

Ils côtoyaient, sous les ors du palais, des soignants, les maires de certaines communes où s'était déroulé le grand débat en 2019, des responsables d'associations, des sportifs comme Brahim Asloum, champion olympique de boxe, des élèves d'une classe de 6e de l'Oise labellisée JO 2024. Autant d'invités du président qui rappellent les priorités affichées du nouveau quinquennat, dont une réforme de l'hôpital, encore à préciser.

Sont également présents la famille d'Emmanuel Macron, dont son épouse Brigitte et ses filles, et des amis du couple.

Pour la cérémonie, l'Elysée a respecté le protocole suivi par les présidents François Mitterrand et Jacques Chirac lors de leurs réélections, avec ses grandes étapes: réception dans la salle des fêtes, proclamation des résultats par le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius, discours, canonnade aux Invalides, revue des troupes dans le jardin. Sans sortie ni dans la cour d'honneur, ni sur les Champs-Elysées, ni à l'Hôtel de Ville de Paris.

Une cérémonie sobre

Mais l'événement se veut moins spectaculaire que l'investiture du 14 mai 2017, lorsque des centaines de journalistes et d'invités guettaient dans la cour d'honneur, et jusque sur les toits, l'arrivée du jeune président de 39 ans sur le long tapis rouge et le départ de son prédécesseur François Hollande dans la foulée.

Cette fois, la cérémonie est souhaitée sobre, par respect du protocole mais aussi par volonté politique après la nette victoire d'Emmanuel Macron marquée néanmoins par un score record de son adversaire d'extrême droite Marine Le Pen.

Un président qui appelle à «agir sans relâche»

Emmanuel Macron a appelé à «agir sans relâche» pour que la France devienne «une nation plus indépendante» et pour «construire nos réponses française et européenne aux défis de notre siècle», au cours de son discours de la cérémonie d'investiture pour son second mandat samedi à l'Elysée.


French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron (R) closes his eyes as he holds Brigitte Macron's hand while celebrating his victory in the second round of France's presidential election, at the Champ de Mars, in Paris, on April 24, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Le plus dur commence pour Macron selon la presse
«Une victoire, mille défis» à la une du Télégramme, voire «Tout reste à faire» à celle de La Croix: pour les quotidiens de lundi, Emmanuel Macron reconduit président doit désormais se porter au chevet d'une France aux fractures béantes.

Pour cela, le chef d'Etat a affiché, dans son allocution d'une dizaine de minutes, son ambition de présider avec «une nouvelle méthode» en «planifiant, en réformant, en associant» les Français. Il a fait le «serment de léguer une planète plus vivable et «une France plus forte».

Un discours du chef de l'Etat qui se doit de rappeler les grandes orientations qu'il entend donner dans les cinq prochaines années, sans pour autant être un discours de politique générale ni aborder les sujets d'actualité, à commencer par le choix d'un nouveau Premier ministre.

«Cette cérémonie vise à instaurer une sacralité de la République. Elle s'inscrit dans un long chemin de traditions politiques et historiques dont le président est le dépositaire», a expliqué l'Elysée.

Pour l'historien Jean Garrigues, interrogé par l'AFP, elle représente «le prolongement d'un rituel quasi monarchique. Au fond c'est une sorte de sacre du monarque républicain».

La présence de 160 militaires «est liée au contexte de guerre en Ukraine mais aussi à la conception que se fait Emmanuel Macron de l'importance de l'armée française et au rôle du président de la République comme chef des armées», estime Jean Garrigues.


A protestor walks past a line of riot police personnel carrying a placard which translates as 'neither Macron nor Le Pen' during a demonstration 'against racism and fascism' in Paris on April 16, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)
Le troisième tour social se prépare à Metz
Qu'ils militent pour des associations, des collectifs féministes ou des partis politiques, les déçus du résultat de l'élection présidentielle sont légion. A Metz, plusieurs comptent sur la naissance d'une forte mobilisation pour faire entendre leurs voix.

Cette investiture ne marque pas le début du nouveau quinquennat: il faudra officiellement attendre la fin du premier, le soir du vendredi 13 mai à minuit.

La nomination du nouveau Premier ministre, objet de toutes les supputations depuis plusieurs jours, n'interviendra qu'après cette date. D'ici là, «le gouvernement est à la tâche pour agir, protéger les Français, prendre toutes les décisions nécessaires, et le temps des décisions individuelles et des nominations n'est pas venu», a affirmé mercredi le porte-parole Gabriel Attal, rapportant des propos du chef de l'Etat.


Sur le même sujet

Le parti présidentiel La République en marche change de nom et devient «Renaissance», un «parti populaire qui a vocation à être ouvert» aux citoyens et élus «d'où qu'ils viennent», a indiqué jeudi son délégué général Stanislas Guerini.
(From L) LREM party's head Stanislas Guerini, French centre-right party MoDem president and mayor of Pau Francois Bayrou, France's Junior Minister of Relations with the Parliament Marc Fesneau and President of the Horizons party Edouard Philippe arrive for a press conference after a LREM executive bureau's meeting, in Paris, on May 5, 2022. - Presidential party La Republique en marche is changing its name to "Renaissance", a "popular party that has a vocation to be open" to "always make the choice of the Enlightenment against obscurantism", said on May 5, 2022 its party leader Stanislas Guerini. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Le troisième président de la Ve République française (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique avant de voir son mandat fracassé par la crise économique, est mort mercredi soir du virus, entouré des siens dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 94 ans.
(FILES) This file photo taken on May 20, 1974 shows then French elected President Valery Giscard d'Estaing waving to the crowd from the balcony of his campaign headquarters 'rue de la Bienfaisance' in Paris. - Former French President Valery Giscard D'Estaing died at the age of 94, announced his entourage on December 2, 2020. (Photo by - / AFP)