Changer d'édition

Elisabeth Borne, une technicienne issue de la gauche à Matignon
International 5 min. 16.05.2022
Politique française

Elisabeth Borne, une technicienne issue de la gauche à Matignon

Elisabeth Borne, est membre de l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales.
Politique française

Elisabeth Borne, une technicienne issue de la gauche à Matignon

Elisabeth Borne, est membre de l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales.
Photo: AFP
International 5 min. 16.05.2022
Politique française

Elisabeth Borne, une technicienne issue de la gauche à Matignon

Deuxième femme nommée Première ministre sous la Ve République, Elisabeth Borne, 61 ans, est une technicienne issue de la gauche réputée tenace et dont la loyauté pendant tout le dernier quinquennat, dans trois ministères difficiles, a fait la différence pour accéder à Matignon.

(AFP) - Nommée 30 ans après Edith Cresson, seule Première ministre entre 1991 et 1992, Elisabeth Borne, qui fut directrice de cabinet de Ségolène Royal est membre de l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales, à commencer par «la mère des batailles» sur les retraites.


French President Emmanuel Macron arrives at the Elysee presidential palace in Paris on May 7, 2022, to attend his investiture ceremony as French President, following his re-election last April 24. (Photo by GONZALO FUENTES / AFP)
Emmanuel Macron investi président pour un nouveau mandat
Les gardes républicains ont accueilli samedi matin à l'Elysée les invités à la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron pour un second quinquennat qui reste à dessiner.

Cette ingénieure, née le 18 avril 1961 à Paris, diplômée de l'Ecole nationale des Ponts et chaussées et de Polytechnique, haut fonctionnaire, se définit elle-même comme «une femme de gauche» avec «la justice sociale et l'égalité des chances» au coeur de ses combats.

A son arrivée au ministère du Travail en juillet 2020, déjà en pleine crise sanitaire liée au covid-19, elle a notamment dû gérer le très contesté dossier de la réforme de l'assurance chômage, dénoncée unanimement par les syndicats. Présentée en mars 2021 dans une version «adaptée» à la crise, elle est pleinement entrée en vigueur en décembre, après avoir été un temps suspendue. 

«Plus politique» que Muriel Pénicaud

A son actif également, le plan «Un jeune, une solution» présenté dès juillet 2020 qui a mobilisé une palette de dispositifs pour l'emploi, dont des aides massives à l'apprentissage, pour éviter une «génération sacrifiée». Elle avait aussi hérité de l'explosif dossier des retraites, même s'il avait été remisé.


French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron celebrates after his victory in France's presidential election, at the Champ de Mars in Paris, on April 24, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)
Macron largement plébiscité au Luxembourg
Les Français du Grand-Duché ont placé Emmanuel Macron en tête ce dimanche face à Marine Le Pen.

Cette sexagénaire toujours tirée à quatre épingles, souvent une cigarette électronique à la main - y compris discrètement dans l'hémicycle des assemblées -, est réputée bien connaître ses dossiers.

«Plus politique» que sa prédécesseure Muriel Pénicaud, selon un observateur du secteur, elle a entretenu des relations plus fluides avec les partenaires sociaux.

«Peut-être qu'elle est un peu plus rigoureuse sur un certain nombre de choses, dans les relations en tout cas», mais «la stratégie c'est la même», tempérait toutefois Philippe Martinez (CGT) l'an dernier.

«C'est une super techno», commentait récemment un autre responsable syndical, qui ne la voyait pas à Matignon. «Si on se dit qu'il y a besoin d'empathie, pour le coup, vous partez de loin», grinçait-il, tout en reconnaissant qu'«elle n'a pas un mauvais bilan» au ministère du Travail.

Elle n'a pas un mauvais bilan au ministère du Travail.

Un responsable syndical

Dans les couloirs des ministères où elle a officié, on rappelle qu'elle fut surnommée «Borne out» pour sa dureté supposée envers ses collaborateurs, un jeu de mots avec le «burn out», ou syndrome d'épuisement.

Elisabeth Borne avait multiplié ces derniers mois les interventions dans les médias pour défendre l'action du gouvernement, notamment le «bouclier anti-licenciement» du chômage partiel face à la crise, ou pour battre le rappel sur le télétravail face au covid-19.

Elle a d'ailleurs elle-même passé plusieurs jours à l'hôpital en mars 2021 après avoir contracté le virus, confiant par la suite avoir vécu une expérience «angoissante» et s'être vu «administrer ponctuellement de l'oxygène».

La bosse des maths

Avant d'arriver rue de Grenelle, Mme Borne avait d'abord géré le portefeuille des Transports dans les gouvernements d'Edouard Philippe.

Durant ces deux années à ce poste, elle avait gagné une assise certaine en menant à son terme l'une des réformes emblématiques du quinquennat, celle de la SNCF, et en portant la loi touffue sur les mobilités (LOM).


A protestor walks past a line of riot police personnel carrying a placard which translates as 'neither Macron nor Le Pen' during a demonstration 'against racism and fascism' in Paris on April 16, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)
Le troisième tour social se prépare à Metz
Qu'ils militent pour des associations, des collectifs féministes ou des partis politiques, les déçus du résultat de l'élection présidentielle sont légion. A Metz, plusieurs comptent sur la naissance d'une forte mobilisation pour faire entendre leurs voix.

Elle avait ensuite remplacé François de Rugy comme ministre de la Transition écologique et solidaire lors d'un remaniement en juillet 2019.

Elisabeth Borne avait déjà fait un passage en 2014 comme directrice de cabinet de la ministre de l'Environnement Ségolène Royal. L'année précédente, en 2013, elle avait été préfète de la région Poitou-Charentes, présidée alors par Mme Royal.

Dès 2015, Mme Borne avait toutefois été nommée présidente de la RATP, grande entreprise publique de transports, quelques années après avoir été directrice de la stratégie de la SNCF, au début des années 2000.

Dans une carrière essentiellement consacrée au service public, notamment dans les cabinets socialistes dans les années 1990, chez Lionel Jospin à l'Education ou Jack Lang à la Culture, Mme Borne a aussi fait un passage dans le privé, chargée des concessions du groupe Eiffage en 2007, avant de rejoindre la Mairie de Paris comme directrice de l'urbanisme.

45% de personnes interrogées disent ne pas la connaître

Très discrète sur sa vie privée, ayant perdu son père «très jeune» avec une mère qui n'«avait pas vraiment de revenus», elle a été pupille de la Nation, confiant avoir trouvé dans les maths «quelque chose d'assez rassurant, d'assez rationnel».

Divorcée et mère d'un enfant, elle a par ailleurs indiqué que la communauté juive était «la sienne», lors d'un entretien sur Radio J en juin 2021.

Elisabeth Borne est la quatrième cheffe du gouvernement sous la Ve République à n'avoir jamais brigué un mandat au suffrage universel, après Georges Pompidou, Raymond Barre et Dominique de Villepin.


Newly-appointed Prime Minister Jean Castex looks on during the handover ceremony, at the Matignon Hotel in Paris on July 3, 2020. (Photo by Ludovic Marin / AFP)
16 ministres pour le nouveau gouvernement français
Le président de la République française n'aura guère laissé de temps à son nouveau Premier ministre pour former son équipe. Trois jours et voilà le troisième gouvernement sous l'ère Macron annoncé ce lundi.

Si elle avait annoncé sa candidature aux législatives dans le Calvados en juin, cette absence d'«enracinement» et un sens politique jugé relatif avaient provoqué la circonspection de certains caciques de la majorité présidentielle lorsque son nom avait été mis en avant dès le lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron.

En avril, dans un sondage Ifop, 45% des personnes interrogées disaient d'ailleurs ne pas la connaître.

Mais après de nombreuses hypothèses, de Catherine Vautrin à Marisol Touraine, c'est cette fidèle - «loyale, intègre, bûcheuse et plutôt drôle quand on la connaît», selon un élu - que le chef de l'Etat a choisie. Avec un premier défi de taille: mener la bataille des législatives pour que la macronie conserve sa majorité à l'Assemblée.


Sur le même sujet

Marine Le Pen lance mercredi son parti dans la bataille des élections législatives où la finaliste de la présidentielle entend conforter sa place de première opposante à Emmanuel Macron, revendiquée aussi par Jean-Luc Mélenchon et son union des gauches.
French far-right party Rassemblement National's (RN) leader Marine Le Pen, stops for a coffee during her visit to a local flee market as she begins her campaigning for the upcoming June legislative elections, in Henin-Beaumont, northwestern France on May 8, 2022. - The legislative elections in France which take place two months after the national elections are scheduled to be held on 12 and 19 June 2022 to elect the 577 members of the 16th National Assembly of the Fifth French Republic. (Photo by FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)
Le Conseil national du PS a adopté à 62% jeudi soir l'accord avec LFI pour les élections législatives de juin, un changement d'orientation historique, au terme de débats parfois tendus qui ont en partie prolongé la fronde déjà engagée de figures du parti.
French Socialist Party (PS) first secretary Olivier Faure gestures as he delivers a speech during a meeting of the Socialists' National Council, at the party's headquarters in Paris, on May 5, 2022. - France's left-of-centre parties on May 4, 2022 reached an alliance deal for June parliamentary polls, aiming for a strong enough showing to hinder the reelected president's controversial reform plans. The alliance must still be approved by the Socialists' National Council, with people close to the party leadership warning against viewing the vote as a foregone conclusion. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Le parti présidentiel La République en marche change de nom et devient «Renaissance», un «parti populaire qui a vocation à être ouvert» aux citoyens et élus «d'où qu'ils viennent», a indiqué jeudi son délégué général Stanislas Guerini.
(From L) LREM party's head Stanislas Guerini, French centre-right party MoDem president and mayor of Pau Francois Bayrou, France's Junior Minister of Relations with the Parliament Marc Fesneau and President of the Horizons party Edouard Philippe arrive for a press conference after a LREM executive bureau's meeting, in Paris, on May 5, 2022. - Presidential party La Republique en marche is changing its name to "Renaissance", a "popular party that has a vocation to be open" to "always make the choice of the Enlightenment against obscurantism", said on May 5, 2022 its party leader Stanislas Guerini. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)