Changer d'édition

Education: l’ampleur des pertes frôle l’«irréversible»
International 4 min. 24.01.2022
Rapport Unicef

Education: l’ampleur des pertes frôle l’«irréversible»

Les pertes d'apprentissage en raison de la fermeture des écoles ont laissé jusqu'à 70 % des enfants de 10 ans incapables de lire ou de comprendre un texte simple, contre 53 % avant la pandémie dans les pays à revenu faible et intermédiaire d'après l'Unicef.
Rapport Unicef

Education: l’ampleur des pertes frôle l’«irréversible»

Les pertes d'apprentissage en raison de la fermeture des écoles ont laissé jusqu'à 70 % des enfants de 10 ans incapables de lire ou de comprendre un texte simple, contre 53 % avant la pandémie dans les pays à revenu faible et intermédiaire d'après l'Unicef.
Photo: Shutterstock
International 4 min. 24.01.2022
Rapport Unicef

Education: l’ampleur des pertes frôle l’«irréversible»

Megane KAMBALA
Megane KAMBALA
En cette Journée internationale de l'éducation, l'Unicef a partagé ses dernières données disponibles sur l'apprentissage des enfants alors que la pandémie de Covid-19 approche de ses deux ans.

Le constat n'est absolument pas réjouissant: plus de 635 millions d'élèves à travers le monde restent pénalisés par des fermetures totales ou partielles des écoles. Pour Robert Jenkins, chef de l'éducation à l'Unicef, «si les perturbations de l'apprentissage doivent cesser, la simple réouverture des écoles ne suffit pas. Les élèves ont besoin d'un soutien intensif pour récupérer l'éducation perdue».


Les enfants payent un lourd tribut à la crise covid
Uni et Unicef ont interrogé près de 700 jeunes Luxembourgeois sur leur état d'esprit actuel. Et le moins que l'on puisse dire est que cela ne va pas fort du côté des 6-16 ans dans le pays.

Selon le dernier rapport de l'Unicef sur le sujet, les enfants ont globalement perdu les compétences de base en matière de calcul et d'alphabétisation. À grande échelle, les perturbations induites par la pandémie ont conduit au fait que des millions d'enfants ont considérablement manqué de l'apprentissage académique qu'ils auraient dû acquérir s'ils avaient été en classe, les plus jeunes et les plus marginalisés étant les plus touchés.

Aussi, pour pallier ces manquements et résorber ces lacunes dont l'ampleur n'augure rien de bon, le rapport préconise quelques solutions à mettre en place pour lutter contre cette baisse du niveau des élèves.

Plusieurs leviers pour endiguer le phénomène

Selon le rapport, de plus en plus de preuves montrent que la consolidation du programme et du matériel pédagogique en accord avec les attentes d'apprentissage plutôt que les normes scolaires telles que toujours établies est efficace. La pandémie représente donc une possibilité de mener des réformes indispensables pour mieux aligner les programmes sur les besoins dits pressants.

Comment? L'idéal serait que les pays forment des comités spécifiques pour établir des priorités et décider quelle matière devrait idéalement être enseignée et apprise dans chaque classe. Il faudrait ainsi déterminer quelles aptitudes, connaissances et compétences sont des conditions préalables à un apprentissage ultérieur, afin que chaque enfant ait la possibilité d'apprendre ce qui est nécessaire avant d'accéder à un niveau supérieur.

L'étude préconise d'ailleurs de mettre l'accent sur l'apprentissage fondamental (la littérature et les chiffres), mais aussi les compétences socioémotionnelles.

Prolonger le temps d'instruction

Les études précédant la crise sanitaire ont montré que l'augmentation du temps consacré à l'instruction peut améliorer les résultats d'apprentissage.

Comment? Les pays peuvent y parvenir en prolongeant le volume horaire des journées de cours, en modifiant le calendrier pour rendre l’année scolaire plus longue, ou en offrant des cours d'été à tous les étudiants ou à ceux qui en ressentent le besoin. De telles actions ne donneront des résultats que si le taux de participation est élevé et si les élèves sont assidus. Il convient alors d'examiner attentivement quelles actions seraient les plus adaptées selon le contexte, ainsi que les compromis que sont prêts à faire les enseignants, les élèves et leurs familles.

Améliorer l'efficience de l'apprentissage 

L'amélioration de l'efficience de l'apprentissage peut se faire de différentes manières. Par l'enseignement ciblé d'abord, qui nécessite d'évaluer les niveaux d'apprentissage des élèves et de regrouper les élèves par niveau de compétence, plutôt que par âge ou année scolaire, pour des périodes précises pendant la journée scolaire et les périodes de vacances. Les enseignants adaptent l'enseignement au niveau d'apprentissage des élèves, plutôt qu'un point de départ supposé selon l'âge.

Les approches d'enseignement ciblé sont flexibles et peuvent être adaptées au contexte des écoles et des systèmes éducatifs.

Investir dans des programmes pédagogiques structurés est une autre façon d'améliorer l'efficience des apprentissages. La pédagogie structurée fait référence à un ensemble complet et cohérent axé sur l’amélioration de l'enseignement et l'apprentissage en classe. Cela peut se faire via le recours à des programmes comprenant généralement des guides de l'enseignant qui fournissent des plans de cours quotidiens, une formation et un encadrement pour les professionnels de l'enseignement.

Autre alternative: offrir des programmes de tutorat en petits groupes puisque le tutorat peut augmenter considérablement la réussite des élèves, surtout parmi les élèves peu performants, mais l'efficacité de cette approche dépend fortement de la taille du groupe et de la fréquence des séances.

Proposer des programmes d'apprentissage autoguidé permet aussi de rendre les apprentissages plus efficaces. À l'instar de l'enseignement ciblé, les programmes d'auto-apprentissage permettent aux élèves de progresser progressivement vers la maîtrise des compétences fondamentales. Les activités d'auto-apprentissage peuvent être utilisées avec une contribution et des conseils limités de l'enseignant. Elles se font idéalement grâce à des programmes d'auto-apprentissage assistés par ordinateur ou sur application mobile. Ces programmes ont montré des résultats prometteurs.

Autant de propositions qui selon les pays, ne pourront être équitablement mises en place...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les absences pour cause de maladie dans les écoles ne sont pas un phénomène nouveau pendant l'hiver, a déclaré le ministre Meisch. Cette fois-ci, le défi est néanmoins plus compliqué, a-t-il confié.
Für die Regierung gilt, die Schulen unter allen Umständen offen zu halten. Das gewährleistet jedoch längst keinen geregelten Schulbetrieb.
L'impact de la crise sanitaire continue à peser sur les 12-19 ans. Selon un rapport de l'Unicef, la santé mentale des jeunes Luxembourgeois n'en finit d'ailleurs pas de s'aggraver, mais les solutions de prise en charge manquent encore.
A cause du virus, les filles et garçons issus des classes sociales les plus basses ont davantage été confrontés au décrochage scolaire et parfois aux violences conjugales, selon Marie-Josée Jacobs. La présidente de Caritas appelle à la mise en place d'«un réel accompagnement psychologique».
Alors que la pandémie sanitaire frappe le pays depuis près d'un an, les jeunes générations sont de plus en plus touchées psychologiquement. Une situation préoccupante que constatent les professionnels de santé au quotidien.
Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.
Suite à la crise du covid-19, le ministère de l'Éducation nationale a émis une proposition en vue de résorber les éventuels retards liés à l'apprentissage à l'école primaire. Des cours de remédiation se dérouleront sur base volontaire, du 31 août au 11 septembre.
Lok ,Osten , Grevenmacher , Schulrentree nach Coronakrise im Fondamental/ Grundschule , Sars-CoV-2 , Covid-19 , Corona , Schule , Kinder , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort