Changer d'édition

Echec du lancement de la fusée Soyouz: enquête pénale ouverte
TOPSHOT - NASA astronaut Nick Hague, a member of the International Space Station (ISS) expedition 57/58, is helped by specialists as his space suit is tested at the Russian-leased Baikonur cosmodrome in Kazakhstan on October 11, 2018. - An astronaut and cosmonaut are due to travel to the ISS on October 11 aboard a Russian Soyuz MS-10 spacecraft. (Photo by Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)

Echec du lancement de la fusée Soyouz: enquête pénale ouverte

AFP
TOPSHOT - NASA astronaut Nick Hague, a member of the International Space Station (ISS) expedition 57/58, is helped by specialists as his space suit is tested at the Russian-leased Baikonur cosmodrome in Kazakhstan on October 11, 2018. - An astronaut and cosmonaut are due to travel to the ISS on October 11 aboard a Russian Soyuz MS-10 spacecraft. (Photo by Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)
International 12 11.10.2018

Echec du lancement de la fusée Soyouz: enquête pénale ouverte

La Russie a ouvert une enquête pénale pour découvrir les raisons de l'échec jeudi du lancement d'une fusée Soyouz qui devait rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) avec deux spationautes à bord, a annoncé le Comité d'enquête russe.

(AFP) – L'enquête vise à déterminer s'il y a eu des violations des règles de sécurité après cet échec qui a conduit les deux spationautes, le Russe Alexeï Ovtchinine et l'Américain Nick Hague, à s'éjecter avec leur capsule et atterrir indemnes dans les steppes du Kazakhstan.

«Un groupe d'enquête a été formé et les responsables examinent actuellement le site de lancement, des documents sont saisis», détaille dans un communiqué le Comité d'enquête, chargé des grandes affaires criminelles en Russie.

Plus tôt, le directeur de l'agence spatiale russe Roskosmos Dmitri Rogozine avait annoncé la formation d'une commission d'enquête. La fusée Soyouz a connu une défaillance de moteur environ deux minutes après son décollage.

Les deux spationautes, qui se sont éjectés grâce à la «tour de sauvetage» de la fusée, ont été récupérés quelques minutes après leur atterrissage plus de 400 kilomètres à l'est du cosmodrome de Baïkonour.

Roskomos a déjà connu plusieurs revers retentissants ces dernières années, dont la perte de deux satellites et d'un vaisseau cargo Progress chargé de ravitailler l'ISS, la défaillance d'un lanceur Proton ou encore la découverte de défauts sur la plupart des moteurs produits pour les fusées devant placer en orbite des satellites.