Changer d'édition

Echanges à propos du cadencement: «Il faut que les frontaliers soient patients»
International 4 min. 12.05.2016

Echanges à propos du cadencement: «Il faut que les frontaliers soient patients»

Les voyageurs sont venus nombreux pour faire entendre leurs revendications.

Echanges à propos du cadencement: «Il faut que les frontaliers soient patients»

Les voyageurs sont venus nombreux pour faire entendre leurs revendications.
Photo: Sophie Wiessler
International 4 min. 12.05.2016

Echanges à propos du cadencement: «Il faut que les frontaliers soient patients»

Ils étaient nombreux ce jeudi matin en gare de Metz à venir s'exprimer à propos du cadencement, mis en place depuis le 3 avril dernier. Mais pas forcément enchantés par ce nouveau dispositif. Les utilisateurs mécontents ont donc fait entendre leur voix auprès de la SNCF.

(SW) - Ils étaient nombreux ce jeudi matin en gare de Metz à venir s'exprimer à propos du cadencement, mis en place depuis le 3 avril dernier

Il faut dire que la mise en place de ce système fait bien des remous: beaucoup de frontaliers se plaignent, notamment sur les réseaux sociaux, des nouveaux horaires, des trains bondés et des retards à répétition, qui étaient censés diminuer avec la mise en route de ce système.

Alors ce jeudi matin, c'était l'occasion pour les utilisateurs mécontents de faire entendre leur voix, en dehors des réseaux. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on les a entendus. 

«Je pars plus tôt, je rentre plus tard...»

«Je perds 1h30 par jour à cause de votre cadencement à la ***», s'exprime avec virulence une femme, habitante de Rémilly et travaillant au Luxembourg. «Mon train est même supprimé pendant les vacances scolaires, je ne sais pas comment je vais aller travailler. Et je dois payer un abonnement de bus en plus !», poursuit-elle vivement. 

Face à elle, Sophie Huraux, responsable de ligne Nancy-Metz-Luxembourg, qui tente de comprendre les revendications des utilisateurs et de les prendre en note.

«On est venus pour écouter les gens mécontents. De toute manière les personnes satisfaites ne s'arrêtent pas pour venir nous parler, elles tracent leur chemin. On note les revendications, on a plein de petites remarques que l'on prend en compte. Ce matin, on voit que beaucoup de gens ont des contraintes horaires à respecter à 10 minutes près par exemple», détaille Jacques Weill, directeur régional de la SNCF.

Même son de cloche pour une autre femme, habitante de Thionville. «Avec ces nouveaux horaires, je suis obligée de partir plus tôt de mon travail. Depuis des années, j'avais un train à 07h25 pour arriver à mon travail à 08h, et maintenant ce train est supprimé ! Pourquoi?»

Un autre jeune homme se plaint de la longueur des trajets. «Vous parlez d'un express mais on s'arrête à toutes les gares, je ne comprends pas». «Maizières-lès-Metz n'est pas assez desservi», «pas de place pour s'asseoir dans le train» etc. Les critiques étaient nombreuses.

Mais le but de cette rencontre était de confronter les statistiques de la SNCF au vrai vécu des utilisateurs. Ainsi, lorsque Jacques Weill parle d'un doublement des places dans le train aux heures de pointe, en soulignant le fait que beaucoup d'utilisateurs ont reconnu qu'il y avait plus de places dans les trains entre Luxembourg et Metz, quelques frontaliers ricanent. «Au départ de Luxembourg le soir, il m'arrive souvent d'être debout jusque Metz», souligne l'une d'entre eux.

«On ne peut pas satisfaire tout le monde»

Jacques Weill tente tout de même de rester positif face aux nombreuses critiques émanant des usagers. «Globalement, quand on pose la question aux gens, ils reconnaissent que le mois d'avril, en dehors des deux premiers jours, s'est plutôt bien passé», souligne-il.

«Les personnes qui habitent Uckange ou Woippy sont enchantées, on y a vu que des usagers contents! Mais on ne peut pas satisfaire tout le monde, c'est impossible», poursuit-il.

Mais le directeur régional de la SNCF admet qu'il faut encore travailler sur deux, trois petites choses. «Il faut que l'on améliore encore un peu le tout».

C'est pourquoi la SNCF envisage notamment d'engager un community manager, pour répondre à la très forte demande des usagers sur les réseaux sociaux. Et afin d'afficher encore plus de visibilité, les statistiques concernant la ponctualité seront désormais visibles sur SNCF - Open data. Mais les problèmes de temps, de correspondances avec les bus et d'horaires sont au cœur de leur travail.

Justement, l'une des satisfactions de ce début de cadencement pour la SNCF n'est autre que la ponctualité. Rien que cette semaine, le taux de ponctualité était de 98% au départ de Thionville, et 85% à l'arrivée à Luxembourg. Beaucoup moins de réussite la semaine dernière, où le taux à l'arrivée ne dépassait pas les 60%.

Des statistiques que Sophie Huraux souhaite nous expliquer: «Les taux à l'arrivée correspondent aux statistiques luxembourgeoises. Ce sont eux qui comptabilisent les trains qui arrivent dans leur gare à l'heure. Celles du départ correspondent aux trains qui partent à temps de Thionville. On voit bien qu'il y a un problème du côté de Luxembourg», détaille-t-elle.

Le Luxembourg commence tout doucement à s'impliquer

En effet, c'est toujours la même rengaine. Ce fameux problème d'étranglement devant la gare de Luxembourg dure depuis de nombreuses années. «Cet engorgement-là n'est pas plus important depuis la mise en place du cadencement», explique Jacques Weill. 

«Nos collègues luxembourgeois ont pris leurs responsabilités puisqu'il y a un investissement massif de leur part, avec notamment des nouveaux quais en 2020 et une double voie prévue en 2022. D'ici là, il y aura sûrement quelques améliorations mais on ne peut plus ajouter de trains. Il va falloir se montrer patient», conclut-il.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Liaison Metz - Luxembourg: Le cadencement, pas au point avant 2020?
Depuis plusieurs jours, de nombreux frontaliers se plaignent du nouveau cadencement des trains mis en place par la SNCF. Des retards constants, des changements d'horaires qui n'arrangent personne, des ralentissements inexpliqués... La liste est longue et le Luxembourg est pointé du doigt par la SNCF.
22.3.2016 Luxembourg, gare, Bahnhof, haute protection, police, Polizei  photo Anouk Antony
Dès ce dimanche 3 avril : Davantage de trains pour les frontaliers
Le projet «cadencement» mis en place par la SNCF prendra effet ce dimanche 3 avril. Davantage de trains vont ainsi relier Nancy et Luxembourg, et une «rame de réserve» sera disponible en gare de Metz pour éviter les potentiels retards. Ces changements vont-ils changer le quotidien houleux des frontaliers?
TER Metz-Luxembourg: La lettre musclée de Masseret à la SNCF
Dans un courrier musclé mettant le doigt sur la dégradation de la qualité de service du TER Lorraine, Jean-Pierre Masseret, président en campagne de la Région Lorraine, somme le directeur régional de la SNCF d'«expliquer publiquement les causes des importants dysfonctionnements» sur le Réseau TER Métrolor. Ce qu'il n'a pas tardé à faire en exprimant sa «ferme volonté de redresser la situation».
Jean-Pierre Masseret fait état dans son courrier adressé au président régional de la SNCF de «problèmes considérables de réalisation et de régularité du service sur l'axe» Metz-Luxembourg, qui «sont apparus depuis dix jours».