Changer d'édition

Duda reconduit à la tête de la Pologne
International 2 min. 13.07.2020

Duda reconduit à la tête de la Pologne

Le président sortant Andrzej Duda a bénéficié du soutien ferme d'agriculteurs, ouvriers, chômeurs et retraités

Duda reconduit à la tête de la Pologne

Le président sortant Andrzej Duda a bénéficié du soutien ferme d'agriculteurs, ouvriers, chômeurs et retraités
Photo: AFP
International 2 min. 13.07.2020

Duda reconduit à la tête de la Pologne

Le président conservateur sortant est arrivé en tête du second tour de l'élection présidentielle de dimanche, selon des résultats officiels quasi complets diffusés lundi. Au terme d’un scrutin marqué par une très forte participation, le parti Droit et Justice (PiS) devrait conserver les pleins pouvoirs.

(JFC, avec AFP) - Andrzej Duda devance légèrement le maire libéral pro-européen de Varsovie Rafal Trzaskowski avec 51,2% des votes, après le dépouillement de 99,7% des bulletins, précise ce lundi la commission électorale. Président de la République depuis le 6 août 2015, Duda était soutenu par le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS, au pouvoir), alors que Trzaskowski représentait le principal parti d'opposition centriste Plateforme civique (PO), qui promet notamment de rétablir les liens avec Bruxelles tendus depuis l'arrivée du PiS au pouvoir en 2015.

«Je suis satisfait de ma victoire», a déclaré dès dimanche soir M. Duda entouré de sa femme et de sa fille, devant ses supporters. M. Trzaskowski soulignant pour sa part que «le résultat n'a probablement jamais été aussi proche dans l'histoire de la Pologne». Alors que les détracteurs du gouvernement PiS l'accusent de faire reculer les libertés démocratiques acquises il y a trois décennies à la chute du communisme, M. Duda a promis de défendre les aides sociales populaires. Il a bénéficié du soutien ferme d'agriculteurs, ouvriers, chômeurs et retraités, alors que M. Trzaskowski a tenté de réunir un électorat bien plus disparate.

Ces élections sont une confrontation de deux visions de la Pologne

«C'est une Pologne divisée en deux qui sort de ces élections (...) et il sera difficile d'apaiser la situation et de renouer les liens entre les deux camps», a estimé le politologue Kazimierz Kik de l'université de Kielce, dans le sud de la Pologne. «La Pologne se réveille devant un triste champ de bataille avec les deux camps vaincus, car nul ne peut crier victoire» , a-t-il ajouté. Selon des analystes, la lutte risque de se poursuivre devant la justice. «Je pense qu'il y aura certainement des manifestations et je pense que toute la question se retrouvera devant la Cour suprême», a déclaré Anna Materska-Sosnowska, politologue à l'université de Varsovie.

Le président sortant a fait une campagne polarisante, attaquant notamment les droits des personnes LGBT et rejetant l'idée d'indemnisations pour les biens juifs volés par les nazis et sous le régime communiste. «Ces élections sont une confrontation de deux visions de la Pologne, entre le blanc-et-rouge et l'arc-en-ciel», avait résumé vendredi le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro,  faisant référence au drapeau national polonais et au symbole utilisé par la communauté LGBT.

Rafal Trzaskowski, le grand battu de l'élection présidentielle polonaise
Rafal Trzaskowski, le grand battu de l'élection présidentielle polonaise
Photo: AFP

M. Trzaskowski, quant à lui, est favorable aux partenariats civils y compris entre personnes du même sexe. Sa décision de signer une déclaration de soutien aux LGBT a incité nombre de régions de l'est rural et le plus conservateur du pays à se proclamer «zones libres de LGBT». Il avait également promis de faire marche arrière concernant les réformes controversées du système judiciaire qui valent à la Pologne des critiques de Bruxelles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Europe rouvre ses frontières, la Chine craint un rebond
Alors que la plupart des frontières intérieures de l'UE et de l’espace Schengen sont accessibles ce lundi, les autorités chinoises ont annoncé des dizaines de nouveaux cas de covid-19 et le placement en quarantaine de dix nouveaux quartiers de Pékin.
People holding European, French and German flags gather on the passerelle des Deux-Rives (footbridge of the Two Banks) connecting Strasbourg, France, to Kehl, in Germany, on June 14, 2020 on the eve of the reopening of the borders between France and Germany, after the two countries' measures to stop the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
La désunion menace Bruxelles
En sommant la semaine dernière la Banque centrale européenne (BCE) de rendre des comptes, la justice allemande soulève de nombreuses questions sur la cohésion de l'UE face au naufrage économique provoqué par la crise du coronavirus.
ARCHIV - 07.09.2016, Hessen, Frankfurt/Main: ARCHIV - Die Zentrale der Europäischen Zentralbank (EZB) in Frankfurt am Main (Hessen) ragt am 07.09.2016 hinter einer Stele mit dem EZB-Logo hoch. (zu dpa "Die Folgen eines deutschen Urteils: Wankt Europas Justiz-Architektur?" am 10.05.2020) Foto: picture alliance / Arne Dedert/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.
(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)