Changer d'édition

Du pétrole pollue plus de 130 plages magnifiques
International 5 10.10.2019

Du pétrole pollue plus de 130 plages magnifiques

Du pétrole pollue plus de 130 plages magnifiques

Photo: AFP
International 5 10.10.2019

Du pétrole pollue plus de 130 plages magnifiques

C'était une énigme depuis début septembre. Les grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages du nord-est du Brésil sont «très probablement» d'origine vénézuélienne, a déclaré mercredi le ministre brésilien de l'Environnement.

(AFP) – Au Luxembourg, trois rivières de première importance viennent d'être polluées en deux mois et au Japon se poursuit le casse-tête des eaux radioactives de Fukushima. Depuis de longues semaines, se posait la question de l'origine de tonnes de pétrole qui se déversent régulièrement sur les plages paradisiaques du nord-est du Brésil.

«Ce pétrole vient probablement du Venezuela, comme le montre un rapport de Petrobras. Ce pétrole se trouvait dans un navire étranger qui naviguait près de la côte brésilienne», a expliqué Ricardo Salles, ministre de l'Environnement devant une commission parlementaire. «Cette fuite, accidentelle ou non, est très difficile à contenir», a-t-il ajouté. 

Les galettes de pétrole s'accrochent aux rochers et s'échouent sur les plages.
Les galettes de pétrole s'accrochent aux rochers et s'échouent sur les plages.
Photo: AFP

 La compagnie pétrolière publique Petrobras, qui a pris part aux opérations de nettoyage, avait assuré dès la semaine dernière que ce pétrole n'était «ni produit ni commercialisé par l'entreprise», après avoir effectué des analyses sur des échantillons prélevés sur place. Le groupe pétrolier public vénézuélien PDVSA ne s'est pas exprimé à ce sujet. 

 Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été constatées sur au moins 2.000 km le long de la côte atlantique. Elles ont atteint à présent l'ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l'activité économique dépend en grande partie du tourisme. 

 Jusqu'à lundi, les autorités avaient retiré 133 tonnes de résidus pétroliers. Lundi, le président Jair Bolsonaro avait affirmé que les autorités avaient identifié «un pays dont le pétrole pourrait être originaire», sans citer le pays en question. Mais le chef de l'Etat s'est gardé de citer le Venezuela, les relations diplomatiques étant déjà très tendues avec le régime socialiste à Caracas qu'il qualifie de «dictatorial».