Changer d'édition

Douze bombes atomiques pour la Belgique
International 3 min. 19.07.2019

Douze bombes atomiques pour la Belgique

La Belgique a commandé des F-35 américains dernièrement. Il s'agit d'appareils adaptés au transport de bombes nucléaires.

Douze bombes atomiques pour la Belgique

La Belgique a commandé des F-35 américains dernièrement. Il s'agit d'appareils adaptés au transport de bombes nucléaires.
Photo: Reuters
International 3 min. 19.07.2019

Douze bombes atomiques pour la Belgique

Une nouvelle génération d’armes nucléaires est destinée à la base militaire de Kleine-Brogel, dans le nord-est du pays. Cette présence expliquerait notamment le choix du gouvernement belge d'acquérir des F-35, avions américains adaptés au transport de ces bombes.

(Max Helleff) La Libre Belgique et De Morgen viennent de réveiller un vieux serpent de mer en diffusant des extraits d’un document issu de l’assemblée de l'OTAN. Dans ce «projet de rapport» daté du 16 avril, ces lignes ont interpellé : «Dans le contexte de l'OTAN, les Etats-Unis déploient environ 150 armes nucléaires, en particulier des bombes gravitationnelles B61, en Europe, à bord d'avions à double capacité, à la fois américains et alliés. Ces bombes sont stockées dans six bases américaines et européennes – Kleine-Brogel en Belgique, Büchel en Allemagne, Aviano et Ghedi-Torre en Italie, Volkel aux Pays-Bas et Inçirlik en Turquie».


A French Rafale pilot prepares to take off at the Kandahar Air Base on February 11, 2008.  Two Rafale took off on two mixed patrols along with two Mirage 2000 D aircraft on their first ever mission from the aerial base of Kandahar in southern Afghanistan to assist ground forces of NATO during Operation Enduring Freedom, if required.   Rafale fighters have already served in the Afghan theater, but flew from the Tadjick capital air base of Duchanbe for a period of four months in 2007.  AFP PHOTO/SHAH Marai
Des armes nucléaires US stationnent en Belgique
Un rapport de l'OTAN signale qu'une base aérienne de la province du Limbourg abrite bien des ogives américaines. Étrangement, le document vient d'être publié sous une nouvelle forme alors que le ministère de la Défense belge se refuse à commenter l'information.

Mais le 11 juillet, le document a disparu du web pour être remplacé par une version corrigée. Celle-ci stipule toujours que «dans le contexte de l'OTAN, les États-Unis déploient environ 150 armes nucléaires (…) à bord d'avions à double capacité…» C'est ici qu'intervient la correction: «Les alliés européens souvent cités comme exploitant de tels avions sont la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Turquie». 

Autrement dit, le premier projet de rapport présentait la Belgique et les autres pays nommés comme des Etats abritant la «bombe» – en contradiction apparente avec l'article 2 du Traité de non-prolifération des armes nucléaires. 

Secret absolu

La seconde version se contente de préciser qu'ils possèdent des avions susceptibles de la transporter. Le subterfuge n'a pas échappé à un député Ecolo qui s'est fait fort d'alerter la presse. Et pour cause: la présence de bombes atomiques en Belgique qui fut par le passé à l'origine de manifestations antinucléaires semble bien réelle. Un secret de Polichinelle jamais officiellement confirmé.

Le «draft» incriminé a manifestement fuité d'une réunion de l'OTAN qui s'est tenue du 31 mai au 3 juin dernier, à Bratislava. A priori, il ne représente que les vues du rapporteur général. Toutefois, le secret absolu sur la localisation des arsenaux de l'Alliance atlantique s'applique aussi à son assemblée.

Redoutable privilège

Quoi qu'il en soit, le rapport apporte au moins deux informations. Un: les Belges – mais aussi leurs voisins directs – ont le redoutable privilège de côtoyer une nouvelle génération de bombes atomiques. De «faible puissance», la B61-12 peut être guidée et non plus seulement larguée. Coût total de sa production aux Etats-Unis: entre 7,5 et 10 milliards de dollars. 

Douze de ces nouvelles bombes sont ou seront stockées à Kleine-Brogel (sur les 150 destinées à l'Europe contre 240 engins nucléaires de vieille génération).

Ni démenti, ni confirmé  

Deux: le F-35 que la Belgique vient d'acquérir sera adapté par son constructeur Lockheed Martin afin de tirer la nouvelle B61-12. Coïncidence? Tout au long du marché public qui a encadré l'achat du nouvel avion, il a été reproché au gouvernement Michel d'avoir lancé un appel d'offre taillé sur mesure pour le chasseur bombardier américain F-35, seul avion à disposer de la technologie nécessaire pour le transport de la bombe atomique… américaine.


Le chasseur-bombardier F-35 de l’Américain Lockheed Martin assurera dès la prochaine décennie la défense du ciel du Benelux.
Des F-35 belges dans le ciel du Benelux
Le gouvernement Michel s'apprête à choisir le chasseur-bombardier américain en dépit de toutes les mises en garde.

Priées de s'expliquer, les autorités belges n'ont ni démenti, ni confirmé la présence d'un arsenal nucléaire de dernier cri à Kleine-Brogel, dans le Limbourg.

L'an dernier, à Bruxelles, l'OTAN avait souligné que la dissuasion nucléaire atlantique repose «également» sur les bombes américaines déployées en Europe et sur les infrastructures mises à disposition «par les Alliés concernés», y compris les «avions à double capacité». Même de «faible puissance», l'arme atomique semble bien faire son retour en grâce.


Sur le même sujet

Des armes nucléaires US stationnent en Belgique
Un rapport de l'OTAN signale qu'une base aérienne de la province du Limbourg abrite bien des ogives américaines. Étrangement, le document vient d'être publié sous une nouvelle forme alors que le ministère de la Défense belge se refuse à commenter l'information.
A French Rafale pilot prepares to take off at the Kandahar Air Base on February 11, 2008.  Two Rafale took off on two mixed patrols along with two Mirage 2000 D aircraft on their first ever mission from the aerial base of Kandahar in southern Afghanistan to assist ground forces of NATO during Operation Enduring Freedom, if required.   Rafale fighters have already served in the Afghan theater, but flew from the Tadjick capital air base of Duchanbe for a period of four months in 2007.  AFP PHOTO/SHAH Marai
Tilly Metz interpellée sur une base militaire belge
L'eurodéputée Tilly Metz et trois autres eurodéputés écologistes ont été interpellés mercredi après être entrés sur une base aérienne belge où sont stationnés des chasseurs bombardiers F-16 pour réclamer le retrait des bombes nucléaires américaines.
Après les Etats-Unis, la Chine largue sa méga-bombe
La Chine a testé sa plus puissante bombe non nucléaire, selon un média d'Etat, qui l'a surnommée «la version chinoise de "la mère de toutes les bombes"», en référence à un engin américain largué en Afghanistan.
C'est un bombardier chinois H-6K qui a réalisé le largage de cette bombe.