Changer d'édition

Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter
International 3 min. 27.05.2020 Cet article est archivé

Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter

Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter

Photo: AFP
International 3 min. 27.05.2020 Cet article est archivé

Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter

Le réseau social a signalé pour la première fois mardi des messages du président américain comme «trompeurs» mais était dans le même temps violemment attaqué pour avoir laissé le locataire de la Maison Blanche accuser, sans l'ombre d'une preuve, un ancien élu d'avoir assassiné une assistante parlementaire.

(AFP) - Twitter, souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, a ajouté mardi une mention «vérifiez les faits» à deux tweets du milliardaire républicain qui affirmait que le vote par correspondance était nécessairement «frauduleux». 

«Twitter interfère avec l'élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post», a réagi le président, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. «Twitter étouffe la LIBERTE D'EXPRESSION», a-t-il ajouté. «Ces tweets contiennent des informations potentiellement trompeuses sur le processus de vote et ont été signalés pour fournir du contexte additionnel sur le vote par correspondance», a justifié un porte-parole de la plateforme. 

Mais Twitter n'a pas agi contre d'autres messages au vitriol de Donald Trump publiés mardi matin, dans lesquels il relaie une théorie du complot infamante. - Théorie du complot - Le président s'attaque régulièrement au présentateur de la chaîne câblée MSNBC Joe Scarborough, ancien homme politique qui fut son ami avant de le critiquer ouvertement à l'antenne. Plusieurs sites et blogs ont entretenu l'idée selon laquelle Mr Scarborough, alors élu républicain, aurait assassiné son assistante parlementaire Lori Klausutis en 2011, sans aucun élément tangible à l'appui. Le veuf de cette femme a fini par écrire au patron de Twitter, Jack Dorsey. 

«S'il vous plait, effacez ces tweets», a demandé Timothy Klausutis, dans cette lettre relayée par plusieurs médias américains mardi. «Ma femme mérite mieux que ça. » «Je vous demande d'intervenir parce que le président des Etats-Unis s'est approprié quelque chose qui ne lui appartient pas: la mémoire de mon épouse disparue, et l'a pervertie par calcul politique» , a-t-il poursuivi. Mardi, Jack Dorsey n'avait pas réagi publiquement à cette demande et les tweets incriminés n'avaient pas été supprimés. 


HENDERSON, NEVADA - APRIL 17: Liberty High School senior Rebecca Jax (L) talks with principal Derek Bellow as she rides by during a celebration to recognize seniors in the class of 2020 at the school as the coronavirus continues to spread across the United States on April 17, 2020 in Henderson, Nevada. Students remained in vehicles as they drove through the school parking lot to maintain social distancing guidelines as they were greeted and cheered by their teachers and staff. On Friday, the Clark County School District announced that it was postponing graduation ceremonies for the class of 2020. Traditional activities for high school seniors have been canceled due to the coronavirus (COVID-19), which was declared a global pandemic by the World Health Organization on March 11th.   Ethan Miller/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Trump appelle à la rébellion contre le confinement
Le président américain a semé la consternation alors que son pays est devenu le premier foyer mondial de la pandémie de coronavirus avec près du quart des 154.000 morts recensés sur la planète.

Il y a deux semaines, Twitter a renforcé ses règles pour lutter contre la désinformation sur la pandémie. C'est la première fois que ces règles sont appliquées au président américain. «Il n'y a PAS MOYEN (ZERO !) que le vote par correspondance soit autre chose que substantiellement frauduleux», avait tweeté le président américain mardi, avant de s'en prendre au gouverneur de la Californie, qu'il accuse de distribuer des bulletins à tous les habitants et de leur dire «pour qui voter».

Pour rétablir la vérité, sous ces deux tweets s'affiche désormais la mention «Obtenez les faits sur le vote par correspondance», qui renvoie à un résumé des faits et à des articles publiés dans la presse américaine. «C'est un début, j'imagine... Merci de supprimer ces tweets», a réagi sur Twitter Mika Brzezinski, une journaliste qui coprésente une émission avec Joe Scarborough. Les réseaux sociaux se voient régulièrement reprocher d'appliquer des politiques à deux poids deux mesures dans leur lutte contre la désinformation. Facebook, notamment, a pris la décision controversée de ne pas soumettre au «fact-checking» par des tiers (vérification des faits) les propos tenus par des personnalités politiques. 


Les primaires perturbées par le coronavirus
Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l'«urgence sanitaire», une première dans la longue course à l'investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders.

Twitter, de son côté, a réglé une partie du problème en interdisant les publicités à caractère politique. Mais cela n'empêche pas Donald Trump de continuer à relayer régulièrement des théories complotistes, même s'il a été établi qu'elles étaient fausses, partiellement ou totalement. En fonction du potentiel de danger des messages et du degré de doute, les modérateurs de Twitter peuvent répondre avec des mises en garde ou des avertissements, voire aller jusqu'au retrait dans le pire des cas (information trompeuse et dangereuse). La désinformation est considérée comme particulièrement cruciale par Facebook et les autres plateformes depuis les tentatives de manipulation de l'élection présidentielle américaine et du référendum sur le Brexit, en 2016.


Sur le même sujet

Alors que la tension monte aux Etats-Unis, les géants des réseaux sociaux ont signalé mardi soir un message de Donald Trump comme potentiellement trompeur. Le président américain prétendait avoir gagné avant la fin du décompte, un scénario maintes fois envisagé par les réseaux et néanmoins inquiétant.
ARCHIV - 13.08.2020, Indonesien, Makassar: Abzeichen für die Präsidentschaftswahl mit den Aufschriften «Vote» und «2020» sind auf einem Smartphone-Bildschirm vor einer US-Amerikanischen Flagge zu sehen. (zu dpa Themenpaket zur US-Wahl) Foto: Herwin Bahar/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les deux réseaux sociaux ont supprimé un message du président américain qui enfreignait leurs règles sur la désinformation autour de la pandémie de covid-19. Il y évoquait le peu de contaminations, selon lui, des enfants.
US President Donald Trump answers question during a press conference in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC, on August 5, 2020. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l'«urgence sanitaire», une première dans la longue course à l'investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders.
La Twittosphère fonctionne comme un virus, remarquent ces chercheurs américains qui viennent de constater qu'en matière de tweets, la joie et les émotions positives se propageaient plus que les messages négatifs.
Der Nachrichtendienst wuchs in letzter Zeit langsamer.
Twitter a annoncé mardi qu'il abandonnait l'étoile qui permettait jusqu'ici à ses utilisateurs de marquer leurs contenus favoris sur son réseau, et la remplaçait par un coeur pour montrer les messages qu'ils "aiment".
Twitter abandonne l'étoile pour le coeur