Changer d'édition

Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi»
International 2 min. 11.01.2017 Cet article est archivé
Documents compromettants

Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi»

Donlad Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi».
Documents compromettants

Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi»

Donlad Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi».
Photo: AFP
International 2 min. 11.01.2017 Cet article est archivé
Documents compromettants

Trump: «La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi»

Maurice FICK
Maurice FICK
Donald Trump a estimé mercredi que la façon dont il était traité était digne de «l'Allemagne nazie», à la suite d'accusations - non confirmées - selon lesquelles les services russes ont collecté des documents compromettants sur le président élu américain.

(AFP) – Donald Trump a estimé mercredi que la façon dont il était traité était digne de «l'Allemagne nazie», à la suite d'accusations - non confirmées - selon lesquelles les services russes ont collecté des documents compromettants sur le président élu américain.

«La Russie n'a jamais tenté de faire pression sur moi. JE N'AI RIEN A VOIR AVEC LA RUSSIE. PAS DE CONTRAT. PAS DE PRETS. RIEN DU TOUT!», a réaffirmé M. Trump sur Twitter à quelques heures seulement de sa première conférence de presse depuis son élection le 8 novembre.

Dans une salve matinale de tweets, il a également considéré que les «agences de renseignement n'auraient jamais dû permettre cette fausse information de +fuiter+ auprès du public. Le dernier coup contre moi. Vivons-nous dans l'Allemagne nazie?».

La semaine dernière, les chefs du renseignement américain ont informé le président élu et le président Obama de l'existence d'informations compromettantes - mais non vérifiées - qui auraient été recueillies pendant des années par la Russie sur lui.

Des médias américains ont révélé mardi l'existence d'un document de 35 pages détaillant la nature de ces allégations, qui a été compilé par un ancien agent du renseignement britannique, jugé crédible par les services américains, pour le compte d'opposants politiques à Donald Trump.

Le Kremlin rejette en bloc

Le Kremlin a rejeté en bloc jeudi matin ces accusations, assurant ne pas posséder de «dossiers compromettants» sur M. Trump ni même sur sa rivale à la présidentielle, la démocrate Hillary Clinton.

Une réaction russe qui a déclenché la série de tweets du président élu, qui prend ses fonctions le 20 janvier: «La Russie vient juste de dire que le rapport non vérifié payé par des opposants politiques est +une fabrication complète, une absurdité totale+».

Dans un quatrième tweet en moins de vingt minutes, M. Trump a relevé qu'il avait «remporté une élection aisément, un grand "mouvement" est confirmé, et des opposants crapuleux essaient de minimiser notre victoire avec de FAUSSES INFORMATIONS. Un triste état».

Ces développements devraient occuper une partie de la conférence de presse que Donald Trump doit tenir mercredi matin à New York, sa première depuis son élection.


Sur le même sujet

Le président américain Donald Trump a tenté mardi de limiter les dégâts causés par sa rencontre avec Vladimir Poutine, en revenant totalement sur ses propos jugés trop conciliants à l'égard du maître du Kremlin.
US President Donald Trump speaks about his meeting with Russian President Vladimir Putin ahead of a meeting with Republican lawmakers and cabinet members on tax cuts at the White House in Washington, DC, on July 17, 2018. / AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM
Le président des Etats-Unis Donald Trump a jeté de l'huile sur le feu vendredi et adressé une menace à peine voilée à l'ex-directeur du FBI James Comey, intimé publiquement au silence sur les circonstances confuses de son limogeage.
Depuis des mois, le président républicain est furieux que son nom soit cité dans l'enquête du FBI sur une éventuelle collusion entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.
Il n'y a aucune «preuve de collusion» entre l'entourage de Donald Trump et la Russie pour tenter d'influencer l'élection américaine en faveur de l'homme d'affaires, a affirmé dimanche Devin Nunes, le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants américaine.
Devin Nunes, le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants américaine: il n'y a aucune «preuve de collusion.»
Les chefs du renseignement américain ont informé Donald Trump la semaine dernière de l'existence d'informations compromettantes qui auraient été recueillies pendant des années par la Russie sur le milliardaire républicain, et rassemblées dans des notes confidentielles circulant à Washington.
Donald Trump lors d'une interview à la Trump Tower le 9 janvier.
Le troisième et dernier débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump a commencé sur un ton plus posé que les précédents, mais s'est mué en une série d'échanges tendus. Voici quatre moments-clés de la soirée de mercredi.
Le dernier débat pour les présidentielles entre les deux candidats Hillary Clinton et Donald Trump a eu lieu mercredi soir à Las Vegas.