Discours à la Commission

Juncker: «L'Europe a à nouveau le vent en poupe»

Le «sixième scénario» de Jean-Claude Juncker se base sur trois principes de base: liberté, égalité de droits, Etat de droit.
Le «sixième scénario» de Jean-Claude Juncker se base sur trois principes de base: liberté, égalité de droits, Etat de droit.
AFP

Embellie économique, unité affichée: le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dévoilé mercredi à Strasbourg un programme ambitieux et son propre scénario pour l'avenir d'une Union qui a «à nouveau le vent en poupe».

«L'Europe a à nouveau le vent en poupe. Nous avons désormais une fenêtre d'opportunité mais celle-ci ne restera pas éternellement ouverte. Faisons le maximum pour saisir cette dynamique», a lancé le Luxembourgeois dès l'introduction de son discours annuel sur l'état de l'Union, devant les députés européens réunis à Strasbourg.

A 62 ans, le patron de l'exécutif européen a voulu laisser derrière lui, en cette rentrée 2017, la «crise existentielle» de l'Union européenne qu'il évoquait un an plus tôt.

De fait, la croissance s'installe dans les 28 pays de l'UE, le chômage recule, les flux migratoires paraissent maîtrisés. L'UE veut croire en sa convalescence.

Malgré trois premières années de mandat marquées par de la «gestion de crise», selon l'expression de l'eurodéputé belge Guy Verhofstadt, la Commission a déjà présenté «80% des propositions promises en début de mandat», a insisté M. Juncker.

Il lui reste maintenant 16 mois pour mettre en oeuvre son projet, alors que son mandat se termine à l'automne 2019, quelques semaines après des élections européennes au printemps.

Pour Juncker, la construction d'une Europe «plus forte et plus unie» passe par le renforcement de sa force de frappe commerciale - accords avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande à venir - tout en proposant un «cadre» européen sur le contrôle des investissements étrangers afin de protéger les secteurs stratégiques. Une mesure qui répond notamment aux inquiétudes sur les acquisitions chinoises.

Il a appuyé l'idée d'un super ministre européen des Finances et de l'Economie, qui serait à la fois commissaire européen de l'Economie et des Finances et président de l'Eurogroupe rassemblant les ministres des Finances des 19 pays ayant adopté la monnaie unique.

L'euro, pour le chef de l'exécutif européen, a pour destin, à terme, d'être adopté par la quasi totalité des Etats membres.

Le «6e scénario»

Après avoir ouvert le débat sur l'avenir de l'Union et publié en mars un «livre blanc» échafaudant cinq scénarios sur les différentes perspectives d'intégration, cette rentrée sans crise pressante est l'opportunité pour M. Juncker de fixer le cap à atteindre en profitant de «vents favorables» à l'Union.

Le «sixième scénario» de Jean-Claude Juncker se base sur trois principes de base: liberté, égalité de droits, Etat de droit.

L'occasion pour le président de la Commission d'appeler à surmonter le fossé qui menace de s'agrandir entre l'Est et l'Ouest de l'Europe, alors que des Etats membres comme la Pologne et Hongrie font l'objet de rappels à l'ordre de la part de la Commission sur le respect de certaines règles européennes.

«L'Europe doit respirer à plein poumons, elle en a deux, à l'Est et à l'Ouest, autrement elle s'essoufflera», a averti M. Juncker

En se gardant bien de citer quiconque, Jean-Claude Juncker a rappelé que «le droit et la loi doivent être garantis par une justice indépendante». Il a réaffirmé l'autorité de la Cour de justice de l'UE pour garantir la législation européenne.

Le patron de la Commission a aussi souligné l'importance de ne pas laisser les citoyens européens de côté, en particulier les travailleurs, appelant à une «autorité commune» de l'UE pour réguler le marché de l'emploi.

«Dans une Union entre égaux, il ne peut y avoir (...) de travailleurs de deuxième classe. Ceux qui effectuent le même travail au même endroit doivent pouvoir obtenir le même salaire», a plaidé M. Juncker.

Significativement, plus d'un an après le séisme du référendum sur le Brexit, il n'a que très brièvement évoqué le retrait annoncé du Royaume-Uni: «nous devons respecter la volonté du peuple britannique, mais nous avancerons, nous avancerons parce que le Brexit n'est pas tout, parce que le Brexit n'est pas l'avenir de l'Europe».

Le libéral Guy Verhofstadt, «référent» Brexit du Parlement européen, s'en était réjoui dès avant le discours de M. Juncker.

«Après le Brexit et l'élection de Trump, il n'y a pas eu d'effet domino (...) Au contraire, il y a une résurrection de l'idée d'Union européenne», s'est félicité M. Verhofstadt.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.