Changer d'édition

Didier Reynders à la Commission européenne
International 2 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

Didier Reynders à la Commission européenne

Didier Reynders avait échoué en juin dernier à devenir secrétaire général du Conseil de l’Europe.

Didier Reynders à la Commission européenne

Didier Reynders avait échoué en juin dernier à devenir secrétaire général du Conseil de l’Europe.
Photo: BELGA/dpa
International 2 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

Didier Reynders à la Commission européenne

En Belgique, ce choix d'un francophone révulse la N-VA de Bart De Wever et augure de négociations impossibles au niveau fédéral.

Max HELLEFF (Bruxelles) - On le savait piaffant à l’idée de trouver un poste «à sa mesure» à l’international. Sa patience est récompensée : le libéral francophone Didier Reynders vient d’être désigné par le gouvernement Michel pour devenir le prochain commissaire belge de la Commission von der Leyen.

«Il revient au Gouvernement fédéral de décider de cette candidature », a rappelé par communiqué le Premier ministre Charles Michel. « Cette désignation comme candidat belge au poste de commissaire européen s’inscrit dans le concept d’affaires courantes au motif de son impérieuse nécessité pour les intérêts de l’Etat et de l’urgence de la matière.» 


Ursula von der Leyen attend toujours les propositions françaises et italiennes.
Von der Leyen commence à former son équipe
La future présidente de la Commission européenne engage cette semaine le processus en vue de constituer le staff dirigeant qui l'entourera. Un groupe voulu paritaire entre hommes et femmes.

Depuis plusieurs semaines, Ursula von der Leyen, future présidente de l’exécutif européen, pressait la Belgique d’annoncer son candidat. Deux noms circulaient principalement: celui du chrétien-démocrate flamand Kris Peeters, ex-ministre de l’Économie aujourd’hui «recasé» au Parlement européen. Et celui du libéral francophone et ministre des Affaires étrangères sortant, Didier Reynders.

Sur le plan de la compétence, cette désignation n’est que justice, estiment la plupart des observateurs. Didier Reynders est réputé pour sa connaissance des dossiers et n’a commis que de rares erreurs en tant que chef de la diplomatie belge. Il a une véritable stature internationale. Sur le plan politique, c’est tout autre chose.

Inacceptable pour les nationalistes

«Jamais la Flandre n’acceptera que les francophones s’arrogent deux postes de premier plan à l’Europe », entend-on dans les rangs de la N-VA de Bart De Wever, en référence à la présidence du Conseil européen que s’apprête à assumer pour sa part Charles Michel. 

Le chef de groupe nationaliste à la Chambre, Peter De Roover, a estimé ce choix «inacceptable», «sans légitimité démocratique». Pour lui, cette désignation dessert la Flandre, à un moment où elle est particulièrement menacée par le Brexit.

C’est pourtant bien un francophone qui devrait intégrer le collège des commissaires dès l’automne prochain.


Le gouvernement fédéral belge est en affaires courantes depuis décembre. La coalition doit composer avec une minorité à la Chambre.
La Belgique s’enfonce dans l’impasse
Trois mois après les élections, le pays vogue au gré de l’amertume des grands partis politiques.

Cette décision aura des conséquences sur la formation du prochain gouvernement fédéral. D’abord, elle va priver le roi Philippe d’un informateur, puisque Didier Reynders était chargé de jouer les éclaireurs en vue de la formation de la prochaine coalition. 

Ensuite, elle compliquera plus encore le dialogue avec la N-VA de Bart De Wever, les pourparlers étant jusqu'ici pratiquement inexistants.

Négociations compromises

Par ailleurs, la désignation de Didier Reynders n’a pu se faire qu’avec l’assentiment des chrétiens-démocrates et des libéraux flamands, ceux-ci constituant toujours avec les libéraux francophones la coalition minoritaire qui gère au fédéral le pays. 

Cet arrangement entre amis polluera à coup sûr les négociations que mène Bart De Wever au nord pour la formation du prochain gouvernement flamand, précisément avec ces deux partis.

Didier Reynders avait échoué en juin dernier à devenir secrétaire général du Conseil de l’Europe face à la Croate Marija Pejcinovic Buric. Pour lui, le temps de la revanche est venu.


Sur le même sujet

Von der Leyen commence à former son équipe
La future présidente de la Commission européenne engage cette semaine le processus en vue de constituer le staff dirigeant qui l'entourera. Un groupe voulu paritaire entre hommes et femmes.
Ursula von der Leyen attend toujours les propositions françaises et italiennes.
L'épreuve de vérité pour Charles Michel
Le gouvernement Michel bis survivra-t-il à cette semaine? La question est posée à la veille d'un possible vote de confiance à la Chambre. S'il est négatif, la Belgique pourrait aller aux élections anticipées.
N-VA's Bart De Wever looks on during a press conference of N-VA after they left a Minister's council meeting of the Federal Government regarding the global compact for migration, in Brussels, on December 8, 2018. (Photo by THIERRY ROGE / POOL / AFP) / Belgium OUT