Changer d'édition

Deux mois pour endiguer les flux de migrants
International 2 min. 20.01.2016 Cet article est archivé
Union européenne

Deux mois pour endiguer les flux de migrants

Des migrants font la queue pour recevoir à manger, en attendant de traverser la frontière gréco-macédonienne, le 20 janvier.
Union européenne

Deux mois pour endiguer les flux de migrants

Des migrants font la queue pour recevoir à manger, en attendant de traverser la frontière gréco-macédonienne, le 20 janvier.
AFP
International 2 min. 20.01.2016 Cet article est archivé
Union européenne

Deux mois pour endiguer les flux de migrants

La présidence de l'Union européenne se donne deux mois, jusqu'à la fin de l'hiver, pour endiguer le flux de migrants vers l'Europe, a souligné le Premier ministre néerlandais mercredi à Strasbourg.

(AFP) - La présidence de l'Union européenne se donne deux mois, jusqu'à la fin de l'hiver, pour endiguer le flux de migrants vers l'Europe, a souligné le Premier ministre néerlandais mercredi à Strasbourg.

"Je vais être clair: les chiffres actuels ne sont pas soutenables. Nous manquons de temps. Nous avons besoin d'une forte réduction (du nombre d'arrivées de migrants dans l'UE, ndlr) dans les six à huit prochaines semaines", a lancé Mark Rutte, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, aux eurodéputés réunis à Strasbourg.

Avec le retour à des conditions météo plus clémentes au printemps, les Européens craignent un nouveau "pic" alors que plus d'un million de migrants ont rallié le continent en 2015, a-t-il expliqué.

La veille, devant ces mêmes parlementaires, le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait fait le même constat, évoquant des chiffres "inquiétants" pendant la période de Noël, avec plus de 2.000 arrivées en Europe par jour selon l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex, alors que l'hiver est d'habitude synonyme d'accalmie.

M. Rutte a insisté pour que le résultat des différentes négociations du dernier trimestre 2015 sur la crise migratoire soit effectivement mis en application.

"Il est crucial que les accords scellés avec la Turquie l'an passé soient mis en place rapidement, pour relâcher la pression sur nos frontières extérieures", a-t-il souligné.

L'Union doit également travailler avec des pays comme le Liban ou la Jordanie pour que les réfugiés qui s'y trouvent soient correctement pris en charge en terme d'éducation, de santé, voire même d'emploi, a-t-il par la suite précisé en conférence de presse.

Les "hotspots", centres d'enregistrement et de répartition des réfugiés en Grèce et en Italie, doivent devenir opérationnels et les propositions de la Commission sur les garde-côtes européens doivent être votées, a-t-il encore précisé.

Par ailleurs, Mark Rutte comme Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, ont souligné la nécessité de "tuer l'idée" que les réfugiés peuvent décider du pays membre dans lequel ils souhaitent être installés.

"Je trouve que c'est cynique de parler de crise des réfugiés, ce ne serait pas une crise si les pays (de l'UE) participaient" aux engagements qu'ils ont pris, a déclaré de son côté le président du Parlement européen Martin Schulz devant les journalistes, faisant écho à M. Rutte et M. Juncker sur la nécessité pour les 28 d'appliquer les décisions âprement négociées sur la relocalisation des réfugiés.

"Si tout avait été mis en œuvre nous ne traverserions plus cette crise et trois ou quatre pays ne seraient pas tout seuls pour faire face à cette situation", a observé Jean-Claude Juncker devant les journalistes.


Sur le même sujet

Jean Asselborn voit le modèle européen en danger. La crise des réfugiés a divisé l’Union européenne avec notamment la montée en puissance des forces nationalistes. « Ce n’est pas l’Europe que nous voulons et dont nous avons besoin », a-t-il déclaré mardi à la Chambre des députés à l’occasion de sa déclaration sur la politique étrangère et européenne.
8.3.IPO / Chamber/ Jean Asselborn , Bericht Aussen- und Europapolitik Foto:Guy Jallay
Juncker à la présidence depuis un an
La Commission européenne emmenée par Jean-Claude Juncker est sur tous les fronts. Si l'institution offre une image renouvelée un an après son entrée en fonctions, le bilan est mitigé face à des citoyens de plus en plus eurosceptiques.
Un travailleur ajuste un autocollant géant à l'entrée de la Commission européenne à Bruxelles (28 octobre 2015).
L'UE tient dans l'urgence dimanche à Bruxelles un mini-sommet avec les pays européens les plus exposés à l'afflux de migrants qui transitent par les Balkans, afin de juguler "collectivement" cette crise sans précédent.
Migrants wait to enter a registration camp in Presevo, Serbia October 25, 2015. Europe's chief executive Jean-Claude Juncker will on Sunday meet with leaders from central and eastern Europe to push for a coordinated response to the influx of refugees before winter sets in. Juncker, who heads the European Commission, has called leaders of Austria, Bulgaria, Croatia, Macedonia, Germany, Greece, Hungary, Romania, Serbia and Slovenia, plus refugee organizations involved, to attend the meeting in Brussels.  REUTERS/Ognen Teofilovski
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a convoqué à un mini-sommet dimanche à Bruxelles les dirigeants des pays du sud-est de l'Union européenne, ainsi que de la Serbie et de la Macédoine, touchés par un afflux massif de migrants.
C'était le 20 octobre 2015 près du village de Miratovac à la frontière entre la Macédoine et la Serbie: une couverture de survie sur le dos, une femme et son enfant empruntent la route migratoire des Balkans.
Après un accord sur l'accueil des réfugiés
Les dirigeants européens sont convenus de renforcer les frontières extérieures de l'UE, ainsi que l'aide humanitaire à leurs voisins, afin de freiner le flux sans précédent de migrants. Au moins un milliard d'euros supplémentaires seront mobilisés pour aider les réfugiés dans les pays voisins de la Syrie.
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre britannique, David Cameron, mercredi 23 septembre à Bruxelles
«Ce n'est pas l'heure d'avoir peur»: le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a demandé mercredi aux Européens de faire preuve d'audace et de solidarité en répartissant immédiatement 160.000 réfugiés dans l'UE. Des propositions qui sont loin de faire l'unanimité.
Jean-Claude Juncker souhaite que les 28 Etats membres de l'UE se mettent d'accord dès la semaine prochaine sur la répartition des 160.000 réfugiés.