Changer d'édition

Deux enfants du djihad frappent à la porte de la Belgique
International 3 min. 15.04.2021

Deux enfants du djihad frappent à la porte de la Belgique

Les Affaires étrangères excluent jusqu’à présent le rapatriement des Belges détenus dans les camps, au motif qu’ils ont combattu dans les rangs de l’Etat islamique ou d’autres groupes islamistes actifs en Syrie et en Irak.

Deux enfants du djihad frappent à la porte de la Belgique

Les Affaires étrangères excluent jusqu’à présent le rapatriement des Belges détenus dans les camps, au motif qu’ils ont combattu dans les rangs de l’Etat islamique ou d’autres groupes islamistes actifs en Syrie et en Irak.
Photo: Anouk Antony / archives
International 3 min. 15.04.2021

Deux enfants du djihad frappent à la porte de la Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Leurs mères invoquent l’insécurité de leur camp de détention pour demander aux Affaires étrangères de les rapatrier.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - La Belgique est une nouvelle fois dans une situation délicate s’agissant du dossier syrien. Deux de ses ressortissantes, une mère de 51 ans et sa fille de 30 ans, détenues aujourd’hui dans le camp de Roj (Kurdistan syrien), viennent en effet de lui transmettre une demande de rapatriement en urgence pour leurs trois enfants.

«C’est la panique au camp de Roj, en tout cas pour les femmes belges qui s’y trouvent», a expliqué au Morgen et au Soir le député humaniste Georges Dallemagne, un fin connaisseur du dossier. «La tente (des femmes) a brûlé (accidentellement). Elles ont pu être secourues et relogées dans une autre tente, mais elles sont très choquées. Elles disent aussi que le niveau de violence a augmenté. En tout cas, la panique est telle qu’elles demandent que la Belgique rapatrie leurs trois enfants au plus vite, indépendamment de leur sort personnel.» Le même député a fait suivre à la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès une requête allant dans ce sens. Sans réaction officielle jusqu’à présent.


Pas de visioconférence pour la justice belge
Utiliser cette technologie reviendrait à laisser des informations confidentielles à disposition des grandes puissances, dont les Etats-Unis.

Accéder aux requêtes des tenants du djihad, partisans de Daech et sympathisants supposés des terroristes qui ont frappé Bruxelles en plein cœur le 22 mars 2016 ? La question n’a pas fini de faire débat. Les Affaires étrangères excluent jusqu’à présent le rapatriement des Belges détenus dans les camps, au motif qu’ils ont combattu dans les rangs de l’Etat islamique ou d’autres groupes islamistes actifs en Syrie et en Irak.

Mais quid des enfants ? En février 2020, après maints atermoiements judiciaires, un tribunal avait laissé à l’Etat belge le temps d’obtenir la signature des mères des enfants pour qu’elles autorisent leur départ des camps. Mais il n’était pas question que ces femmes puissent rentrer au pays. Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, le libéral francophone Philippe Goffin, avait refusé qu’elles échappent à leur peine au motif que les enfants ont besoin d’elles.

En décembre dernier, un garçon de 9 ans avait ainsi atterri seul à Bruxelles, sans sa mère. Celle-ci est précisément l’une des deux femmes qui demandent aujourd’hui le rapatriement des enfants. Les siens sont un garçon né en 2016 et une fille née en 2017 d’une union avec un djihadiste suisse aujourd’hui détenu dans une prison kurde. Ces bambins, qui ont vu le jour dans le califat de Daech, vivent aujourd’hui dans la promiscuité du camp de Roj. Pour ne rien arranger, le covid s’est invité sous les tentes.  


A girl lights a candle as people pay tribute to the victims of Tuesday's bomb attacks at the Place de la Bourse in Brussels, Belgium, March 26, 2016.  REUTERS/Francois Lenoir
La compagne d’un terroriste belge fait débat
Après les attentats de Bruxelles, la petite amie d’ Ali El Haddad Asufi (un des terroristes présumés) a continué à travailler pendant quatre ans chez Swissport. Sans jamais être inquiétée.

La Belgique a infléchi ces dernières semaines sa position dans le dossier syrien, sous la pression de plusieurs députés d’opposition qui ont fait valoir l’extrême précarité et la violence régnant dans certains camps. «Le camp de Al-Hol – à une centaine de kilomètres du camp de Roj - est devenu la nouvelle capitale de l'Etat islamique», a lancé à la Chambre Georges Dallemagne. «C'est un chaudron extrêmement dangereux, tant pour la population locale que pour notre propre sécurité.» Le Premier ministre Alexander De Croo a acquiescé tout en jugeant nécessaire de trouver une solution pour les enfants, susceptibles de devenir «les terroristes de demain».

Il a précisé que «le Conseil national de sécurité a confirmé la démarche de rapatriement des enfants». La limite d'âge est toutefois fixée à 12 ans. Quant à la situation des mères toujours sur place (9 condamnées et 4 sous mandat d'arrêt international), elle sera évaluée au cas par cas. «Si elle se sont distanciées de l'EI, elles pourront être rapatriées», a ajouté le chef du gouvernement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La compagne d’un terroriste belge fait débat
Après les attentats de Bruxelles, la petite amie d’ Ali El Haddad Asufi (un des terroristes présumés) a continué à travailler pendant quatre ans chez Swissport. Sans jamais être inquiétée.
A girl lights a candle as people pay tribute to the victims of Tuesday's bomb attacks at the Place de la Bourse in Brussels, Belgium, March 26, 2016.  REUTERS/Francois Lenoir
69 petits Belges croupissent dans les camps syriens
Elles se font appeler «Moeders van Europa/Mères d’Europe». Elles sont surtout les mamans de djihadistes belges partis combattre en Syrie. Et les grands-mères de petits-enfants le plus souvent nés dans l’ex-Califat ou dans les camps où croupissent les prisonniers issus des rangs de Daech.
(FILES) This file photo taken on July 12, 2017 shows a general view of the UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) refugee camp in Hammam al-Alil, on the outskirts of Mosul.
2017 will be remembered as the year the Islamic State organisation's ultra-violent experiment in statehood was terminated but Iraq and Syria are left staring at ruined cities and daunting challenges. / AFP PHOTO / FADEL SENNA