Changer d'édition

Deux dirigeants d'Avrox remis aux autorités belges
International 2 min. 14.05.2021

Deux dirigeants d'Avrox remis aux autorités belges

Les magistrats veulent notamment savoir si Avrox n'a pas produit de faux documents pour être acceptée comme fournisseur du ministère de la Défense belge.

Deux dirigeants d'Avrox remis aux autorités belges

Les magistrats veulent notamment savoir si Avrox n'a pas produit de faux documents pour être acceptée comme fournisseur du ministère de la Défense belge.
International 2 min. 14.05.2021

Deux dirigeants d'Avrox remis aux autorités belges

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Arrêtés au Grand-Duché pour l'un, sur la Côte d'Azur pour l'autre, les patrons de la société luxembourgeoise ont été extradés vers Bruxelles où le parquet souhaite les entendre dans le cadre du contrat douteux passé pour la fourniture de 12 millions de masques à l'Etat belge.

Le sort de Laurent Hericord et de son associé Brice Erniquin est désormais entre les mains de la justice belge. Après avoir fait interpeller les deux dirigeants de la société Avrox (basée au Luxembourg) au titre d'un mandat d'arrêt européen, le juge d'instruction qui suit l'affaire depuis Bruxelles ne devrait plus tarder à voir les deux individus recherchés dans son bureau.


Trois arrestations dans le cadre de l'affaire Avrox
Les enquêteurs ont notamment interpellé un individu au Luxembourg concerné de près par le marché trouble passé pour la livraison de masques au ministère de la Défense belge.

L'administrateur-délégué Brice Erniquin qui avait été interpellé au Grand-Duché, a été transféré dès le lundi 10 mai en Belgique. Et cela «à sa demande» précise une source judiciaire luxembourgeoise. Sitôt entendu, l'homme a été placé en détention provisoire à la prison de Saint-Gilles.

La même perspective attend sans doute son homologue, CEO d'Avrox, qui a été arrêté à Cannes le dernier. Mercredi, la chambre de l'instruction d'Aix -en-Provence a entendu l'intéressé. C'est à elle que revient la décision d'extrader ou non l'individu vers la Belgique.

Le journal Le Soir confirme que «la chambre de l’instruction a ordonné la remise de l’intéressé aux autorités judiciaires belges». Mais il reste à celui-ci quelques jours pour formuler un éventuel pourvoi. Sans cela, «il sera remis à l’Etat requérant (la Belgique) dans un délai de dix jours», indiquent les magistrats français.

Escroquerie ou pas?

Avant la fin du mois donc, la justice belge devrait pouvoir interroger les deux hommes qui, au printemps dernier au début de la crise sanitaire, avaient réussi à décrocher un impressionnant contrat de fourniture de masques auprès du ministère de la Défense belge. Un contrat de quinze millions de pièces en tissu, pour un coût total de près de 32 millions d’euros, qui n'avait pu être honoré ni dans les temps, ni dans les quantités exigées. Pire, la distribution de ces masques avait dû être stoppée en raison de la qualité sanitaire douteuse des accessoires livrés...

Les deux individus, et des complices éventuels, devront répondre des faits de suspicion de faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères qui leur sont notamment reprochés. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est à Cannes que vient de rebondir l'affaire mettant en cause une société abritée au Luxembourg. Un des administrateurs d'Avrox (soupçonné d'escroquerie à l'encontre du ministère de la Défense belge) est maintenant entre les mains de la police.
Le parquet de Bruxelles a ordonné une perquisition au siège social de l'entreprise au Grand-Duché, mardi. En cause : des suspicions de faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères dans le cadre de la livraison de 15 millions de masques en tissu au gouvernement belge l'an dernier.
Martin Collinge wearing a protective mask attends a class at the Sacre Coeur de Lindthout secondary school, in Brussels, on September 1, 2020. - Six months after schools closed due to the pandemic, millions of students from France, Belgium or Great Britain make their return to school on September 1, in schools that have had to completely reorganize themselves to avoid the spread of Covid-19. The little French, Belgian and British children open the traditional September ball. Their German, Northern Irish or Scottish peers, in particular, preceded them in August. (Photo by JOHN THYS / AFP)