Changer d'édition

Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump
International 10.12.2019

Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump

Les démocrates ont fait un pas décisif dans leur tentative de chasser le président américain de la Maison Blanche.

Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump

Les démocrates ont fait un pas décisif dans leur tentative de chasser le président américain de la Maison Blanche.
Photo : AFP
International 10.12.2019

Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump

Les élus démocrates ont annoncé, mardi, avoir retenu les motifs d'abus de pouvoir et d'entrave dans leur tentative de destituer le président américain. Le Sénat, majoritairement républicain, devra statuer.

(AFP) - Nouveau coup de tonnerre à Washington. Alors que la chef des démocrates au Congrès américain, Nancy Pelosi, avait officiellement lancé la procédure de destitution, jeudi, les accusations se précisent. D'abord accusé d'«abus de pouvoir» par l'opposition, un autre chef d'accusation est venu s'ajouter, mardi : celui d'«entrave» à la bonne marche du Congrès. 


(FILES) In this file photo taken on November 11, 2019, US President Donald Trump and US First Lady Melania Trump listen to Taps during a Veterans Day event at Madison Square Park in New York. - Melania Trump on December 4, 2019, publicly rebuked Constitutional law professor Pamela Karlan,who used her 13-year-old son's name to make a point during an impeachment hearing against the president. Karlan invoked Barron Trump to demonstrate how the Constitution imposes distinctions between a monarch's power and that of a president. "The constitution says there can be no titles of nobility," Karlan told lawmakers, "So while the president can name his son 'Barron', he can't make him a baron." The pun led to chuckles in the congressional hearing room, but Melania Trump made clear it was no laughing matter. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Stéphane Bern et le mystère Melania
Notre chroniqueur traverse cette semaine l'Atlantique, direction Washington où une biographie non autorisée de la First Lady américaine vient de paraître. Si cet ouvrage suscite de nombreux commentaires et lève un coin du voile sur l'épouse de Donald Trump, les zones d'ombre demeurent encore nombreuses.

Si ces chefs sont ensuite adoptés en séance plénière, sans doute la semaine prochaine, Donald Trump deviendra le troisième président de l'histoire à être mis en accusation au Congrès américain. Il ne sera toutefois vraisemblablement pas destitué ensuite, puisque le Sénat, chargé de le juger, est contrôlé par les républicains qui font largement bloc autour de lui. 

Donald Trump martèle qu'il n'a rien fait de mal et dénonce une «mascarade» montée par les démocrates parce qu'ils sont incapables, selon lui, de le battre dans les urnes. Dans un tweet publié mardi, il balaie des accusations qu'il juge «ridicules».

Pour rappel, les démocrates ont ouvert une procédure de destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. 


Sur le même sujet

L'heure de l'impeachment a sonné pour Trump
Le président américain mis en accusation, il revient désormais au Sénat d'organiser son procès en destitution selon un rituel qui a servi à juger deux présidents américains seulement, et dont les contours restent à préciser.
BATTLE CREEK, MICHIGAN - DECEMBER 18: President Donald Trump is given news of how the vote in the House was divided during a Merry Christmas Rally at the Kellogg Arena on December 18, 2019 in Battle Creek, Michigan. While Trump spoke at the rally the House of Representatives voted, mostly along party lines, to impeach the president for abuse of power and obstruction of Congress, making him just the third president in U.S. history to be impeached.   Scott Olson/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Un vote historique contre Trump au Congrès américain
Le président américain gardera une place à part dans l'Histoire. Comme un dirigeant atypique, provocateur et outrancier qui bouscule toutes les conventions. Mais aussi à partir de ce mercredi il devient troisième président des Etats-Unis mis en accusation en vue d'une éventuelle destitution.
Protestors prepare to release a "Comrade Trump" balloon at a demonstration in support of the impeachment of U.S. President Donald Trump, on the eve of the expected House of Representative impeachment vote, December 17, 2019 in downtown Los Angeles, California. (Photo by Robyn Beck / AFP)
«Trump a commis des actes passibles de destitution»
Trois professeurs de droit ont jugé mercredi que l'enquête en destitution contre le président américain était justifiée et même nécessaire pour protéger la démocratie américaine, s'attirant les foudres des élus républicains.
Pamela Karlan, de l'université Stanford, a accusé Donald Trump d'avoir commis «un abus de pouvoir particulièrement grave»
La crise s'amplifie pour Trump
Le scandale qui secoue la Maison Blanche s'est fait encore plus retentissant jeudi avec la publication des accusations d'un lanceur d'alerte, qui reproche au président d'avoir «sollicité l'ingérence» de l'Ukraine dans sa campagne de réélection.
Les démocrates soupçonnent Donald Trump d'avoir gelé 400 millions de dollars d'aide destinée à Kiev pour faire pression sur le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.