Changer d'édition

Deux ans après, le Liban au bord du gouffre
International 1 5 min. 04.08.2022
Explosion dévastatrice le 4 août 2020

Deux ans après, le Liban au bord du gouffre

2.750 tonnes de nitrate d'ammonium mal stockées sont à l'origine de l'explosion qui a dévasté le port et des quartiers entiers de Beyrouth le 4 août 2020.
Explosion dévastatrice le 4 août 2020

Deux ans après, le Liban au bord du gouffre

2.750 tonnes de nitrate d'ammonium mal stockées sont à l'origine de l'explosion qui a dévasté le port et des quartiers entiers de Beyrouth le 4 août 2020.
Photo : AFP
International 1 5 min. 04.08.2022
Explosion dévastatrice le 4 août 2020

Deux ans après, le Liban au bord du gouffre

Le 4 août 2020, une explosion surpuissante sur le port de Beyrouth ravageait une partie de la capitale libanaise, faisant plus de 200 morts et 6.500 blessés. Déjà fragile, le pays n'a cessé de s'enfoncer dans le chaos depuis.

(AFP) - Le Liban marque ce jeudi le deuxième anniversaire de la gigantesque explosion au port de Beyrouth qui a dévasté des quartiers entiers de la capitale, avec des manifestations de proches de victimes déterminés à poursuivre leur combat pour la vérité et la justice.

La déflagration, le 4 août 2020 dans un entrepôt abritant des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium stockées sans précaution - l'une des plus importantes explosions non nucléaires jamais enregistrées -, a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Pourtant, l'enquête ouverte au Liban a été entravée par des ingérences politiques et aucun représentant de l'Etat n'a, jusqu'ici, été tenu pour responsable de la tragédie qui a connu un nouveau développement la semaine dernière. Plusieurs silos à grain très endommagés dans l'enceinte du port se sont effondrés, et d'autres menacent de s'écrouler, selon des experts.

Trois marches de protestation ce jeudi

«J'espère que voir les silos tomber donnera aux gens la volonté de se battre pour la justice, de se battre avec nous», a déclaré à l'AFP Tatiana Hasrouty, une habitante qui a perdu son père dans l'explosion. Les politiciens «font tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter l'enquête», a-t-elle déploré.

Cette méga-explosion est un cauchemar dans l'histoire déjà mouvementée du Liban, aujourd'hui embourbé dans la pire crise économique de son histoire, confronté à d'incessantes coupures de courant, une inflation galopante et un désespoir généralisé.

Trois marches de protestation distinctes sont prévues jeudi en direction du port où de la fumée s'échappe encore des silos après un incendie provoqué par la fermentation des stocks de grains, dans la chaleur torride de l'été.

«Stressés en permanence»

L'énorme explosion, il y a deux ans, a été ressentie jusqu'à Chypre, île méditerranéenne située à environ 200 km. Elle a encore plus affecté une population déjà éprouvée par la crise et provoqué un exode massif du Liban rappelant celui de la guerre civile de 1975-1990.

Mais la classe dirigeante libanaise, accusée de mauvaise gestion, de corruption et de négligence flagrante, continue de s'accrocher au pouvoir alors que la population souffre de pénuries de carburant, de médicaments et d'eau potable.


HANDOUT - 05.08.2020, Libanon, Beirut: Die undatierte Bildkombo zeigt die Docks des Hafens in Beirut vor und nach der gewaltigen Explosion in der libanesischen Hauptstadt. Foto: Copyright (c)cnes 2020, Distribu/PA Media/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Meurtrie, Beyrouth panse ses plaies
Des façades éventrées, des vitrines éclatées, la capitale du Liban présente une image apocalyptique à la suite de deux énormes explosions provoquées par 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium.

«Cette classe dirigeante nous tue tous les jours», estime Mme Hasrouty. «Ceux qui ne sont pas morts dans l'explosion, meurent de faim», dit-elle.

Les boulangeries rationnent le pain, les coupures de courant peuvent aller jusqu'à 23 heures par jour, les rues sont sombres la nuit et les feux de circulation hors service.

L'explosion, «c'était un cauchemar», se souvient Lara Khatchikian, depuis son appartement très endommagé qu'elle a depuis réparé, d'où elle voit le port. L'incendie dans les silos l'a ravivé.

«Mes voisins et moi étions stressés en permanence. J'ai ressenti de la peur, nous ne pouvions pas dormir. Il faut une force surhumaine pour vivre quand on se souvient constamment de l'explosion», dit-elle.

Les dégâts provoqués par l'explosition du 4 août 2020 sont faramineux.
Les dégâts provoqués par l'explosition du 4 août 2020 sont faramineux.
Photo: AFP

Demande d'ouverture d'une enquête internationale

En avril, le gouvernement a ordonné la démolition des silos, mais celle-ci a été suspendue, notamment en raison d'objections de proches de victimes qui veulent qu'ils soient conservés pour en faire un lieu de mémoire.

L'ingénieur civil français Emmanuel Durand, qui surveille les silos, a averti que le risque d'un nouvel effondrement partiel ou total n'avait «jamais été aussi élevé».


TOPSHOT - Sama al-Hamad, 6-year-old Syrian girl who lost her left eye in the August 4 cataclysmic explosion, points at the blast site from the roof of her damaged house in Beirut's Mar Mikhael district on August 16, 2020. - The powerful August 4 explosion that killed 177 people and devastated swathes of the Lebanese capital also left thousands wounded, mostly from flying shards of glass. At least 400 people suffered ocular injuries, more than 50 required surgery, and at least 15 were permanently blinded in one eye, according to data compiled by major hospitals in and around Beirut. (Photo by ANWAR AMRO / AFP)
De retour de mission à Beyrouth
Le Luxembourgeois Gilles Hoffmann revient de la capitale libanaise. Pour le compte des Nations Unies, il était chargé d'établir un rapport sur les besoins de la population après la terrible explosion du 4 août dernier.

L'enquête risque elle aussi de s'effondrer, l'enquêteur principal, Tarek Bitar, ayant été empêché de poursuivre sa mission par une série de poursuites intentées contre lui et une campagne dirigée notamment par le puissant mouvement armé du Hezbollah, poids lourd de la vie politique locale.

Mercredi, des experts indépendants des Nations unies et des ONG ont appelé à l'ouverture d'une enquête internationale «sans délai», soulignant qu'il était «clair aujourd'hui plus que jamais que l'enquête nationale ne pouvait rendre justice». 


Sur le même sujet

Les explosions survenues mardi dernier au Liban seraient liées aux conditions de stockage d'une grande quantité de nitrate d'ammonium, un composant très utilisé en agriculture. Mais si de nombreux pays en emploient et en stockent, ce n'est pas le cas du Grand-Duché.
HANDOUT - 07.08.2020, Libanon, Beirut: Einsatzkräfte des Technischen Hilfswerks (THW) stehen mit Rettungshunden an beschädigten Gebäuden. Nach der verheerenden Explosion im Hafen der libanesischen Hauptstadt wird weiter nach Opfern gesucht. Foto: Christian Wenzel/THW/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Deux jours après la terrible catastrophe qui a secoué Beyrouth et sa région, la Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire a mis en place ses premières mesures d'aide.
05.08.2020, Libanon, Beirut: Ein Wachmann eines Audi-Autohauses steht vor den zerstörten Ausstellungsräumen, die in Folge einer massiven Explosion im Hafen von Beirut beschädigt wurden. Die gewaltige Detonation am Vortag, die Tote und Verletzte gefordert hat, legte einen Großteil des Hafens lahm und beschädigte Gebäude in der ganzen Stadt. Tausende haben ihre Unterkunft verloren. Foto: Marwan Naamani/dpa +++ dpa-Bildfunk +++