Changer d'édition

Des taxes made in USA pour sanctionner l'Europe
International 03.10.2019

Des taxes made in USA pour sanctionner l'Europe

Les Etats-Unis entendent sanctionner les États européens ayant notamment subventionné Airbus.

Des taxes made in USA pour sanctionner l'Europe

Les Etats-Unis entendent sanctionner les États européens ayant notamment subventionné Airbus.
Photo: AFP
International 03.10.2019

Des taxes made in USA pour sanctionner l'Europe

Des olives, des anoraks, du vin, des biscuits, des fromages, mais aussi bien sûr des avions: de nombreux produits made in CEE importés aux États-Unis vont faire les frais de la querelle entre Washington et Bruxelles sur les subventions à l'avionneur européen Airbus

(AFP) - Les services du représentant américain au Commerce (USTR) ont publié mercredi un inventaire à la Prévert des importations européennes qui vont être frappées de droits de douane supplémentaires, allant de 10 à 25%. Une décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) publiée mercredi, jugeant qu'Airbus a bénéficié de subventions indues, a ouvert la porte à ces sanctions américaines.

Ces taxes, qui vont considérablement renchérir une multitude de produits de grande consommation, seront instaurées à partir du 18 octobre. Au premier rang des produits visés figurent les nouveaux avions civils fabriqués par la France, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni, les quatre partenaires du groupe européen Airbus. 

Le tokay et le roquefort épargnés

Ces appareils pourront être exportés aux États-Unis au prix majoré de 10%. Se déroule ensuite une liste de plus de 150 catégories de produits venant en priorité des quatre grands pays déjà cités, mais aussi de toute l'Union européenne.

Côté français, ce sont d'abord les vins qui sont visés d'un surcroît de tarifs de 25%, de même que les vins espagnols et allemands. Seul le Tokay, un vin hongrois, n'est pas sanctionné, de même que le vin en cubi de plus de deux litres.

Gaufres allemandes et pull anglais

Des fromages français, plutôt à pâte dure - sauf le roquefort qui est explicitement exclu - vont aussi coûter 25% plus cher aux États-Unis, de même que des fromages venant d'Italie et de toute l'Europe. Olives, moules et coquillages sont aussi sanctionnés.

Au niveau des produits industriels, une surtaxe de 25% va s'appliquer sur toute une panoplie d'outils venant d'Allemagne, allant des haches aux tournevis en passant par des lames de couteaux pliables. L'Allemagne est aussi visée pour son café et ses gaufres, tandis que l'Angleterre est frappée sur son textile. 

Pullovers en laine, en cachemire «made in England», costumes d'homme, pyjamas, maillots de bain et literie écopent aussi d'une augmentation de 25% de leur prix. 


Sur le même sujet

Trump et Juncker désamorcent la crise entre Washington et Bruxelles
Donald Trump et le chef de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker ont désamorcé mercredi la crise née des tarifs douaniers imposés par les Etats-Unis, annonçant une série de décisions dans l'agriculture, l'industrie et l'énergie dont la portée exacte reste cependant à confirmer.