Changer d'édition

Des «débutants» aux commandes des négociations belges
International 3 min. 11.12.2019

Des «débutants» aux commandes des négociations belges

Le  francophone Georges-Louis Bouchez, associé au Flamand Joachim Coens, a été nommé mardi soir informateur par le roi Philippe.

Des «débutants» aux commandes des négociations belges

Le francophone Georges-Louis Bouchez, associé au Flamand Joachim Coens, a été nommé mardi soir informateur par le roi Philippe.
Photo: AFP
International 3 min. 11.12.2019

Des «débutants» aux commandes des négociations belges

Le francophone Georges-Louis Bouchez et le Flamand Joachim Coens reprennent la mission d’information de Paul Magnette.

De notre correspondant Max Hellef (Bruxelles) - Le roi Philippe a fait mardi soir le choix de la nouveauté en désignant non pas un, mais deux informateurs parmi les nouvelles têtes d’affiche de la politique belge. A 33 ans, Georges-Louis Bouchez est le président fraîchement élu du Mouvement réformateur (libéral francophone) où il succède à Charles Michel. Quant à Joachim Coens (53 ans), il a pris voici une semaine les commandes du CD&V, le parti chrétien-démocrate flamand.


Belgian Socialist Party (PS) Chairman Paul Magnette arrives to attend a press conference after he presented his first 'preformateur' report to the King at the Royal Palace in Brussels, on November 18, 2019, on the formation of a new federal government following the May 26 elections. - Magnette was given 13 days - the shortest time since the start of the federal government's formation process following the May 26 election - to provide a report to the King. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Paul Magnette jette l'éponge
Le socialiste renonce à sa mission d'information, ouvrant la voie à plusieurs scénarios pour un gouvernement fédéral.

Les deux hommes vont avoir le délicat privilège de succéder à Paul Magnette, lequel a demandé à être déchargé de sa mission lundi. Ils comptent « explorer toutes les pistes ». Ils devront donc à leur tour enchaîner les discussions avec les partis politiques de la place en vue de dégager des pistes susceptibles de conduire à la formation du futur gouvernement fédéral. Ils feront pour la première fois rapport au roi le 20 décembre.

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont issus de deux partis très critiques à l’égard de l’arc-en-ciel cher à Paul Magnette. Après avoir louvoyé dans un premier temps, Bouchez n’avait pas hésité lundi à déclarer que le Mouvement réformateur ne se reconnaissait pas dans le programme de la coalition ébauchée par le socialiste. Quant à Joachim Coens, il avait préféré jusqu’ici laisser à l’actuel ministre de la Justice Koen Geens le soin de parler pour les chrétiens-démocrates flamands. Depuis une semaine, ceux-ci demandaient à Bart De Wever, le leader de la N-VA, de se « mouiller ».


Bart De Wever l’assure: il est «prêt à prendre l’initiative pour donner forme à la politique dont la Belgique a besoin»
Bart De Wever s’échauffe en coulisses
Le nationaliste flamand n’a plus d’autre choix que de tenter de court-circuiter le socialiste francophone Paul Magnette et sa coalition «arc-en-ciel».

Jusqu’ici perchés au balcon, les libéraux francophones et les chrétiens-démocrates flamands se retrouvent donc au cœur de la négociation. Sauf à penser qu’ils reprendront à zéro le travail de défrichage entrepris par Paul Magnette, ils ont globalement deux possibilités : soit tenter de mener à bien la coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes) en prolongeant les discussions entamées par le socialiste, soit revenir vers le scénario de départ qui eût consisté à nouer une alliance plus qu’improbable entre le PS francophone et la N-VA flamande. Quatre autres informateurs s’y sont cassé les dents avant Paul Magnette, rappelons-le.

Cette seconde option n’a toutefois aucune chance d’être menée à bien. Ces derniers jours, Bart De Wever s’est montré en effet plus cinglant que jamais à l’égard de Paul Magnette et des francophones, tenant à leur sujet des propos qui laisseront des traces. « J'ai vu M. Magnette (samedi dernier) et il avait dans la bouche le goût de la bouillie verte et rouge de sa note. Il va falloir une solide dose de dentifrice flamand pour s’en débarrasser », a lâché le leader de la N-VA.  


The Belgian flag flying at half-mast is pictured at the Hofplein in Rotterdam, on March 23, 2016, one day after some 35 people were killed in bombings at Zaventem Airport and on a metro train.  / AFP / ANP / Lex van Lieshout / Netherlands OUT        (Photo credit should read LEX VAN LIESHOUT/AFP/Getty Images)
La Belgique politique en plein blocage
La mission des préformateurs nommés en octobre par le roi Philippe pour esquisser le futur gouvernement a abouti à une impasse.

Puis, Bart De Wever a agité le spectre de la guerre communautaire : « En Flandre, il va falloir aller expliquer aux électeurs qu’il faut lever des milliards d’impôts pour entretenir des électeurs passifs au sud du pays. » Bart De Wever avait pourtant déclaré être prêt à prendre à son tour les rênes des négociations. Ses dernières sorties le mettent au contraire hors-jeu en tuant définitivement toute possibilité d’accord avec le PS francophone, mathématiquement incontournable dans le prochain gouvernement belge. 

Tout semble indiquer que la N-VA se prépare à une cure d’opposition. Elle prend soin en tout cas de se montrer unie dans l’adversité. Bart De Wever et l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken, que l’on disait divisés, ont beaucoup tenu à afficher leur connivence ces derniers jours. 


Sur le même sujet

De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.
Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique
Des indiscrétions trahissent le cap pris par l’informateur Paul Magnette, à rebrousse-poil de la politique défendue par la N-VA. Il serait même question de diminuer l'avantage lié à la voiture de fonction, si elle est à moteur thermique.
Paul Magnette a visiblement pris une orientation plus sociale afin de rassembler autour d'un programme de gouvernement.