Changer d'édition

Des attaques «signées par l'Iran», accuse Trump
International 14.06.2019 Cet article est archivé

Des attaques «signées par l'Iran», accuse Trump

Des attaques «signées par l'Iran», accuse Trump

Photo: AFP
International 14.06.2019 Cet article est archivé

Des attaques «signées par l'Iran», accuse Trump

Donald Trump a affirmé vendredi que les attaques contre deux pétroliers dans la mer d'Oman dans la région du Golfe étaient «signées» de l'Iran, s'appuyant sur une vidéo publiée par le Pentagone.

(AFP) –  «L'Iran a fait ceci», a déclaré le président américain sur Fox News. «On voit le bateau, avec une mine qui n'a pas explosé et c'est signé par l'Iran».

L'attaque, qui s'est produite jeudi près du détroit d'Ormuz, n'a pas été revendiquée et l'Iran a démenti en être responsable. M. Trump a écarté le risque d'une éventuelle longue fermeture du détroit stratégique par Téhéran.


«Sabotage diplomatique» américain en mer d'Oman selon Téhéran
Les accusations américaines rendant Téhéran responsable des attaques ayant visé jeudi deux pétroliers en mer d'Oman sont «sans fondement», réagit ce vendredi l'Iran. Le pays accuse Washington de «sabotage diplomatique».

Les Iraniens «ne vont pas fermer (le détroit). Il ne va pas être fermé, il ne va pas être fermé pendant longtemps et ils le savent. Cela leur a été dit dans les termes les plus forts», a poursuivi le président américain.

Cette photo provenant du commandement central américain montre les dommages de l'explosion (à gauche) et une mine ventouse accrochée à la coque du navire (à droite).
Cette photo provenant du commandement central américain montre les dommages de l'explosion (à gauche) et une mine ventouse accrochée à la coque du navire (à droite).
Photo: AFP

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a dès jeudi affirmé lors d'une allocution solennelle que «le gouvernement des Etats-Unis estim(ait) que la République islamique d'Iran (était) responsable des attaques de ce jour en mer d'Oman».

Deux pétroliers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d'attaques d'origine indéterminée en mer d'Oman, un mois après le sabotage de quatre navires, dont trois pétroliers, au large des Emirats arabes unis. Washington avait alors déjà montré du doigt Téhéran. L'Iran, où se trouvait jeudi le Premier ministre japonais Shinzo Abe, a démenti toute implication dans ces différentes attaques.


Sur le même sujet

Pour le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, l'heure doit être à l'apaisement. Un vœu émis par de nombreuses capitales alors que, depuis ce vendredi matin, l'Iran menace les Etats-Unis après un raid meurtrier.
TOPSHOT - Iranians burn a US flag during a demonstration against American "crimes" in Tehran on January 3, 2020 following the killing of Iranian Revolutionary Guards Major General Qasem Soleimani in a US strike on his convoy at Baghdad international airport. - Iran warned of "severe revenge" and said arch-enemy the United States bore responsiblity for the consequences after killing one of its top commanders, Qasem Soleimani, in a strike  outside Baghdad airport. (Photo by ATTA KENARE / AFP)
Le cours du pétrole s'est envolé lundi après l'attaque contre des installations pétrolières saoudiennes, qui a réduit brutalement l'approvisionnement du monde en or noir, et réveillé la crainte d'une escalade militaire entre Etats-Unis et Iran.
L'Iran a prévenu jeudi que la violation de ses frontières constituait une «ligne rouge», après que la République islamique eut annoncé avoir abattu un «drone espion américain» dans son espace aérien.