Changer d'édition

Des arrestations à Bruxelles, la piste belge se matérialise
International 5 4 min. 15.11.2015 Cet article est archivé
Attentats de Paris

Des arrestations à Bruxelles, la piste belge se matérialise

Cordon de sécurité mis en place par la police à Molenbeek samedi soir
Attentats de Paris

Des arrestations à Bruxelles, la piste belge se matérialise

Cordon de sécurité mis en place par la police à Molenbeek samedi soir
Photo: AFP
International 5 4 min. 15.11.2015 Cet article est archivé
Attentats de Paris

Des arrestations à Bruxelles, la piste belge se matérialise

Plusieurs personnes ont été arrêtées samedi lors d'une vaste opération de police dans la commune bruxelloise de Molenbeek, liée à la vague d'attentats à Paris, alors qu'une piste belge semble se matérialiser.

(AFP) - Plusieurs personnes ont été arrêtées samedi lors d'une vaste opération de police dans la commune bruxelloise de Molenbeek, liée à la vague d'attentats à Paris, alors qu'une piste belge semble se matérialiser.

Ces arrestations - trois selon les médias belges - "peuvent être vues en connexion avec une voiture Polo grise louée en Belgique retrouvée devant (la salle de concert du) Bataclan" où au moins 89 personnes ont été tuées vendredi soir, a déclaré le ministre belge de la Justice Koen Geens à la télévision publique RTBF.

"Celui qui a loué la voiture était un Belge. On le connaissait de part son frère", a ajouté M. Geens, précisant que ce dernier était fiché.

Pour sa part, le procureur de Paris, François Molins, a déclaré qu'un des véhicules utilisés était immatriculé en Belgique et loué par un Français, résidant en Belgique.

Ce Français "a fait l'objet d'un contrôle routier ce matin en Belgique avec deux autres personnes à bord d'un autre véhicule", a ajouté le procureur. Il a aussi précisé que ces trois personnes ont été interpellées par la police belge et "n'étaient pas connues des services de renseignement français".

Une équipe venue de l'étranger?

A Paris, plusieurs témoignages ont fait état d'assaillants arrivés à bord d'un véhicule immatriculé en Belgique.

L'une des hypothèses, parmi d'autres, est celle d'une équipe venue de l'étranger, renforcée éventuellement de résidents français, selon une source proche du dossier.

Interrogé pour savoir s'il y avait des Belges parmi les kamikazes, M. Geens a dit qu'il n'en savait rien à ce stade.

"Il est supposé ou suspecté qu'une des personnes (arrêtées à Molenbeek, ndlr) était à Paris hier soir", a affirmé pour sa part le Premier ministre belge, Charles Michel, à la RTBF.

Une instruction a été ouverte en Belgique pour attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste, a indiqué samedi soir le parquet fédéral belge.

Ces demandes visent en particulier la voiture immatriculée et louée en Belgique qui a été retrouvée à proximité du Bataclan.

Des tickets de parking de Molenbeek retrouvés

Selon le tabloïde populaire belge La Dernière Heure, trois des assaillants qui ont perpétré les attentats de Paris venaient du quartier populaire de Molenbeek.

Des tickets de parking provenant de Molenbeek auraient été retrouvés à l'intérieur de la voiture immatriculée en Belgique.

Selon les médias, au moins cinq personnes ont été arrêtées au cours de ces opérations, mais le nombre des arrestations n'a pas été confirmé officiellement.

Sur une photo postée sur le site de la télévision RTBF, on peut voir un homme menotté et à qui les policiers ont placé un bandeau sur les yeux.

"Une Golf 3 ancien modèle qui roulait a été arrêtée. Les policiers ont fait sortir un homme et ils l'ont menotté dans le dos, l'ont fait agenouiller et lui ont mis un bandeau sur les yeux avant de l'embarquer", a expliqué sous couvert de l'anonymat à l'AFP un riverain habitant en face de l'endroit où la scène s'est déroulée.

"L'homme avait entre 30 et 40 ans. Il était habillé normalement avec un jean et un haut de jogging, ce n'était pas un barbu, il avait l'air normal", a ajouté le témoin.

Perquisitions en cascade

Des policiers armés, certains encagoulés, se trouvaient sur les lieux de l'opération, a constaté une journaliste de l'AFP. Des hommes du service de déminage du ministère de la Défense étaient également présents, ont précisé les médias.

La RTBF, citant une source anonyme, a précisé que deux ou trois perquisitions avaient eu lieu dans ce quartier populaire. Elles ont pris fin en début de soirée.

Molenbeek est l'une des 19 communes de la capitale belge et accueille plusieurs communautés immigrées.

L'auteur de l'attaque en août du Thalys Amsterdam-Paris, Ayoub El Khazzani, avait séjourné chez sa soeur qui vit à Molenbeek avant de prendre le train.

Alerte maximale en Belgique

Samedi soir, le gouvernement belge a décidé de porter le degré d'alerte de 2 à 3, le niveau maximum, pour les événements réunissant des foules importantes, tels que les rencontres sportives ou les manifestations officielles. L'armée pourrait être appelée à intervenir en cas de nécessité pour renforcer la sécurité.

Les autorités avaient dès samedi matin renforcé les contrôles aux frontières terrestres, ainsi que dans les gares et aéroports, appelé les ressortissants belges à ne pas se rendre à Paris ce week-end, relevé le niveau de vigilance et de sécurité lors de l'organisation d'événements locaux et accru la protection des intérêts français en Belgique. 


Sur le même sujet

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué dimanche l'attaque à la machette de deux policières en Belgique perpétrée par un homme identifié par la justice belge comme un Algérien de 33 ans qui était connu de la police "pour des infractions de droit commun".
Selon l'agence Belga, les deux femmes, dont la vie n'est pas en danger, ont été plongées dans un coma artificel pour être opérées.
Une enquête a été ouverte par la justice belge pour "tentative d'assassinat terroriste", au lendemain de l'attaque contre deux policières par un homme armé d'une machette, a annoncé dimanche le Premier ministre belge Charles Michel.
L'auteur n'est "pas encore identifié", avait expliqué samedi soir M. Michel, "mais cela semble être de nouveau une attaque avec une connotation terroriste".
Deux policières ont été blessées samedi après-midi à la machette devant l'hôtel de police de Charleroi par un homme "criant Allah akbar", a annoncé la police locale. L'agresseur quant à lui est mort.
A photo taken with a mobile phone on August 6, 2016, shows a police officer standing guard close to a police building in the southern Belgian city of Charleroi following a machete attack.  
Two policewomen were wounded in Charleroi by a machete-wielding man who shouted "Allahu akbar" (God is the greatest), local police said. The attacker was shot and injured, they said on Twitter.
 / AFP PHOTO / BELGA AND Belga / FRED DUBOIS / Belgium OUT
La Belgique a décidé de maintenir son niveau d'alerte antiterroriste inchangé, à 3 sur une échelle de 4 et correspondant à une menace «possible et vraisemblable», au lendemain de la fusillade de Forest lors d'une perquisition de police liée aux attentats de Paris.
Un agent de police belge arrive devant la maison où s'est déroulée la fusillade mardi.
En lien avec les attentats de Paris
Des opérations de la police belge ont eu cours samedi après-midi dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, liées à la vague d'attaques à Paris, ont indiqué les télévisions belges RTBF et RTL.
Les démineurs ainsi que la police sont intervenus dans un quartier de Bruxelles, samedi après-midi. Plusieurs arrestations ont été signalées.