Changer d'édition

Des armes nucléaires US stationnent en Belgique
International 2 min. 16.07.2019

Des armes nucléaires US stationnent en Belgique

Une base aérienne en Belgique et cinq autres en Europe accueilleraient des ogives nucléaires américaines.

Des armes nucléaires US stationnent en Belgique

Une base aérienne en Belgique et cinq autres en Europe accueilleraient des ogives nucléaires américaines.
Photo: AFP
International 2 min. 16.07.2019

Des armes nucléaires US stationnent en Belgique

Un rapport de l'OTAN signale qu'une base aérienne de la province du Limbourg abrite bien des ogives américaines. Étrangement, le document vient d'être publié sous une nouvelle forme alors que le ministère de la Défense belge se refuse à commenter l'information.

Les deux partis frères belges Écolo et Groen - l'un est francophone, l'autre néerlandophone - ont découvert un document public de l'OTAN qui fait grand bruit en Belgique. Ce mardi, les journaux La Libre Belgique et De Morgen ont ainsi eu la primeur de dévoiler l'information : oui, la Belgique abrite des armes nucléaires américaines sur son sol.

Certes, l'information n'a pas fait l'effet d'une bombe dans le pays où la rumeur courait depuis longtemps. Mais tout de même. Les deux partis écologiques ont pu avoir confirmation de la présence d’ogives nucléaires US, dans la base aérienne de Kleine-Brogel - en région flamande -  en accédant à un projet de rapport de la commission Défense et Sécurité de l’Otan. 

Six bases listées

Le rapport, disponible sur internet, était daté du 16 avril et porte sur la «dissuasion nucléaire». Au fil des pages, on pouvait découvrir que  «dans le contexte de l’OTAN, les États-Unis déploient environ 150 armes nucléaires, en particulier des bombes gravitationnelles B61, en Europe, à bord d’avions à double capacité à la fois américains et alliés. Ces bombes sont stockées dans six bases américaines et européennes».

L'ensemble des bases en question étaient même clairement listées. Il s'agit des bases de Kleine-Brogel en Belgique donc mais aussi Büchel en Allemagne, Aviano et Ghedi-Torre en Italie, Volkel aux Pays-Bas et Inçirlik en Turquie.

Un ancrage pour l'US Air Force2

Une nouvelle version du rapport a été mise en ligne jeudi 11 juillet. Il n'y est plus fait mention des six sites européens précisément. Tout juste peut-on y lire que les alliés européens souvent cités comme exploitant les avions à double capacité chargeant ce type d'armes nucléaires sont «la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie».

La base belge de Kleine-Brogel - située à une centaine de km à vol d'oiseau de la capitale luxembourgeoise - n'abrite pas seulement trois escadrilles de F16 belges. Elle sert aussi d'ancrage au 701st Munitions Support Squadron de l'United States Air Force2.

Des faits jamais admis

Voilà déjà plusieurs années que Bernard Adam, directeur du Groupement de recherche et d'information sur la Paix et la Sécurité (GRIMP), affirme qu'«il resterait en 2010 de dix à vingt bombes nucléaires tactiques (de type B-61), arrivées à Keine-Brogel dans les années 1960.» Cette présence d'armes thermonucléaires avait été aussi évoquée par WikiLeaks. Mais l'information n'a jamais été admise officiellement par les différents gouvernements belges se succédant aux affaires.


Sur le même sujet

Après les Etats-Unis, la Chine largue sa méga-bombe
La Chine a testé sa plus puissante bombe non nucléaire, selon un média d'Etat, qui l'a surnommée «la version chinoise de "la mère de toutes les bombes"», en référence à un engin américain largué en Afghanistan.
C'est un bombardier chinois H-6K qui a réalisé le largage de cette bombe.