Changer d'édition

Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson
International 4 min. 16.09.2019

Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson

Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson

Photo: AFP
International 4 min. 16.09.2019

Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson

Six semaines avant le divorce avec l'Union européenne, le Premier ministre britannique échangera ce lundi à Luxembourg avec des négociateurs européens. Ils sont très réservés sur ses annonces et peu optimistes sur les chances d'une séparation concertée.

(AFP) – Boris Johnson a demandé à rencontrer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avant qu'il ne parte pour Strasbourg où le Parlement européen se réunit en session plénière. Michel Barnier, de passage pour la 5e fois au Luxembourg dans le cadre des interminables discussions sur le Brexit, participera à l'entretien ce lundi. Vers 15 heures, le négociateur de l'UE, rencontrera Jean Asselborn au ministère des Affaires étrangères et européennes.

Boris Johnson rencontrera ensuite le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel et les deux dirigeants tiendront une conférence de presse conjointe à 15h15 au ministère d'Etat. Dimanche, l'ambassadeur britannique au Luxembourg, John Marschall qui dort très bien, a tweeté, «dans l'attente de la visite» du Premier ministre britannique que «malheureusement, il n'a pas le temps d'aller faire un tour à Luxembourg» en courant à ses côtés ce lundi matin. 



Rentrée, logements, Johnson et Traversini
Les priorités du ministre de l'Éducation nationale, le subventionnement de projets de construction, les perspectives du Mercosur, cette semaine du 16 au 20 septembre marque la rentrée des parlementaires, avec deux rendez-vous très politiques.

Les forfanteries de M. Johnson laissent les Européens de marbre. Lorsque Boris Johnson annonce «d'énormes progrès» sur la manière de traiter les problèmes de la frontière nord-irlandaise et se compare à Hulk, un super-héros capable de libérer le Royaume-Uni des entraves européennes, les Européens répondent «attendre» des propositions concrètes et se disent «peu optimistes» sur les chances d'un divorce arrangé le 31 octobre. 

«Rien de bien tangible jusqu'à présent», a confié à l'AFP un diplomate européen de haut rang dans un commentaire sur les dernières réunions de travail entre le conseiller de Boris Johnson, David Frost, et les équipes de Michel Barnier à Bruxelles. «Nous n'avons pas de raisons d'être optimistes» sur les chances de parvenir à un accord avant le sommet européen organisé les 17 et 18 octobre, a pour sa part averti le négociateur européen lors d'une réunion avec les chefs des groupes politiques du Parlement européen. 

Résolution très sévère 

Même sentiment pour Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission européenne «n'est pas optimiste» après avoir pris connaissance des solutions proposées par Londres pour l'Irlande et «il attend toujours des propositions concrètes», a fait savoir son entourage. Le Parlement européen, qui devra approuver l'accord trouvé avec Londres, a haussé le ton. Il votera mercredi une résolution très sévère dans laquelle il exige une clause de sauvegarde (le «backstop») pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, ce que Boris Johnson refuse. 

«Si le divorce se fait sans accord, le gouvernement britannique en assumera l'entière responsabilité et devra honorer tous ses engagements financiers, respecter les droits des citoyens européens et ses obligations au regard de l'accord du Vendredi Saint avec l'Irlande», a averti le président du Parlement, David Sassoli. «Le Parlement européen ne donnera pas son aval à de nouvelles négociations entre l'UE et le Royaume-Uni si ces obligations ne sont pas respectées», a-t-il menacé.


MANCHESTER, ENGLAND - OCTOBER 03:  Foreign Secretary Boris Johnson delivers his keynote speech on day three of the annual Conservative Party conference on October 3, 2017 in Manchester, England. The Foreign Secretary gave his speech amid continued speculation of cabinet unrest and the leadership fragility of Theresa May.  (Photo by Carl Court/Getty Images)
Boris Johnson reçu à Luxembourg lundi
Le Premier ministre britannique sera accueilli le 16 septembre dans la capitale par Xavier Bettel, pour une entrevue au sujet du Brexit, en compagnie de Jean-Claude Juncker.

 La solution serait de limiter la clause de sauvegarde à l'Irlande du Nord, a rappelé le président du Parlement. Cette région resterait territoire douanier de l'UE et deviendrait la frontière avec le reste du Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse et pays de Galles), une solution pour l'instant rejetée par les Britanniques car elle ouvre la porte à une réunification en Irlande. 

Barnier et «Hulk» Johnson 

Les Européens savent ce qu'ils veulent et, unis, ils campent sur leurs positions. Ils attendent les prochains mouvements de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique sait ce qu'il risque en cas de divorce sans accord. Un dossier gouvernemental fait état de troubles et de pénuries de médicaments et nourriture. «Nous sommes toujours prêts à examiner objectivement toute proposition concrète et juridiquement valable du Royaume-Uni, mais nous les attendons toujours», a rappelé Michel Barnier. 

«Plus Hulk se met en colère, plus Hulk devient fort et il s'échappe toujours», se vante Boris Johnson. «Le Brexit est une école de patience et de détermination», lui répond, pince-sans-rire, Michel Barnier. 

«Nous avons déjà tous passé trop de temps sur cette question», a encore écrit M. Johnson dans le Daily Telegraph lundi. «Si nous pouvons entériner un accord, alors bien sûr le Parlement aura tout le temps de l'examiner et de l'approuver avant la fin octobre», a-t-il poursuivi. «Mais soyez sûrs que si nous ne pouvons parvenir à un accord, le bon accord pour les deux parties, alors le Royaume-Uni sortira de toute manière» de l'UE. 


Sur le même sujet

Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions
Le président de la Commission européenne a prévu de s'entretenir ce mercredi avec le Premier ministre britannique après avoir pris connaissance de ses nouvelles propositions pour parvenir à une sortie négociée du Royaume-Uni de l'UE.
01.10.2019, Großbritannien, London: Zwei Frauen demonstrieren vor dem britischen Parlament. Auf dem Schild steht «Ein verrückter Kult ist an der Macht, verdammt sie». Foto: Mateusz Slodkowski/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Johnson évoque de nouvelles propositions pour le Brexit
Le Premier ministre britannique a promis, mardi, des nouvelles propositions sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE «très bientôt». Mais il n'a en rien détaillé comment il comptait régler la question de la frontière irlandaise, principal point de blocage.
Britain's Prime Minister Boris Johnson listens to a speech by Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid in the main auditorium on the second day of the annual Conservative Party conference at the Manchester Central convention complex in Manchester, north-west England on September 30, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson's office has denied allegations he made unwanted sexual advances towards two women 20 years ago. Journalist Charlotte Edwardes wrote in a column for The Sunday Times that Johnson put his hand on her thigh at a dinner party thrown by the magazine he was editing at the time. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Paris voit un épilogue rapide sur le «backstop»
Emmanuel Macron a estimé jeudi qu'une solution pourrait être trouvée «d'ici 30 jours» sur la question de la frontière irlandaise - clause du «backstop»- afin d'aboutir à une sortie ordonnée du Royaume-uni de l'UE.
French President Emmanuel Macron (R) welcomes Britain's Prime Minister Boris Johnson (L) prior to their meeting at The Elysee Palace in Paris on August 22, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson is visiting Paris, a day after Berlin offered a glimmer of hope that an agreement could be reached to avoid a chaotic "no deal" Brexit. On the second leg of his first foreign visit since taking office, Johnson will meet his French counterpart at the Elysee palace to press home his message that elements of the UK's impending divorce from the European Union must be renegotiated. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Pas d'alternative concrète au «backstop»
La Commission européenne a regretté que le Premier ministre britannique Boris Johnson ne propose pas d'alternative concrète au «backstop», la disposition controversée sur l'Irlande dans l'accord de Brexit, dans une lettre aux responsables de l'UE.
(FILES) In this file photo taken on August 07, 2019 Britain's Prime Minister Boris Johnson prepares to greet King Abdullah II of Jordan outside 10 Downing Street in London on August 7, 2019, ahead of bilateral talks and a working lunch. - Prime Minister Boris Johnson makes his debut on the global stage at the G7 summit this weekend, August 24, 2019, where all eyes will be on his chumminess with US President Donald Trump. (Photo by Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)