Changer d'édition

Déferlante verte sur l'Hexagone
International 3 min. 29.06.2020

Déferlante verte sur l'Hexagone

A Strasbourg, la candidate d'Europe Écologie les Verts Jeanne Barseghian a célébré sa victoire avec ses électeurs

Déferlante verte sur l'Hexagone

A Strasbourg, la candidate d'Europe Écologie les Verts Jeanne Barseghian a célébré sa victoire avec ses électeurs
Photo: AFP
International 3 min. 29.06.2020

Déferlante verte sur l'Hexagone

Une forte percée des écologistes, une abstention historique, la victoire du Premier ministre au Havre, et celle du RN à Perpignan: voici les points à retenir du second tour des élections municipales, dimanche en France.

(AFP) -

Une abstention historique sur fond de coronavirus

Parmi les 16,5 millions d'électeurs appelés à voter dans 4.820 communes pour le second tour des municipales, ils sont nombreux à avoir boudé le scrutin. Le taux de participation s'établit entre 40% et 41%, selon les estimations, contre 62,1% en 2014.

Cette abstention historique s'inscrit dans le contexte de crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, qui a freiné les électeurs, malgré des mesures sanitaires renforcées, alors que les candidats n'ont quasiment pas pu faire campagne, trois mois après un premier tour déjà marqué par une forte abstention.

Forte percée des écologistes

Les écologistes remportent une large victoire à Lyon, où Grégory Doucet, à la tête d'une coalition EELV-PS-PCF-LFI, arrive en tête avec plus de 50% des voix, selon les estimations, devant Yann Cucherat, poulain du maire sortant Gérard Collomb. Ils sont aussi en position à Marseille grâce à Michèle Rubirola, à la tête d'une coalition de gauche, qui obtient autour de 40% des voix, devant la candidate LR Martine Vassal et le candidat RN Stéphane Ravier. Mais Martine Vassal a refusé de reconnaître sa défaite, donnant rendez-vous vendredi 3 juillet à l'élection du maire par le conseil municipal.

Les écologistes gagnent aussi Bordeaux où Pierre Hurmic arrive en tête devant le maire sortant LR Nicolas Florian, mais aussi Strasbourg (Jeanne Barseghian obtient 42,5% des voix), Tours, Poitiers, Besançon, Annecy. Dans la capitale, Anne Hidalgo, alliée à EELV, sort vainqueur de la triangulaire avec près de 50% des voix, loin devant la candidate LR Rachida Dati (autour de 32%), et la candidate LREM Agnès Buzyn (entre 13,7 et 16%).

Victoire du Premier ministre au Havre, mais déconfiture LREM

Le Premier ministre Edouard Philippe l'a largement emporté dimanche au Havre avec près de 59% des voix face au député PCF Jean-Paul Lecoq. Cette victoire conforte le chef du gouvernement, alors que se profile un important remaniement, mais ne masque pas le fiasco annoncé du parti majoritaire LREM.

Le Premier ministre Edouard Philippe est sorti largement vainqueur au Havre
Le Premier ministre Edouard Philippe est sorti largement vainqueur au Havre
Photo: AFP

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a fait part de la «déception» de la majorité, qui a enregistré des scores parfois «extrêmement décevants» en raison de ses «divisions» lors de ces municipales. A Paris, Agnès Buzyn, arrivée seulement en troisième position, n'a pas réussi à obtenir suffisamment de voix pour devenir conseillère de Paris. Petite consolation, François Bayrou, patron du Modem, a été réélu à Pau.

Le RN remporte Perpignan

Le «front républicain» n'a pas fonctionné à Perpignan, où le candidat du RN Louis Aliot l'a emporté avec 53,1 à 54% des voix face au maire sortant Jean-Marc Pujol (LR), selon les estimations. Avec ses 120.000 habitants, il s'agit de la plus grosse ville conquise par le RN depuis Toulon (1995-2001).

«Une victoire symbolique» et «un vrai déclic, parce que nous allons aussi pouvoir démontrer que nous sommes capables de gérer de grandes collectivités», a estimé Marine Le Pen. Le RN gagne aussi les villes de Moissac (Tarn-et-Garonne), Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), mais ne réussit pas à l'emporter à Carpentras (Vaucluse).

Bonne résistance des partis traditionnels PS et LR

Outre Hidalgo qui conserve Paris, le PS garde Lille, où Martine Aubry remporte de justesse son quatrième mandat, avec seulement 227 voix d'écart, contre son concurrent écologiste Stéphane Baly. Les socialistes remportent Nancy (Mathieu Klein obtient 54,54% des voix contre le maire sortant radical Laurent Hénart), et conservent aussi Rennes, Nantes et Le Mans. Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure s'est félicité des «formidables victoires» remportées par les socialistes et les écologistes, souvent rassemblés au second tour.

Anne Hidalgo (PS) conserve la mairie de Paris
Anne Hidalgo (PS) conserve la mairie de Paris
Photo: AFP

A droite, Les Républicains gardent Toulouse, où le maire sortant Jean-Luc Moudenc (soutenu par La République en marche) l'emporte. A Nice, le maire sortant Christian Estrosi (Les Républicains) a revendiqué la victoire dans sa ville, et à Aix-en-Provence la LR Maryse Joissains-Masini a été réélue avec 43,5% des voix. Selon le président de LR Christian Jacob, son parti «renoue avec la victoire» en remportant «plus de la moitié des villes de plus de 9.000 habitants».    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nancy et Metz changent de majorité
Alors que Pierre Cuny a conservé son poste de maire de Thionville et Jean-Marc Fournel son siège à Longwy, Nancy vire à gauche avec la victoire du quadra socialiste Mathieu Klein. A Metz, la victoire de François Grosdidier (Les Républicains) s'est jouée à moins de 200 voix.
Metz, Thionville, Longwy cherchent leur maire
Dimanche 28 juin, les électeurs de 88 communes de Moselle et 104 de Meurthe-et-Moselle, se rendront aux urnes pour désigner leurs élus municipaux. Trois mois après le premier tour et au terme d'une campagne rendue discrète en raison du covid-19, pas sûr que la participation soit au rendez-vous.
Les Lorrains votent bien timidement
Moins de la moitié des électeurs lorrains ont pris part au premier tour des élections devant désigner les futurs maires des 2.339 communes des quatre départements.
A voter looks at election materiel at a polling station in Le Touquet, northern France on March 15, 2020, during the first round of the mayoral elections. - Officials have been told to disinfect voting booths and ballot boxes throughout the day, and sinks and hand gels will be made available. People will be urged to get in and out quickly to avoid lines, and floor markings will be laid out to ensure they stay one metre (3.3 feet) from one another. Authorities have already eased proxy voting rules for people at risk or infected with coronavirus and ordered to confine themselves to their homes, as well as for people in retirement homes. People can also come with their own pens for marking ballots. (Photo by Ludovic Marin / AFP)
La Lorraine tremble devant les urnes
Plus de 1,7 million d'électeurs lorrains sont attendus ce dimanche pour le premier tour du scrutin municipal. Mais l'épidémie de coronavirus pourrait bien bouleverser la donne à l'heure de choisir les prochains maires.
(FILES) In this file photo taken on March 18, 2014, a French voting card is displayed on "Mayoral" signs in a warehouse owned by the town hall of Rennes, western France. (Photo by DAMIEN MEYER / AFP)
Dominique Gros réclame 200 millions au Luxembourg
Le maire de Metz monte à nouveau au créneau et réclame une «compensation financière» de la part du Luxembourg. Selon lui, les recettes perçues sur les salaires des frontaliers devraient en partie revenir aux territoires lorrains.
Pour les municipales, Metz a l'embarras du choix
La succession du maire de la capitale mosellane s'annonce animée. Déjà six candidats sont en lice, dont certains se réclamant du même parti. Voilà qui promet avant le premier tour de mars 2020.
Maire de Metz depuis 2008, Dominique Gros cédera son fauteuil en mars prochain.