Changer d'édition

De nombreux appels à ne «pas voter pour Marine Le Pen»
International 6 min. 23.04.2017 Cet article est archivé
Après les premiers résultats

De nombreux appels à ne «pas voter pour Marine Le Pen»

Plusieurs centaines de jeunes étaient rassemblés dimanche soir sur les marches de l'Opéra Bastille à Paris à l'appel de mouvements «antifascistes» qui entendent organiser une «nuit des barricades» au soir du premier tour de la présidentielle.
Après les premiers résultats

De nombreux appels à ne «pas voter pour Marine Le Pen»

Plusieurs centaines de jeunes étaient rassemblés dimanche soir sur les marches de l'Opéra Bastille à Paris à l'appel de mouvements «antifascistes» qui entendent organiser une «nuit des barricades» au soir du premier tour de la présidentielle.
AFP
International 6 min. 23.04.2017 Cet article est archivé
Après les premiers résultats

De nombreux appels à ne «pas voter pour Marine Le Pen»

Alors que les premières estimations donnent Emmanuel Macron en tête de ce premier tour de la Présidentielle, juste devant Marine Le Pen, nombreuses ont été les réactions d'élus français à «ne pas voter Marine Le Pen» pour le second tour le 7 mai prochain.

(SW) - Alors que les premières estimations donnent Emmanuel Macron en tête de ce premier tour de la Présidentielle, juste devant Marine Le Pen, nombreuses ont été les réactions d'élus français à «ne pas voter Marine Le Pen» pour le second tour le 7 mai prochain.

François Fillon a annoncé qu'il voterait pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, estimant qu'il n'y «a pas d'autre choix que de voter contre l'extrême droite».

«L'abstention n'est pas dans mes gènes. (...) Il n'y a pas d'autre choix que de voter contre l'extrême droite. Je voterai pour Emmanuel Macron», a annoncé le candidat de la droite battu au premier tour de l'élection présidentielle.

Benoît Hamon notamment, candidat représentant la gauche, qui a atteint péniblement les 7% pour ce premier tour, appelle à «battre le plus fortement et le plus puissamment possible le FN»

Il a tout de même admis une «sanction historique» avec l'élimination du PS dès le premier tour de l'élection présidentielle, tout en estimant que «la gauche n'est pas morte».

«Le combat continue», a-t-il déclaré peu après 20 heures.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, également au Parti Socialiste, a appelé à voter Macron, elle aussi.

Le ministre des Affaires étrangères, le socialiste Jean-Marc Ayrault, et la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem ont appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle.

«Un choix clair: toute la gauche, tous les républicains doivent se mobiliser pour voter E. Macron, pour la France, la République, l'Europe», a tweeté le ministre.

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir, a lancé également un appel «à un vote franc et massif pour Emmanuel Macron au second tour, pour la République, pour nos valeurs, pour l'Europe».

Dans un communiqué, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a appelé «solennellement tous les électeurs et toutes les électrices à faire barrage au Front National le 7 mai prochain en votant massivement pour Emmanuel Macron. Sans hésitation, et sans état d'âme». «Rien ne doit nous détourner de la seule urgence qui vaille: battre le Front National», a expliqué celle qui a soutenu Benoît Hamon au premier tour.

Manuel Valls, qui avait rallié Emmanuel Macron au profit de Benoît Hamon, a appelé «chacun à mesurer la gravité du moment» et à voter Emmanuel Macron au second tour.

D'après l'Elysée, François Hollande exprimera «très clairement» son choix et «rapidement» mais pas ce dimanche.

Mais du côté des Républicains aussi, la soirée est amère: François Fillon n'est pas qualifié pour le second tour et se retrouve ex-aequo avec Jean-Luc Mélenchon à 20%.

Bruno Retailleau, chargé de la coordination de la campagne de François Fillon (LR), a affirmé que la défaite de l'ancien Premier ministre au premier tour de la présidentielle était «une immense déception», à l'AFP.

«C'est une immense déception, la campagne n'a permis d'aborder ni les difficultés des Français, ni le bilan de François Hollande, ni les projets», a déploré M. Retailleau, également président de la région Pays de la Loire.

François Baroin, membre de l'équipe de campagne de François Fillon, a indiqué lui qu'il voterait «à titre personnel» pour Emmanuel Macron, qualifié pour le second tour de l'élection présidentielle.

«A titre personnel, je voterai naturellement Emmanuel Macron», a indiqué le sénateur-maire (LR) de Troyes sur TF1. «Nous tiendrons un bureau politique, nous ferons barrage au Front national», a-t-il ajouté. Un sentiment partagé par Laurent Wauquiez, qui a communiqué sur les réseaux sociaux.

Juppé (LR) appelle à voter Macron contre «l'extrême droite qui conduirait la France au désastre»

Nathalie Kosciusko-Morizet, soutien de François Fillon, a appelé à voter Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, sur France 2 et Twitter.

«A titre personnel je voterai et j'appellerai à voter pour Emmanuel Macron» a assuré Nathalie Kosiusco-Morizet sur France 2. «Le FN est une menace pour la nation, un risque de faillite pour l'Etat» et «pour les personnes», a ajouté la députée LR.

«On est dans une situation qui exige de la responsabilité. J'ai toujours contesté le ni-ni, on ne les renvoie pas dos à dos», a-t-elle expliqué dans un tweet.

Même son du cloche du côté du gouvernement actuel: Bernard Cazeneuve, Premier ministre a pris la parole pour appeler à voter Emmanuel Macron au second tour.

Une manifestation antifascistes à Paris

Plusieurs centaines de jeunes «antifascistes» étaient rassemblés dimanche sur la place de la Bastille à Paris dans un face-à-face tendu avec la police, au soir du premier tour de la présidentielle qui voit Marine Le Pen et Emmanuel Macron se qualifier pour le second tour.

Les forces de l'ordre ont chargé les manifestants qui avaient pris position sur le rond-point et sur les marches de l'Opéra Bastille, a constaté un journaliste de l'AFP. Ils ont essuyé des jets de bouteilles et de pétards de la part des jeunes, dont certains cagoulés et souvent vêtus de noir.

Une source policière a fait état de quelques jets de projectiles vers les forces de l'ordre, précisant que des groupes de manifestants avaient commencé à démonter des panneaux qui entourent la colonne au milieu de la place. Trois personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police.

A l'appel de mouvements «antifascistes», qui entendent organiser une «nuit des barricades», quelque 300 manifestants se sont réunis dès avant les premières estimations de la présidentielle.

Les forces de l'ordre, déployées en nombre, ont ensuite préventivement stoppé la circulation vers cette place emblématique de l'Est parisien.

Un organisateur au micro à appelé tout le monde à venir manifester «contre Marine et contre Macron».

«Quel que soit le résultat nous ne le reconnaîtrons pas!», avait lancé un manifestant au micro sous les acclamations de jeunes souvent habillés en noir, juste avant l'annonce des premières estimations.

«Paris, Paris, antifas!», criaient déjà certains d'entre eux en début de soirée tandis des CRS étaient déployés en masse dans les rues adjacentes à la place de la Bastille.

«On est venus protester contre la mascarade que représente cette élection», a déclaré à l'AFP un manifestant sous couvert d'anonymat.

«Tous les principaux candidats, Macron, Fillon, Le Pen, ne sont là que pour perpétuer le règne de l'oligarchie qui confisque le pouvoir et vole les richesses au peuple. Ils n'ont aucune légitimité, il y a donc une crise de représentativité grave en France», a-t-il estimé.

Interrogé sur ce que les manifestants comptaient faire dimanche soir, il a répondu: «on ne sait pas encore, on va improviser».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans une lettre ouverte le LSAP appelle les électeurs du Grand Est à voter Emmanuel Macron. Les politiciens luxembourgeois des autres partis alertent aussi sur le danger d'une victoire de Marine Le Pen pour le Grand-Duché.
This photograph taken on April 21, 2022 in Paris shows of French far-right Rassemblement National (RN) party and presidential candidate Marine Le Pen with a sticker depicting a veiled woman. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Les Français sont appelés, dimanche au second tour de l'élection présidentielle, à départager deux projets et deux visions du monde que tout oppose. Comme en 2017, Emmanuel Macron part favori face à Marine Le Pen. Mais cette fois un séisme n'est pas à exclure.
Pedestrians walk past campaign posters of French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron (L) and French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen in Eguisheim, eastern France, on April 21, 2022, ahead of the second round of France's presidential election. - French voters head to the polls for a run-off vote between Macron and Le Pen on April 24, 2022. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République avec 66,10% des voix, contre 33,90% à Marine Le Pen (résultats définitifs Intérieur). Le candidat d'En Marche!, 39 ans, devient le 8e président de la Ve République avec une victoire très nette sur la candidate du Front national, 48 ans.
French president-elect Emmanuel Macron delivers a speech at the Pyramid at the Louvre Museum in Paris on May 7, 2017, after the second round of the French presidential election.
Emmanuel Macron was elected French president on May 7, 2017 in a resounding victory over far-right Front National (FN - National Front) rival after a deeply divisive campaign, initial estimates showed. / AFP PHOTO / Patrick KOVARIK
Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle, selon les premières estimations du premier tour publiées dimanche soir qui placent le candidat d'En Marche en tête, devant la candidate FN, puis, au coude-à-coude, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon.
De nombreux politiques français appellent à ne pas voter Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Mais c'est aussi le cas du côté du Luxembourg. Des personnalités du Grand-Duché ont émis leur avis sur le duel Emmanuel Macron/Marine Le Pen pour le second tour de l'élection en France.
Election présidentielle en France
A qui les politiciens luxembourgeois donneraient-ils leur voix au premier tour de l'élection présidentielle française? Au Luxembourg, le phénomène Macron bénéficie de sympathies au sein de différents partis. Mais les loyautés envers chaque famille politique européenne sont présentes, du moins pour ce premier tour de scrutin.