Changer d'édition

De nombreuses pénuries en cas de «no deal»
International 3 min. 20.08.2019

De nombreuses pénuries en cas de «no deal»

L'absence d'accord entre Londres et Bruxelles aboutirait à de multiples difficultés d'approvisionnement, liées notamment aux blocages des ports britanniques.

De nombreuses pénuries en cas de «no deal»

L'absence d'accord entre Londres et Bruxelles aboutirait à de multiples difficultés d'approvisionnement, liées notamment aux blocages des ports britanniques.
Photo: AFP
International 3 min. 20.08.2019

De nombreuses pénuries en cas de «no deal»

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est prêt à sortir son pays de l'UE le 31 octobre avec ou sans accord de divorce avec les 27. Carences de denrées alimentaires, d'essence et de médicaments figurent parmi les conséquences possibles d'une rupture sans filet.

(AFP) - Alors que Boris Johnson entamera cette semaine une tournée des capitales européennes pour défendre sa volonté de faire quitter le Royaume-Uni de l'UE au 31 octobre, les conséquences concrètes de cette séparation apparaissent au grand jour. Tour d'horizon.

Pénuries

Le Royaume-Uni serait confronté à une pénurie de denrées alimentaires, d'essence et de médicaments, à des blocages dans les ports et au retour d'une frontière physique entre les deux Irlande, selon un dossier gouvernemental obtenu par The Sunday Times. Son nom de code: «Opération Yellowhammer» – du nom du petit oiseau bruant jaune – mise au point en secret pour se préparer aux perturbations d'un «no deal».

Les documents mentionnent les répercussions «les plus probables» d'un Brexit sans parachute, et non les scénarios du pire, selon le journal, et font état du manque de préparation des entreprises et du public. Ce qu'a réfuté le gouvernement, accusant d'anciens ministres pro-UE de jouer la carte de la peur.

Frais téléphoniques et bancaires

Une des premières conséquences visibles pour les consommateurs britanniques et européens concerne l'itinérance, soit la faculté d'utiliser le réseau d'un opérateur de téléphonie mobile à l'étranger. Le service, actuellement gratuit pour les consommateurs au sein de l'UE, engendrerait en cas de «no deal» des frais pour les voyageurs franchissant la Manche ou la frontière irlandaise.

Il en va de même pour l'usage de cartes de paiement, qui devrait entraîner des frais supplémentaires, tandis que les procédures bancaires seront «plus lentes», d'après Londres. Au sein de l'UE, les clients des banques d'investissement basées au Royaume-Uni ne pourront plus faire appel à leurs services financiers. De nombreux établissements ont mis en place des filiales sur le continent pour éviter les perturbations.


Hier soir, Boris Johnson a encore fait le show à la télé britannique pour soutenir sa propre vision du Brexit.
Le Brexit sans accord pénaliserait le Royaume-Uni
Une sortie de l'UE en dehors de tout compromis entraînerait une récession en Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord, selon des prévisions économiques publiées ce jeudi.

Entreprises

Dans le secteur des biens, de nombreuses entreprises restent sous la menace d'un divorce désordonné en octobre, l'approche de Noël rendant plus difficile la constitution de stocks, selon la principale organisation patronale britannique, la CBI.

Dans les services, des accords palliatifs ont été conclus avec les Européens, dont un accord d'un an pour protéger le marché des produits financiers dérivés à Londres. Selon la CBI, quelque 3.000 avocats se sont enregistrés en Irlande, pays membre de l'UE, pour leur permettre de continuer à exercer leur profession dans l'Union.

Retards à la frontière

L'UE a souligné qu'elle mettrait immédiatement en place des contrôles douaniers, des inspections de sécurité alimentaire et de vérification des normes européennes à sa frontière avec le Royaume-Uni. Craignant de longs délais aux points de passage les plus fréquentés actuellement, en particulier Douvres, Londres a œuvré à ouvrir de nouvelles voies de passage et à accroître l'activité d'autres ports du pays.

Les blocages dans les ports, comme ici à Douvres, seraient légion en cas de no deal.
Les blocages dans les ports, comme ici à Douvres, seraient légion en cas de no deal.
Photo: AFP

Avions et trains

L'UE a accepté de prolonger le droit automatique des compagnies britanniques d'opérer des vols vers les 27, mais seulement jusqu'en mars 2020. Le service ferroviaire sous la Manche (Eurostar, shuttle) pourra aussi continuer à fonctionner sans changement, pendant trois mois.

Médicaments et sperme

Le Royaume-Uni, qui dispose de trois mois de stocks de médicaments habituellement, a augmenté ses réserves pour bénéficier de six semaines supplémentaires. Le pays quittera l'Agence européenne du médicament, mais continuera à reconnaître temporairement les tests et certifications européens pour éviter une double procédure et une rupture de la chaîne d'approvisionnement.

Londres ne pourra cependant plus faire appel aux banques de sperme européennes: les établissements britanniques devront développer de nouveaux accords et pourraient faire appel à des importations venues d'ailleurs.


Au palais de Buckingham, Boris Johnson a accepté l'offre de sa majesté et lui a embrassé la main lors de son investiture comme Premier ministre.
Les difficultés qui attendent Boris Johnson
Brexit, crise iranienne, faible majorité parlementaire, incertitudes économiques: voici quelques-unes des difficultés auxquelles celui qui a été nommé Premier ministre britannique ce mercredi après-midi devra faire face.

Des frais pour les consommateurs

Les consommateurs qui achètent en ligne verraient leurs frais augmenter parce que les colis livrés depuis le continent ne pourront plus prétendre à une TVA allégée. Les Britanniques en vacances en Europe pourraient également devoir obtenir un permis de conduire international. Quant au transport d'animaux domestiques par des Britanniques dans l'Union, il serait encadré par des règles sanitaires plus strictes.


Sur le même sujet

Londres et Bruxelles au bord de la rupture
Les négociations sur le Brexit entre le Royaume-Uni et les Européens semblaient au plus mal mardi à un peu plus de trois semaines de sa date prévue. Les Européens ont accusé le Premier ministre britannique Boris Johnson de jouer avec «l'avenir de l'Europe».
(FILES) In this file photo taken on September 11, 2019 (FILES) In this file photo taken on March 29, 2017 a pro-remain protester holds up an EU flag with one of the stars symbolically cut out in front of the Houses of Parliament, shortly after British Prime Minister Theresa May announced to the House of Commons that Article 50 had been triggered in London. - Britain's government debt to national income ratio would surge to its highest level in 50 years if it leaves the EU without a deal, a leading think-tank said on October 8, 2019. (Photo by OLI SCARFF / AFP)
Pas d'alternative concrète au «backstop»
La Commission européenne a regretté que le Premier ministre britannique Boris Johnson ne propose pas d'alternative concrète au «backstop», la disposition controversée sur l'Irlande dans l'accord de Brexit, dans une lettre aux responsables de l'UE.
(FILES) In this file photo taken on August 07, 2019 Britain's Prime Minister Boris Johnson prepares to greet King Abdullah II of Jordan outside 10 Downing Street in London on August 7, 2019, ahead of bilateral talks and a working lunch. - Prime Minister Boris Johnson makes his debut on the global stage at the G7 summit this weekend, August 24, 2019, where all eyes will be on his chumminess with US President Donald Trump. (Photo by Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)
Premier revers électoral pour Boris Johnson
Le nouveau Premier ministre britannique a subi sa première désillusion dans les urnes, une défaite de son parti à une élection partielle ayant ramené sa faible majorité parlementaire à seulement une voix, compliquant sa stratégie pour le Brexit.
Britain's Prime Minister Boris Johnson (L), accompanied by Britain's Home Secretary Priti Patel, speaks at the first meeting of the National Policing Board at the Home Office in London, on July 31, 2019. (Photo by Kirsty Wigglesworth / POOL / AFP)